Magazine

Pedro et Moïze garderont les jambons à votre nom et vendront du vin en vrac

Pedro et MoïzeUn petit dernier vient étoffer l’offre restauratrice de la rue Sainte : « Chez Pedro et Moize ». Dans un magasin qui vendait, il y a encore quelques semaines, des compléments alimentaires pour sportifs, trois copains ont décidé d’y installer leur concept. « Nous allons proposer du gardiennage de jambons, avance Pedro, 32 ans. Chaque cuisse sera marquée du nom de son propriétaire et sera conservée sur place ». A ce jour, la sélection s’oriente vers des porcs élevés et abattus en Italie, « afin de proposer une offre différente de ce qui existe » analyse Pedro. « A l’image d’une cave à vins, nous proposerons en outre un choix de 60-70 bouteilles issues de tous les terroirs de France ainsi que quelques flacons chiliens et israéliens, ajoute Moize, le cadet de 29 ans. Des vins en trois couleurs, des vins bio, nature et biodynamiques » pour répondre aux actuels modes de consommation.

Pedro et Moïze… et aussi Thomas !
Entre autres nouveautés, l’adresse renouera avec le vieil usage du vin vendu en vrac : « Nous proposerons des bouteilles vides consignées 1 euro, poursuit Pedro. Le vin sera commercialisé en vrac, au litre, proposé en trois couleurs, fluctuantes au fil des saisons, à l’instar du rosé qui cartonne en été ». Une coopérative des Bouches-du-Rhône, classée dans les côtes-de-Provence, devrait répondre à l’appel des trois amis. Pour le déjeuner, une carte proposant 4 entrées, autant de plats et de desserts, sera réactualisée chaque jour par Pedro qui animera la cuisine. Ancien de l’école hôtelière de Bonneveine, formé par Eric Sapet au Mas des Herbes Blanches dans le Vaucluse, Pedro a aussi appris le métier à la Part des Anges et à la Cave de Baille.
Moize, lui, est un ancien comptable « qui ne pouvait plus supporter d’être enfermé toute la journée » ; c’est en bossant, lui aussi, à la Part des Anges, qu’il s’est lié d’amitié avec Pedro. Quant à Thomas, c’est à lui que vont échoir « la comptabilité et la paperasse » : « Il sera là sporadiquement pour nous aider derrière le comptoir » assure Moize.

Sur une surface de quelque 44 m2, l’échoppe proposera 20-25 places assises : « Le but, c’est de contenter le client, pas de faire du chiffre et de se laisser déborder », promettent les deux copains. Dans l’esprit d’un bar à vins, le comptoir sera carrelé et le sol parqueté ; 3 barriques de 50 litres et une cuisine vitrée feront partie du décor. Ouverture espérée : avril 2017.

Chez Pedro et Moize, 90, rue Sainte, Marseille 7e arr. 

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.