Restaurants en Provence

On a testé le brunch mensuel de l’hôtel C2 à Marseille

L’époque où l’on se tapait la tête contre les murs le dimanche à Marseille semble bel et bien révolue. Dernier exemple en date, avec l’hôtel C2 qui propose un brunch, chaque premier dimanche du mois. Ce 5 octobre donc, le thème du buffet portait sur les « couleurs d’automne ». Ambiance, people, tarifs et gâteaux… on y est allé pour vous.

brunch C2 1è C’est beau ? L’ancien hôtel particulier des Zafiropoulo a été réaménagé par des amateurs de voyages férus de mobilier contemporain. Les 20 chambres sont organisées autour d’un majestueux escalier de marbre avec une rampe en fer forgé d’époque, remarquablement conservée. Moulures, fresques peintes, cheminées de marbre, c’est le Marseille triomphant de Napoléon III qui étale ses fastes. Rien n’a été abîmé, tout a été conservé, magnifié, respecté et l’ensemble est très harmonieux.

è Y’a qui ? Tous les noms qui comptent et qui fréquentent les hôtels 5 étoiles : une photographe connue, un organisateur célèbre de tournois de tennis, un fleuriste parmi les plus sollicités, un designer spécialisé dans les luminaires. Et l’ambiance est très cool ; personne ne se prend la tête et se côtoie dans un discret va et vient entre tables et buffets. Le dress code ? On se croirait sur le plateau du Grand Journal de Canal+.

brunch c2 4è On y mange quoi ? Outre le traditionnel buffet de crêpes-quatre-quart-viennoiseries, Claudine a imaginé un buffet en deux temps. Côté salé, des charcuteries, des anchoïades, des fromages pour commencer. Des risotti aux fruits de mer, des brouillades aux cèpes, un parmentier de confit de canard à la crème de parmesan et cèpes pour continuer. Et s’il vous reste encore un peu d’appétit, le velouté à la crème de potiron aux marrons ou les petits pots de lentilles aux fruits secs se laissent goûter. Côté sucré, salade de fruits, pain perdu, brownies, crème brûlée, cookies et bien d’autres bonheurs sont joyeusement alignés sur une table centrale.

è C’est cher, on peut y aller ? Comptez 45 € par adulte et 25 € par enfant. La réservation est obligatoire car les places sont limitées. On peut y aller car dans la catégorie des hôtels 5 étoiles, le C2 est le fruit de la passion de ses propriétaires. Il ne répond en rien aux standards de l’hôtellerie internationale de standing et c’est cette personnalité qui vous plaira.

è Un message perso ? On aime le caractère des lieux, les tatouages d’une de nos hôtesses, le délicieux accent argentin du barman Mariano et le désarmant sourire de Delphine.

Hôtel C2, 48, rue Roux de Brignoles, Marseille 6e arr. ; +33 495 05 13 13.
Brunch tous les premiers dimanches du mois, réservation obligatoire. Tarifs : 45 € et 25 € (moins de 12 ans).

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • un grand moment autant dans la ville qu’ au C2 !
    tout etait parfait, mention speciale pour Romain qui nous a chouchouté des notre arrivée
    les plus : parking, appel du concierge la veille, à notre arrivée prise en charge par romain pour nous expliquer l hotel et la ville .
    a refaire

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.