Art de vivre

Expo Picasso : Emmanuel Perrodin met le couvert à la Vieille Charité

Jamais le dialogue entre art et cuisine n’a revêtu autant d’importance. Et pour être originale, cette initiative est capitale car unique en Europe, voire au monde, et c’est à Marseille que ça se passe ! L’exposition « Picasso, voyages imaginaires » à la Vieille Charité propose de participer à des repas nocturnes, des visites-dégustées, une soirée rencontre… Tant d’expériences culinaires qui engagent un dialogue entre art et cuisine novateur. « C’est la concrétisation d’un travail entamé il y a plusieurs années avec mon association, les Oeuvres culinaires originales, et le musée Cantini, en la personne de Géraldine Bousquet » explique le cuisinier itinérant, Emmanuel Perrodin. Des rencontres ensuite se sont succédé avec Mme Garsson, directrice du musée d’Archéologie, puis Xavier Rey, le directeur des musées de Marseille, tous enthousiastes à l’idée que la cuisine puisse accompagner une exposition.

Picasso
« On va se régaler à table ! Habituellement on va au musée seul et on en repart seul, là on va partager quelque chose ensemble » assure Emmanuel Perrodin

« Je me suis ensuite rapproché des Grandes Tables à la Friche, seule structure capable de permettre la production de ces repas, assure Perrodin. J’en profite pour affirmer que je ne connais aucune structure au monde à l’égal des Grandes Tables qui réfléchit avec autant d’acuité aux liens entre cuisine et arts, aux rapports entre les phénomènes sociétaux et la culture »… La distribution est bien campée : l’expo Picasso à la Vieille Charité sera conduite par Christine Poullain et Guillaume Theulière ; la direction artistique des événements culinaires ira à Emmanuel Perrodin ; la gestion pratique des rendez-vous sera confiée aux Grandes Tables.

« Jusqu’ici, des plasticiens, musiciens, philosophes, universitaires se sont interrogés sur les rapports entre arts et cuisine et c’est bien qu’un cuisinier prenne part à cette réflexion, assène Emmanuel Perrodin. Cette reconnaissance me remplit de joie et de fierté ; je suis heureux que les musées ne soient pas que des lieux de conservation et deviennent des lieux de création », poursuit Perrodin, chef cuisinier à la formation d’historien. Des repas nocturnes seront servis dans la chapelle de la Vieille Charité ; des visites dégustées à la mi-journée, seront proposées dans un lieu encore tenu secret pour la surprise ; une rencontre à la façon plateau radio sera initiée à quelques jours de la soirée de décrochage avec concert gratuit et chefs invités… Jamais comme avec cette exposition-événement, la ville de Marseille n’aura autant innové dans la manière d’appréhender un artiste et c’est savoureux !

Le programme, les dates

Les repas nocturnes
Après avoir révélé toute une journée durant leur beauté et leurs secrets au public du musée, le soir les œuvres inspirent de nouvelles histoires. A la suite d’une visite accompagnée de l’exposition, le public passera à table, dans la chapelle de la Vieille charité, pour déguster une histoire culinaire qui parle des liens que les œuvres tissent entre elles. Emmanuel Perrodin explorera les rapports qu’entretiennent la cuisine avec les disciplines artistiques. Il propose au public, à l’occasion de ces repas nocturnes, une expérience muséale et culinaire écrite en collaboration avec un artiste invité.
Les mardis et mercredis, 27 et 28 mars, les 24 et 25 avril, les 29 et 30 mai de 19h à 22h. Tarif : 37,50 euros sur réservation.
Les visites dégustées
Manger, déguster, croquer, humer, ces mots de cuisine vont s’associer aux œuvres dans un accord inattendu. Un dialogue entre art culinaire et art plastique est proposé au public le temps d’une visite orchestrée par Emmanuel Perrodin et les médiateurs du musée. Un parcours ponctué de dégustations qui invite à percevoir autrement les œuvres exposées.
Les jeudis 5 et 27 avril, 2 et 16 mai, le 6 juin, de 11h30 à 13h. Tarif : 37,50 euros sur réservation.
Rencontre sur le thème : Picasso et la cuisine
A la fois par sa production de céramique, dont les objets et les symboles parlent de cuisine, mais également par ses sujets d’inspiration pour la série des natures mortes, que l’artiste réalise lors de son séjour à Antibes en 1946, on note l’importance du thème culinaire dans l’œuvre de Picasso. La pièce de théâtre écrite en 1945, « Le Désir attrapé par la queue », en révèle également la puissance évocatrice. Plaisir de table, de bouche ou esthétique face aux produits issus de la terre et de la mer, cette inspiration culinaire sera explorée par plusieurs intervenants.
Dimanche 22 avril, de 15h à 17h, conversation à la façon d’un plateau radio. Gratuit dans la limite des places disponibles.
Soirée de décrochage
Pour une clôture festive de l’exposition « Picasso, Voyages imaginaires » une soirée de décrochage, musicale, goûteuse et populaire sera proposée dans la cour du musée. Les grandes Carrioles, qui invitent à la déambulation et parlent de délices éphémères sont investies par des chefs de cuisine engagés sur le territoire pour une alimentation durable. La carte culinaire à découvrir est accompagnée d’une programmation musicale tout public.
Dimanche 24 juin de 17h à 22h, concert gratuit.

Renseignements au 04 91 14 58 56 ; réservations sur digitick.com

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.