Magazine

Caterine, la cantine méditerranéenne de Marie Dijon, Eugénie et Laura

caterine restaurant

On attendait son retour en mode solo, la voici revenue en mode asso : Marie Dijon (ex-Trois-Quarts, Ex-Grain de Sel) revient hanter la scène marseillaise dans le 6e arrondissement avec un très attendu restaurant, sobrement baptisé, Caterine. Pour cette nouvelle aventure, la jeune femme au talent ébouriffé s’est entourée d’associées sérieuses et d’amies sincères. Eugénie Cenatiempo, avec sa formation d’architecte, et Laura Samzun, géographe de formation, ne seront pas de trop pour battre le tempo de cette adresse bien décidée à casser les codes.

« Nous avons souhaité remettre la salle et la cuisine dans le même espace, péter les murs comme les clivages, avance Marie Dijon. Dans le jardin, en fond de salle, de longues tables communes permettront de s’attabler et, pourquoi pas, de faire connaissance ». Côté horaires aussi, le triumvirat a souhaité ouvrir de 10h à 18h, en service continu, avec des variations entre la semaine et le week-end ; le dimanche sera journée ouverte et des événements ponctuels permettront également d’ouvrir en soirée. « On vise le public le plus large possible, c’est un bon quartier et une bonne ville pour ça », souffle Laura Samzun sous l’oeil bienveillant d’Eugénie Cenatiempo. Décor encore, du comptoir aux suspensions en passant par l’aménagement de la cuisine, les trois associées remercient tous leurs copains qui ont cru en leur projet et qui s’y sont investis avec enthousiasme, « même notre banquier » assurent-elles.

La typographie du logo du restaurant reprend les lettres sculptées dans la pierre des escaliers de Notre-Dame-de-la-Garde

Dès le mois de mars prochain, faute de restaurant, Caterine proposera son épicerie fine (pickles, champignons à l’huile, huiles et vinaigres aromatisés) ainsi que des assortiments de coquillages sur commande et des poissons fumés maison. Toujours en attendant la réouverture des restaurants et la fin de la pandémie, viendra ensuite le temps des plats pensés en mode street food mais toujours méditerranéens et marseillais dont les fameux kebab de poulpe, tielles et autres focaccias seront les emblèmes. « On insiste vraiment sur la qualité de ce que nous servirons, assure Marie Dijon. On aime l’idée de composer une carte de plats cantine comme le poisson pané. Une dénomination simple, directe qui veut dire ce qu’elle veut dire mais la surprise viendra de la recette, de la présentation et des saveurs ».

Insistant sur le caractère méditerranéen de leur repaire, Marie, Eugénie et Laura inviteront leurs clients à passer commande au comptoir. Ces derniers iront prendre place au jardin ou en salle, attendant d’être appelés pour récupérer leur plateau : « C’est très méditerranéen comme approche, c’est comme ça qu’on fait vivre une cantine à Marseille », expliquent-elles. Pas de fooding, encore moins de snacking et autres anglicismes grotesques, Caterine sera conforme à la philosophie de ses trois mamans, « trop fières » de s’être ancrées dans le quartier.

Caterine, 27, rue Fontange, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 67 72 85. Dès le mois de mars, ouverture de l’épicerie et début des offres à emporter.

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Des félicitations pour cette réalisation. Marie, tu as toujours été pétillante. Tu te rappelleras probablement le père d’Alizée. Je salue cette progression… Pour le trio mais plus particulièrement, c’est un peu un parti pris, pour Marie que j’ai vue plus ou moins pousser. Et il est clair que la passion l’anime. Je ne suis pas étonné qu’il s’agisse de casser les codes et c’est une bonne chose. Trop d’enseignes s’endorment sur des classiques que l’on peut trouver à l’identique partout et parfois même à des prix exorbitants. La restauration et surtout la cuisine sont un art et, à mon sens, si on veut sortir du lot, c’est comme ça qu’il faut la voir. En ce qui me concerne, c’est dans ce type de lieu que j’aime manger sinon je peux faire mieux à la maison et pour moins cher. Faites vibrer les papilles les filles. AE

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.