Art de vivre

Pour passer ses vacances chez de vrais Marseillais

maisons de marseille 2
Une ambiance fifties pour une déco facile à vivre

Dix appartements à 10 minutes à pied de la gare pour 10 services qui vous faciliteront les vacances… Dans cet immeuble entièrement rénové et ouvert aux touristes et à la clientèle d’affaires il y a tout juste un an, le Marseille des années 50 se révèle dans toute sa singularité. Une cosy-room, des appartements, un mini-loft, des suites delux, un studio haut perché… il y en a pour toutes les familles, du duo d’amoureux à la smala enthousiaste.

maisons de marseille 1
Chaque location est dotée d’une cuisine équipée avec vue sur le salon

L’immeuble de la rue Sénac, construit au XIXe sur le modèle des fameux appartements marseillais, associe aux matériaux chauds et traditionnels (tomettes, plancher, poutres apparentes, béton ciré) un style Arty des années fifties. Votre hôte y a choisi des grands noms pour meubler et habiller les murs de cette maison pour le moins inhabituelle : Jacobsen, Eames ou encore Noguchi pour les rééditions de meubles scandinaves, Olivier Metzger, Olivier Liegent, et Françoise Beaugion pour les photographies et les œuvres.

Pour chacun des appartements, le linge de maison et les serviettes sont fournis, salle de bains et WC sont séparés, un sèche cheveux et un aspirateur sont mis à disposition, internet wifi haut débit et téléviseur HD grand écran, lecteur DVD, prêts de DVD permettent d’agrémenter vos moments coccon. Dans la cour arborée, un jeu de pétanque et une fraîcheur bienvenue en été vous inciteront à piquer un petit roupillon. C’est cher ? Pas tant que ça, comptez de 60 à 93 € pour la cosy room selon la durée de votre séjour et les périodes et de 125 à 220 € pour le grand appart’

⇒Vous avez entendu parler de l’affaire Bougrat ? Le 37 de la rue Sénac est connu  des Marseillais pour avoir abrité le  cabinet du docteur Bougrat. L’affaire Bougrat a défrayé la chronique entre les deux guerres, et suscite aujourd’hui encore bien des interrogations. Le Dr Bougrat fut accusé du meurtre d’un de ses patients, retrouvé mort dans un placard de son laboratoire. Envoyé au bagne à Cayenne il s’en évada de façon spectaculaire et après une longue cavale, il reprit l’exercice de la médecine au Venezuela, soignant les plus démunis.

Les Maisons de Marseille, 37, rue Sénac de Meilhan, 13001 Marseille ; +336 11 73 35 55.
Pour en savoir plus cliquez ici.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter