Carnet de cave

Château la Célestière : le tradition rouge 2011 pour escorter vos gibiers

CélestièrePour ceux qui ne le connaissent pas, le guide Bettane et Desseauve 2015 a attribué la note de 14,5/20 à la cuvée tradition 2011 du château la Célestière. Recevoir les compliments du « Bettane et Desseauve » c’est aussi précieux que le sourire d’un contrôleur fiscal. « Style solaire pour les 2011 et 2012, grenaches de puissance et de caractère (…) une gamme remarquable des vins à forte personnalité qui méritent d’être mieux connus ». Inutile de vous raconter la joie au château… Il est vrai que le millésime 2011 a été marqué par des conditions de vendanges exceptionnelles avec un rendement moyen estimé à 33 hl/ha, les raisins affichant une maturité optimale. Issu d’un assemblage grenache (55 %), cinsault (15 %), syrah (15%) et mourvèdre (15%), ce vin balance entre élégance et puissance, équilibre et maîtrise.

Il faudra servir ce vin à 16-18°C mais pensez à le carafer pour que son nez, d’abord discret, prenne toute sa mesure. Sa robe rouge carmin laisse deviner des notes de fruits rouges cuits, de réglisse avec une pointe de caramel qui conviendra idéalement au gibier (une dinde ou un chapon rôti) ou des rognons d’agneau. L’attaque est franche avec une belle acidité venant tempérer un fromage puissant comme un comté de 18 mois. Les tanins sont présents mais ne dominent pas le vin, l’équilibre est réussi. Sa belle finale, longue sur des notes de cerises burlat et de confiture de mûres pourrait convenir à un fromage de chèvre sec.

Château la Célestière, 1956, route de Roquemaure à Châteauneuf-du-Pape ; 04 90 25 28 92.
Cuvée tradition rouge 2011, aux environs de 28 € les 75 cl.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux