Carnet de cave

Château la Célestière : le tradition rouge 2011 pour escorter vos gibiers

CélestièrePour ceux qui ne le connaissent pas, le guide Bettane et Desseauve 2015 a attribué la note de 14,5/20 à la cuvée tradition 2011 du château la Célestière. Recevoir les compliments du « Bettane et Desseauve » c’est aussi précieux que le sourire d’un contrôleur fiscal. « Style solaire pour les 2011 et 2012, grenaches de puissance et de caractère (…) une gamme remarquable des vins à forte personnalité qui méritent d’être mieux connus ». Inutile de vous raconter la joie au château… Il est vrai que le millésime 2011 a été marqué par des conditions de vendanges exceptionnelles avec un rendement moyen estimé à 33 hl/ha, les raisins affichant une maturité optimale. Issu d’un assemblage grenache (55 %), cinsault (15 %), syrah (15%) et mourvèdre (15%), ce vin balance entre élégance et puissance, équilibre et maîtrise.

Il faudra servir ce vin à 16-18°C mais pensez à le carafer pour que son nez, d’abord discret, prenne toute sa mesure. Sa robe rouge carmin laisse deviner des notes de fruits rouges cuits, de réglisse avec une pointe de caramel qui conviendra idéalement au gibier (une dinde ou un chapon rôti) ou des rognons d’agneau. L’attaque est franche avec une belle acidité venant tempérer un fromage puissant comme un comté de 18 mois. Les tanins sont présents mais ne dominent pas le vin, l’équilibre est réussi. Sa belle finale, longue sur des notes de cerises burlat et de confiture de mûres pourrait convenir à un fromage de chèvre sec.

Château la Célestière, 1956, route de Roquemaure à Châteauneuf-du-Pape ; 04 90 25 28 92.
Cuvée tradition rouge 2011, aux environs de 28 € les 75 cl.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.