Art de vivre Carnet de cave

Les premières rencontres du vin nature se tiendront les 28 et 29 juillet dans le Vaucluse

Le collectif « Qui l’eût cru !? » est composé de vigneronnes et vignerons du Luberon et du Ventoux qui partagent la même passion pour le vin nature. Ces vins, très méconnus du grand public, gagnent chaque année de plus en plus de parts de marché. Ce sont les restaurateurs et les cavistes des grandes villes qui s’en sont entichés et en sont devenus les principaux ambassadeurs.

vin nature

Les vignerons du collectif :
– La Cabrery à Vitrolles en Luberon
– Les Tuiles Bleues à Sannes
– Michel Isouard à Vaugines
– Alex Dalet à Ansouis
– Val de Combrès à Oppède
– Laurent Thérond à Ménerbes
– Les Maoù, à Gordes
Bizarrement, en Provence, leur accès demeure plus confidentiel alors que certains vins y sont produits. En se regroupant, des domaines petits par nature, ont décidé de mettre en commun leurs connaissances, forces et réseaux pour devenir visibles et ainsi faire exister le vin nature sur les départements mêmes de production. « Nous cultivons la vigne suivant les principes de l’agriculture biologique et nous améliorons en permanence nos pratiques de travail avec le sol, la plante et l’écosystème », expliquent les membres du collectif dans un communiqué aussi clair qu’enthousiaste. Les raisins sont certifiés selon le label AB voire un autre label avec un cahier des charges encore plus exigeant. Certains domaines se sont même engagés dans des démarches encore plus radicales comme le travail de la vigne au cheval.
Une fois mûrs les raisins sont vendangés manuellement. Le principe des vinifications « natures » est d’utiliser du raisin et rien que du raisin. Ainsi, ce sont les levures et les bactéries naturellement présentes sur les baies qui assurent la fermentation. Tout produit ajouté (levures, enzymes, colles, etc.) et toute technique visant à stabiliser ou normaliser violemment le vin (filtration fine,
thermovinification ou concentration, etc.) sont proscrits. Seuls les sulfites sont tolérés lorsqu’ils sont utilisés à des doses très faibles (max. 1/3 de la dose autorisée en agriculture bio) pour traiter un problème dans les dernières phases de la vinification et jamais de façon systématique ou préventive.

Enfin, la clarification des moûts comme du vin est obtenue en laissant le temps au dépôt de se faire, parfois avec l’aide du froid et non en utilisant des méthodes brutales comme la filtration. « Nous sommes tous signataires d’une charte calquée sur celle de l’association des vins naturels (AVN) et sur les travaux pionniers des vignerons qui, avant nous, ont commencé à (re)faire du vin naturel » assurent les vignerons du collectif.

Au village des Beaumettes à partir de 18 heures, dégustation festive. Les vignerons feront découvrir et vendront leurs vins tout au long d’une soirée animée :
– émission de radio Zinzine enregistrée en direct
– concert de Ioanes Trio (chanson française décalée et à danser)
– restauration bio, locale et sympa (restaurants, food trucks, stands) à partager sur de grandes tables en dégustant les vins présentés
Animations gratuites et parking gratuit. Accès à la dégustation avec un verre sérigraphié offert : 5 euros.
A la gare de Coustellet de 10h à 20h, journée sur le thème : « Le vin naturel : parlons-en ! » ; toute la journée, dégustation en présence des vignerons et vente de vin.
10h – 11h30 : conférence débat « Qu’est-ce que le vin naturel ? » avec l’écrivain Michel Tuz, auteur de RED (Ed. J.-P. Rocher), et les vignerons
14h – 15h : projection du film inédit « Fermentacion Espontanéa » une série de portraits de vignerons nature espagnols
15h – 16h30 : conférence un verre à la main avec Jean-Pierre Mignot, sommelier et grand connaisseur des vins nature qui traitera du terroir et de son expression au travers du carafage des vins.
Animations gratuites et parking gratuit. Accès à la dégustation avec un verre sérigraphié offert : 5 euros.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.