Magazine

Numa Muller s’installerait-il à Marseille ? Première étape au Directoire

Numa Muller

Né à Arles, Numa Muller est un passionné de cuisine et de voyages. Il est dévenu chef de cuisine au gré de ses voyages à Londres, Los Angeles, Paris, New York, Lyon et Amsterdam. C’est dans cette dernière ville qu’il a fondé le ARLES (bib gourmand depuis 2018), en hommage à sa ville natale et à sa grand-mère, qui lui a transmis sa passion pour la cuisine. Il a ensuite, créé Simone et Paulette à Arles , ce restaurant-traiteur pose le produit local et de saison, comme
un totem exploré sous toutes ses facettes.
Le cuisinier Numa Muller arrive à Marseille. Le chef arlésien pose ses bagages au Directoire (rue Edmond-Rostand) ; il y signe une nouvelle carte et installe Robin, 23 ans, un jeune cuisinier qui a travaillé avec lui à Amsterdam. « Le Directoire proposera une carte de 3 plats au déjeuner parmi lesquels le fameux croque-madame sauce Mornay et beaufort en guise de plat référent, annonce Numa Muller. Les deux autres suggestions seront directement inspirées par le marché du jour ». Les desserts, également très marqués par la tradition à l’instar du riz au lait-caramel beurre salé, se distingueront par quelques curiosités très locales comme la ganache chocolat noir-crème anglaise au thym et riz rouge de Camargue soufflé-fleur de sel. Le soir, l’esprit tapas demeure avec des propositions à manger en égoïste ou à partager : maquereau-artichaut barigoule frit et brousse de brebis-miso, quasi de veau-asperges blanches de Camargue-pamplemousse-olives taggiasche et jus par exemple.

Quid d’une installation à Marseille ?
Au-delà de la carte du Directoire, Numa Muller songe sérieusement à s’installer à Marseille : « J’ai aussi des opportunités à Paris et, pour le moment, je regarde à droite et à gauche », confie le cuisinier qui fut, une année durant, le chef personnel du comédien Jean Reno. De son propre aveu, Muller a quitté Amsterdam « à cause du temps » ; le jeune chef explique son attirance pour Marseille car ses grands-parents ont vécu à Bandol « et on passait toujours par Marseille avec mes parents quand on y allait… J’aime cette ville et il y a désormais une offre de très grande qualité. C’est une ville avec une bonne effervescence et très attractive ».
C’est dans la capitale hollandaise que Numa Muller a créé le restaurant ARLES, en hommage à sa ville natale et à sa grand-mère, qui lui a légué la passion pour la cuisine. A Arles, Muller a aussi créé Simone et Paulette, une « cantine chic et traiteur de caractère » qui compte parmi les incontournables de la ville.

Le prochain chapitre s’écrira-t-il à Marseille ?

Simone & Paulette, 21, rue du Pont à Arles ; infos au 09 83 36 15 14.
Le Directoire, 44, rue Edmond-Rostand, Marseille 6e arr. ; infos au 04 96 10 39 48.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter