Carnet de cave

Avec Romain Larrieu, quelques bonnes bouteilles pour trinquer à la rentrée

Romain LarrieuA peine revient-on des plages que la saison des foires aux vins pointe le bout de son tire-bouchon dans les rayons des grandes surfaces et chez les cavistes. Dans la jungle des étiquettes, appellations et dénominations, pas facile de s’y retrouver. La bonne option, se rapprocher d’un sommelier ou d’un caviste qui vous expliquera à trier le bon grain de l’ivraie. « Tous les samedis, dès 10h30-11 heures, j’organise des dégustations en trois couleurs à la cave, explique Romain Larrieu. A titre d’exemple, aujourd’hui, je propose de découvrir un Vaccelli rosé 2016, un Vignerons parisiens blanc 2016 et un clos d’Alzeto rouge 2016 également. Et pour accompagner tout ça, il y a toujours des planches de charcuteries et fromages  pour respecter les accords ». Le caviste-sommelier de 31 ans qui exerce au sein du Auchan gourmand Prado depuis son ouverture voilà plus d’un an veut « faire le job, découvrir les vins, partager les découvertes » et la philosophie qu’il partage avec tous ses autres confrères cavistes. « Ma sélection est à 70% bio et biodynamique avec une centaine de références en corse, assure-t-il en balayant du regard ses étagères. J’ai beaucoup de petits trésors cachés, je manque de place, il ne faut pas hésiter à me demander ! »
Romain Larrieu bichonne ses clients et, outre les rendez-vous dégustation libre du samedi, il organise un jeudi soir par mois des rencontres entre un vigneron et ses clients, « j’invite aussi des brasseries car la bière plaît de plus en plus, analyse ce fils de l’Estaque. Ces soirs-là, je propose d’accompagner chaque vin d’un plat traiteur, on sert dans des verres Riedel et j’aime bien cultiver l’esprit club avec des liens amicaux tissés au fil des mois ».

La saison des foires aux vins est là (du 24 septembre au 8 octobre chez Auchan) et le caviste fourbit ses arguments : un château Grand Boise (rouge 2016) qui passera de 16,80 € à 13 €, de grands bourgognes avec des remises de 10 à 15 € comme ce volnay de Louis Jadot (rouge 2014) affiché à 36 €. A voir…

Les boosters de la rentrée

Ce n’est pas parce que votre N+1 vous harcèle sur le powerpoint de présentation qui devait être fini hier qu’il faut sombrer dans le Prozac. Au contraire, Romain Larrieu vous donne 3 occasions de renouer avec la bonne humeur.
On prolonge l’été : un rosé 2018 du château Grand Boise (côtes de provence, sainte-victoire) en biodynamie. « C’est, selon moi, le plus beau rosé que j’ai goûté cette année, c’est de la bombe ! A boire avec sa/son chéri au soleil couchant dans les calanques ».
On fête la rentrée : le Versus blanc, un cévennes 2015 chez GR vins. « Un chardonnay sur les contreforts des Cévennes; un vin très frais, très fin et très élégant. Une belle méinéralité ciselée. A boire avec ses potes de travail en afterwork ».
On soigne sa déprime : UNU du domaine Vaccelli, ajaccio en rouge 2016. « C’est le plus bourguignon des vins corses, ça tord le cou aux idées reçues sur les vins insulaires. Un millésime tout en finesse et délicatesse à base de nielluccio, de grenache et de sciaccarello, pour moi c’est le romanée-conti de la Corse à réserver aux gens qu’on apprécie le plus au monde ».

Auchan gourmand, centre commercial Prado, boulevard Michelet Marseille 8e arr.
Inscription à la newsletter de Romain Larrieu rlarrieu@franchise.auchan.fr

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux