Art de vivre

Le meilleur panettone français est signé Thomas Teffri-Chambelland

Thomas Teffri-Chambelland

C’est Thomas Teffri-Chambelland, fondateur de l’Ecole internationale de boulangerie (Alpes de Haute-Provence), qui est monté sur la première marche du podium, lors du concours du meilleur panettone français qui s’est tenu samedi 16 octobre dernier à Paris. Raphaël Joubert et Christophe Louie se classent respectivement 2e et 3e. Comme annoncé, ce sont Thomas Teffri-Chambelland et Raphaël Joubert qui porteront nos couleurs à Lugano, en Suisse, pour se mesurer à nos voisins européens… « Thomas l’a emporté haut la main et c’était vraiment mérité, annonce avec un grand fair-play son ami Manu Barthélémy. C’est une victoire qui trouve sa source dans un très bon bouquin qu’il a écrit (1) et qui fait référence ».

« Un bon panettone, c’est une réponse complexe qui appelle des éléments subjectifs, a expliqué Thomas Teffri-Chambelland. Il faut juger en fonction du parfum au nez, des arômes en bouche et de la texture en main puis en bouche. A la dégustation, le parfum complexe d’agrumes se mêle au beurre et à la fermentation… Le beurre doit être présent avec finesse ». Si l’orange et le cédrat apportent fraîcheur et élan, le boulanger de Noyers-sur-Jabron insiste sur le caractère complexe du panettone : – En bouche, il y a quelque chose de plus accidenté avec des mies longues quand on les déchire à la main. La furtive résistance à la mâche doit laisser place au fondant »

Concernant le concours, Thomas Teffri-Chambelland note que l’ensemble du podium est trusté par des élèves de son école internationale de boulangerie, « nous sommes le renouveau de la viennoiserie au levain » estime-t-il. « Podium ou pas, on a tous beaucoup progressé et travaillé. Ce type de concours est un bon moyen pour motiver la filière boulangerie ». Assurant que les Alpes de Haute-Provence sont une terre de gastronomie et d’excellents produits, Thomas Teffri est impatient de se retrouver en Suisse dans 3 semaines : – On a de très belles choses à montrer ; le panettone est un produit gourmet et nous n’y allons pas la tête basse ». Les Italiens sont prévenus.

(1) Panettone et viennoiserie au levain, 264 pages, Bread Ed. ; 69 €.

2 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    • Salut Frédéric, les panettone de Manu sont proposés à la pizzéria Lo Pichotome, le Village Vert, 5, avenue de Verdun, 04300 Forcalquier ; infos au 06 61 87 01 19.
      Pour les panettone de Thomas Teffri-Chambellan, contactez l’école internationale de boulangerie, Saint-Martin, 04200 Noyers-sur-Jabron ; infos au 04 84 54 97 10.
      Belle journée et bonnes fêtes

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.