Vins rosés, vins d'été

Vins de Mirabeau : Etoile 2018, un rosé au firmament

MirabeauUn amour immodéré de la Provence, du vin et un couple. Voilà le triptyque parfait pour un conte de fée devenu réalité. Il y a 10 ans, après avoir mûrement réfléchi et pris leur décision, Stephen et Jeany Cronk abandonnaient la grisaille londonienne pour la falaise de Cotignac, dans le Var, en pleine Provence verte. Produire du vin, créer l’un des meilleurs rosés de Provence, voilà pour leur ambition qu’ils baptisent Mirabeau. Une marque qui incarne l’art de vivre provençal et qui porte ses fruits : les négociants exportent aujourd’hui 90% de leurs 1 200 000 cols sur 53 marchés… On est loin des 125 000 bouteilles commercialisées en 2011 sur 4 destinations ! Du négoce à la viticulture il n’y a qu’un pas et voici notre famille bien armée pour acheter un domaine, « c’est désormais quelque chose qui nous semble viable et plus qu’espéré » souffle-t-on laissant entendre que la concrétisation foncière se réaliserait dans l’année.
Pour fêter cette bonne nouvelle, on débouchera cette cuvée Etoile 2018, composée de grenache à 90% et de cinsault. Ce rosé de pressurage présente une robe litchi témoin de sa délicatesse et de son élégance. Avec un nez de pêche de vigne et de fleurs blanches, ce vin équilibré et harmonieux offre une bouche ronde et fruitée. Une belle tension en finale marque une longueur sur le fruit à chair ferme tout en fraîcheur. Comme tous les rosés de cet acabit, cet Etoile s’accorde parfaitement des cuisines sudistes, salade niçoise, taboulé, fatouch’ par exemple en veillant à ne pas trop citronner ni vinaigrer les sauces. Convenant tout aussi bien aux crustacés (langoustes, homards, crabes) qu’aux viandes grillées au barbecue, le rosé Etoile 2018 exaltera les saveurs de gambas à la plancha et de desserts aux fruits rouges comme les charlottes aux framboises et autres fraisiers. Une dernière idée ? Des tagliatelles de courgettes crues à l’huile d’olive et à la sauce soja parsemées de grains de sésame torréfiés… De quoi passer un bel été !

Mirabeau en Provence, 5, cours Gambetta, 83 570 Cotignac ; cuvée Etoile rosé 2018, 75 cl, 10,50 € départ cave. Infos au 04 94 37 40 02.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux