Vins rosés, vins d'été

Saint-Roux, un rosé pour déjeuner estival au château

château Saint-RouxD’aucuns parleraient de concept global, d’autres citeraient une vision transversale du métier mais la réalité est moins alambiquée : le château Saint-Roux a tout simplement renoué avec les traditions paysannes de grands domaines d’autrefois. Car non content de produire du vin, la propriété fabrique ses propres fromages de chèvre ; elle a ouvert une table alimentée par les légumes du potager à destination des hôtes de passage et permet même à ces derniers, de loger quelque temps au château. Tout ceci bien sûr « dans une démarche écoresponsable » suivant le fil des saisons comme l’affirme l’équipe en place.

Le vignoble, qui achève cette année 2019 sa conversion biologique, couvre 40 hectares en centre Var balayés par le vent qui assainit l’atmosphère et garantit contre les effets des moisissures. La vinification des vins « est élaborée avec des levures naturelles et locales livrant une authenticité et un caractère naturel à nos vins » explique-t-on dans les chais. Ce rosé fait appel aux cépages autochtones traditionnels (grenache, cinsault, syrah, mourvèdre, rolle) pour nous offrir une robe peau de pêche assez soutenue et un nez tout naturellement de pêche de vigne et agrumes. En bouche, ce vin équilibré présente une belle souplesse et une vinosité qui en font le compagnon des déjeuners et dîners élégants. Servi à 10°C, il aime les viandes rouges braisées, les petits farcis, les saucisses au barbecue et les épaules d’agneau confites à l’ail et aux herbes de Provence.

Château Saint-Roux 2018, rosé AOP Côtes-de-Provence, 16,50 € la bouteille 75 cl départ cave. RD17, route de la Garde Freinet, 83340 Le Cannet-des-Maures ; infos au 04 98 10 02 61.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux