Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Art de vivre Carnet de cave

Les premières rencontres du vin nature se tiendront les 28 et 29 juillet dans le Vaucluse

Le collectif « Qui l’eût cru !? » est composé de vigneronnes et vignerons du Luberon et du Ventoux qui partagent la même passion pour le vin nature. Ces vins, très méconnus du grand public, gagnent chaque année de plus en plus de parts de marché. Ce sont les restaurateurs et les cavistes des grandes villes qui s’en sont entichés et en sont devenus les principaux ambassadeurs.

vin nature

Les vignerons du collectif :
– La Cabrery à Vitrolles en Luberon
– Les Tuiles Bleues à Sannes
– Michel Isouard à Vaugines
– Alex Dalet à Ansouis
– Val de Combrès à Oppède
– Laurent Thérond à Ménerbes
– Les Maoù, à Gordes
Bizarrement, en Provence, leur accès demeure plus confidentiel alors que certains vins y sont produits. En se regroupant, des domaines petits par nature, ont décidé de mettre en commun leurs connaissances, forces et réseaux pour devenir visibles et ainsi faire exister le vin nature sur les départements mêmes de production. « Nous cultivons la vigne suivant les principes de l’agriculture biologique et nous améliorons en permanence nos pratiques de travail avec le sol, la plante et l’écosystème », expliquent les membres du collectif dans un communiqué aussi clair qu’enthousiaste. Les raisins sont certifiés selon le label AB voire un autre label avec un cahier des charges encore plus exigeant. Certains domaines se sont même engagés dans des démarches encore plus radicales comme le travail de la vigne au cheval.
Une fois mûrs les raisins sont vendangés manuellement. Le principe des vinifications « natures » est d’utiliser du raisin et rien que du raisin. Ainsi, ce sont les levures et les bactéries naturellement présentes sur les baies qui assurent la fermentation. Tout produit ajouté (levures, enzymes, colles, etc.) et toute technique visant à stabiliser ou normaliser violemment le vin (filtration fine,
thermovinification ou concentration, etc.) sont proscrits. Seuls les sulfites sont tolérés lorsqu’ils sont utilisés à des doses très faibles (max. 1/3 de la dose autorisée en agriculture bio) pour traiter un problème dans les dernières phases de la vinification et jamais de façon systématique ou préventive.

Enfin, la clarification des moûts comme du vin est obtenue en laissant le temps au dépôt de se faire, parfois avec l’aide du froid et non en utilisant des méthodes brutales comme la filtration. « Nous sommes tous signataires d’une charte calquée sur celle de l’association des vins naturels (AVN) et sur les travaux pionniers des vignerons qui, avant nous, ont commencé à (re)faire du vin naturel » assurent les vignerons du collectif.

Au village des Beaumettes à partir de 18 heures, dégustation festive. Les vignerons feront découvrir et vendront leurs vins tout au long d’une soirée animée :
– émission de radio Zinzine enregistrée en direct
– concert de Ioanes Trio (chanson française décalée et à danser)
– restauration bio, locale et sympa (restaurants, food trucks, stands) à partager sur de grandes tables en dégustant les vins présentés
Animations gratuites et parking gratuit. Accès à la dégustation avec un verre sérigraphié offert : 5 euros.
A la gare de Coustellet de 10h à 20h, journée sur le thème : « Le vin naturel : parlons-en ! » ; toute la journée, dégustation en présence des vignerons et vente de vin.
10h – 11h30 : conférence débat « Qu’est-ce que le vin naturel ? » avec l’écrivain Michel Tuz, auteur de RED (Ed. J.-P. Rocher), et les vignerons
14h – 15h : projection du film inédit « Fermentacion Espontanéa » une série de portraits de vignerons nature espagnols
15h – 16h30 : conférence un verre à la main avec Jean-Pierre Mignot, sommelier et grand connaisseur des vins nature qui traitera du terroir et de son expression au travers du carafage des vins.
Animations gratuites et parking gratuit. Accès à la dégustation avec un verre sérigraphié offert : 5 euros.