Art de vivre

Le Grand Repas sera servi jeudi 21 octobre

Grand Repas

Jeudi 21 octobre prochain, les Bouches-du-Rhône à l’unisson avec le reste du pays, s’apprêtent à vivre un grand moment gastronomique collectif. Pour la première fois, 59 adresses disséminées un peu partout dans le département proposeront un menu unique à l’heure du déjeuner. De la brasserie aux cantines des collèges, des établissements de soin aux lycées hôteliers en passant par les restaurants classiques et même les particuliers, cette invitation fédératrice est adressée au plus grand nombre pour partager un moment de convivialité et de sensibilisation autour d’un menu sain, de qualité et de saison.

Le menu : entrée, Sablé de rouget au houmous et pistou ; le plat, Blanc de volaille à la tapenade et au cumin ; le dessert, un Crumble à la figue. Recettes et jeu concours en cliquant ici
A l’origine de ce Grand Repas, il faut aller chercher du côté de l’association éponyme née sous l’impulsion d‘Emmanuel Hervé et de chefs connus à l’instar de Thierry Marx ou Guillaume Gomez (ex-cuisinier de la Présidence de la République) avec pour marraine cette année, Anne-Sophie Pic. La participation du département des Bouches-du-Rhône et de Provence Tourisme apporte une dimension locale à l’événement et s’inscrit dans la valorisation et la transmission de notre patrimoine gastronomique.
Le parrain provençal du Grand Repas est le chef Lionel Lévy du restaurant L’Alcyone qui a élaboré pour l’occasion un menu composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert, donnant le «LA» de cette journée unique, tout en laissant libre cours à l’imagination et aux envolées de chacun.

Des initiatives exemplaires

  • Au SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) pédiatrique de Val Pré Vert à Mimet, une application gratuite et ouverte à tous « C’à ma portée » – https://c-a-ma-portee.fr – offre des conseils de chefs et de diététiciens pour une cuisine et une alimentation saines.
  • Au lycée hôtelier de La Cadenelle, à Marseille, des ateliers d’animations gérés par les BTS Diététique, prendront place en amont afin d’informer les clients, le jour J, sur les valeurs nutritionnelles du Grand Repas.
  • À la Maison de Gardanne, les chefs vont travailler sur les textures pour préparer une version adaptée du menu, pour le rendre accessible à certains patients.

Les Dîners d’Epicure d’Auguste Escoffier ont inspiré le Grand Repas

C’est en 1912 que l’empereur des cuisiniers, Auguste Escoffier, invente et concocte les menus des Dîners d’Épicure. Ces dîners sont destinés à faire connaître l’excellence de la cuisine française, qui sont dégustés le même jour dans différentes cités partout dans le monde. Le premier repas réunit plus de quatre mille convives sur le globe, dans des hôtels, des restaurants, sur des paquebots de croisière. Le dernier Dîner d’Epicure sera organisé en juin 1914, et servi dans 147 villes différentes réunissant un total de plus de dix mille personnes.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.