Magazine

Le duo Guillaume Bonneaud – Julien Diaz annonce l'ouverture de Saisons

Bonneaud et Diaz le Grand Pastis ok
Guillaume Bonneaud, Lycia et son mari Julien Diaz. Voici quelques assiettes telles qu’on peut les voir sur le site de leur future table qui ouvrira dans le quartier Castellane : http://restaurant-saisons.com/

Les actes ont été signés le 13 juillet, Guillaume Bonneaud et Julien Diaz sont désormais chez eux, au 8, rue Sainte-Victoire, dans le quartier de Castellane à Marseille. Le restaurant Axis n’est plus, son ancien propriétaire s’étant rapatrié sur son autre adresse du quartier Cantini. « Le restaurant s’appellera Saisons, annonce Guillaume Bonneaud. C’est une référence aux bons produits au bon moment, c’est ce que nous voulions ». A midi, les deux associés proposeront une formule au choix ; le soir, le client s’en remettra à la seule inspiration de Julien Diaz. « L’ambition, ce sera d’avoir l’étoile au Michelin dans les 2 ans. C’est difficile d’obtenir le macaron quand on se lance avec ses fonds propres mais pour nous, c’est une stimulation, c’est un objectif, mais notre vie ne tournera pas autour de ça » prévient Bonneaud.

Marie Dijon recrutée dans la brigade

L’annonce de ce rachat se double d’une information de taille : le recrutement de Marie Dijon qui fera équipe avec Julien Diaz. « Pour nous, c’est un recrutement de luxe, elle a un grand potentiel et c’est une belle personne » affirment les deux associés. Autre recruté d’importance : Francesco, un Italien de Naples qui avait déjà travaillé auprès de Diaz en Corse et qui n’avait pas caché sa volonté de revenir travailler dans la brigade du chef biberonné aux classiques de la cuisine napolitano-provençale. En salle, c’est Guillaume Bonneaud qui aura la lourde tâche d’insuffler l’esprit et l’âme du restaurant : « L’ambiance sera copine, ce sera presqu’un esprit bistrot avec des tables en bois bien travaillé, mais on ne veut pas se la jouer. La salle sera claire, sobre, à l’image de ce que nous avons voulu pour le site web ». Les deux bons copains veulent que leur amitié transpire dans le restaurant : « Notre point commun, c’est de privilégier l’humain, on veut que venir chez nous, ce soit super » affirment-ils de concert. L’installation de quelques mange-debout devant la baie vitrée qui donnera sur la cuisine devrait permettre de désacraliser le travail de la brigade et de vivre le service en direct live.

Pour l’heure, les premiers fournisseurs sont contactés à l’exemple de Pierre Ragot de la maison Saint-Honoré, aux pains duquel les deux jeunes associés ont réservé une belle mise en scène : « Nous présenterons des pains au moule sur des planches à pain pour que le client coupe lui-même son pain, ce sera un autre gage de convivialité ». Bonneaud-Diaz espèrent ardemment ouvrir « début septembre » mais « on a l’inconvénient du mois d’août où tout est à l’arrêt. Si on ouvre le 15 septembre ce sera une belle performance ».

Restaurant Saisons, 8, rue Sainte-Victoire, Marseille 6e arr. Pas de phone, ouverture aux environs du 15 septembre. Formules midi 29 et 37 € ; soir pas encore déterminé.

Pour tout savoir sur Julien Diaz, cliquez ici
On vous en parlait déjà le 22 décembre 2015, cliquez ici

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.