Art de vivre

Cuisiner le poisson avec Thierry Molinengo, n’en faites plus un monde

Thierry MolinengoEntre les nombreuses espèces, les conseils d’achat, la découpe et les cuissons, l’univers de la mer peut paraître un brin déconcertant. Alors oubliez toutes vos idées reçues et préjugés sur les livres de cuisine qui abordent ce thème et plongez dans le dernier opus signé Thierry Molinengo. Le bras droit de Guy Martin au Grand Véfour est aussi un extraordinaire pédagogue et nous facilite la vie : comment lever les filets, cuire les bulots, décortiquer un tourteau… Tout, tout, tout vous saurez tout sur les 36 principales espèces, les 14 techniques de base et autres 36 tours de main avec 40 recettes qui vous sont proposés dans cet ouvrage.
On aime : les photos qui, dans l’épure, montrent sans tricher à quoi ressemblera la recette que vous réaliserez à la maison.
Le coup de coeur : pour la recette des couteaux en persillade.
Dans la même collection : les légumes, viandes et fruits sont passés au crible. Enfin, le volume consacré à la décoration à l’assiette est une référence.

Workshop Poissons, Coquillages, Crustacés et Octopodes, par Thierry Molinengo, 244 pages, La Martinière Ed. ; 24.90 €

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux