Magazine

Da Zio, un troquet à la mode vénitienne ouvre bientôt à deux pas du Vieux-Port

Da Zio Stéphane Meiffret
Stéphane Meiffret est le DJ resident du Carmine depuis 6 ans. Il s’est associé à Axel Mosca et Thomas Bidjerano.

Les travaux ont débuté en décembre 2016, dans une ancienne agence de la RTM. Oubliés tickets et abonnements, sur le cours Jean-Ballard, à un jet de pierre du Vieux-Port, un bacaro sobrement appelé Da Zio ouvrira ici même ses portes, courant mars. Aux commandes de ce nouveau concept à Marseille, trois copains : Axel Mosca, Thomas Bidjerano et Stéphane Meiffret qui ont ramené d’un séjour de trois jours à Venise un drôle de souvenir. « Nous avons adoré le concept du bacaro, explique Stéphane. A Venise, en fin de journée, après le travail, les travailleurs se retrouvent au comptoir de ces petits bars typiques pour piter des mini sandwiches, tartines et faire tinter les verres ».
Comme dans la cité des doges, l’équipe a sélectionné une gamme de vins, de bières, charcuteries et fromages issus du terroir transalpin. « On a aussi noué un partenariat avec un fournisseur de fruits et légumes du Luberon » modère Stéphane Meiffret. Sagement alignés en vitrine, les sandwiches, tartines et autres verrines se dégusteront sur place ou à emporter : « Pour nous, la qualité des produits c’est capital. Avec un prix de départ d’environ 1,50€ et un ticket moyen de 10 €, nous cultiverons l’esprit italien en mode « mettez-moi ça et ça, et ça », sourit Stéphane Meiffret qui assure « avoir toujours rêvé d’une affaire du midi ».

« Quand les clients se tapent sur l’épaule »
Da Zio occupera 70 m2 et profitera d’une terrasse d’une dizaine de mètres carrés supplémentaires ; le bacaro sera ouvert 7 jours sur 7 en juillet et août et fermera un jour par semaine le reste de l’année. Les trois amis se sont bien répartis les rôles : Thomas travaille sur la sélection des produits et les approvisionnements, Stéphane aura pour mission de gérer la communication, le marketing et devra garantir l’ambiance tandis qu’Axel « s’occupera de la comptabilité et des achats ».
« Nous avons eu un coup de coeur pour l’ambiance qui règne dans ces troquets et comptons bien faire vivre à Marseille cet esprit convivial qui naît lorsque tout le monde se met au comptoir, quand des gens qui ne se connaissaient pas 10 minutes avant se tapent sur l’épaule, quand les clients se mélangent sur le mode grignotage et verre de vin » explique Stéphane Meiffret. Ce dernier, DJ depuis 20 ans, s’est fait connaître en mixant pour American Vintage et comme resident au Carmine depuis 6 ans. En donnant vie à ce projet, Stéphane, 34 ans, et ses potes font le pari de la cantine italienne sur le Vieux-Port. A suivre…

Da Zio, 12, cours Jean-Ballard, Marseille 1er arr. Ouverture deuxième quinzaine de mars 2017.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter