Magazine

Numa Muller s’installerait-il à Marseille ? Première étape au Directoire

Numa Muller

Né à Arles, Numa Muller est un passionné de cuisine et de voyages. Il est dévenu chef de cuisine au gré de ses voyages à Londres, Los Angeles, Paris, New York, Lyon et Amsterdam. C’est dans cette dernière ville qu’il a fondé le ARLES (bib gourmand depuis 2018), en hommage à sa ville natale et à sa grand-mère, qui lui a transmis sa passion pour la cuisine. Il a ensuite, créé Simone et Paulette à Arles , ce restaurant-traiteur pose le produit local et de saison, comme
un totem exploré sous toutes ses facettes.
Le cuisinier Numa Muller arrive à Marseille. Le chef arlésien pose ses bagages au Directoire (rue Edmond-Rostand) ; il y signe une nouvelle carte et installe Robin, 23 ans, un jeune cuisinier qui a travaillé avec lui à Amsterdam. “Le Directoire proposera une carte de 3 plats au déjeuner parmi lesquels le fameux croque-madame sauce Mornay et beaufort en guise de plat référent, annonce Numa Muller. Les deux autres suggestions seront directement inspirées par le marché du jour”. Les desserts, également très marqués par la tradition à l’instar du riz au lait-caramel beurre salé, se distingueront par quelques curiosités très locales comme la ganache chocolat noir-crème anglaise au thym et riz rouge de Camargue soufflé-fleur de sel. Le soir, l’esprit tapas demeure avec des propositions à manger en égoïste ou à partager : maquereau-artichaut barigoule frit et brousse de brebis-miso, quasi de veau-asperges blanches de Camargue-pamplemousse-olives taggiasche et jus par exemple.

Quid d’une installation à Marseille ?
Au-delà de la carte du Directoire, Numa Muller songe sérieusement à s’installer à Marseille : “J’ai aussi des opportunités à Paris et, pour le moment, je regarde à droite et à gauche”, confie le cuisinier qui fut, une année durant, le chef personnel du comédien Jean Reno. De son propre aveu, Muller a quitté Amsterdam “à cause du temps” ; le jeune chef explique son attirance pour Marseille car ses grands-parents ont vécu à Bandol “et on passait toujours par Marseille avec mes parents quand on y allait… J’aime cette ville et il y a désormais une offre de très grande qualité. C’est une ville avec une bonne effervescence et très attractive”.
C’est dans la capitale hollandaise que Numa Muller a créé le restaurant ARLES, en hommage à sa ville natale et à sa grand-mère, qui lui a légué la passion pour la cuisine. A Arles, Muller a aussi créé Simone et Paulette, une “cantine chic et traiteur de caractère” qui compte parmi les incontournables de la ville.

Le prochain chapitre s’écrira-t-il à Marseille ?

Simone & Paulette, 21, rue du Pont à Arles ; infos au 09 83 36 15 14.
Le Directoire, 44, rue Edmond-Rostand, Marseille 6e arr. ; infos au 04 96 10 39 48.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Cuisinée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter