Magazine

Restaurant Saisons : Diaz et Bonneaud ont rangé les marteaux et s’attaquent aux pinceaux

Pour le marteau c’est fini. Les pinceaux ont été rangés et les finitions sont désormais entamées. Guillaume Bonneaud et Julien Diaz annoncent l’ouverture de leur nouveau restaurant, Saisons, le 10 octobre prochain : « Nous avons opté pour un lundi au déjeuner car le soir nous serons fermés. C’est une bonne occasion de lancer le restaurant tout en définissant les derniers paramètres à peaufiner » analyse Guillaume Bonneaud. A ce jour, les approvisionnements en vins et digestifs sont achevés et les quelque 1500 bouteilles rangées. « Julien avait peur que nous manquions de place, il est rassuré », sourit son associé Guillaume. Cuisine Bonnet, verrerie 100% française signée Lehmann glass à Reims, vaisselle, luminaires… tout est arrivé : « Pour le café, nous avons opté pour un torréfacteur déjà très présent à Paris » poursuit Bonneaud. Les travaux entamés le 10 août dernier s’achèveront le 4 octobre et les deux amis ont d’ores et déjà invité leur famille pour tester à blanc le service : « Julien Diaz a une nature assez inquiète et se savoir épaulé par Marie Dijon lui apporte un certain réconfort ». Le restaurant sera fermé les samedis, dimanches et lundis soir, « sauf si nous avons des réservations de groupe mais nous avons fait le choix de la famille » analyse le duo Bonneaud-Diaz. Pour l’heure, tout semble très maîtrisé jusqu’à la communication et le marketing qui ont fait l’objet de multiples précautions :  les concierges des grands hôtels, des chefs d’entreprise, quelques relais d’influence ont été invités à découvrir le restaurant. Une participation même à une soirée Mix en bouche a été programmée pour faire découvrir Diaz à la clientèle de quadras et quincas qui a déserté les restaurants classiques. Une nouvelle façon de concevoir la restauration qui colle aux usages de l’époque…

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.