Art de vivre

Le Grand Repas sera servi jeudi 21 octobre

Grand Repas

Jeudi 21 octobre prochain, les Bouches-du-Rhône à l’unisson avec le reste du pays, s’apprêtent à vivre un grand moment gastronomique collectif. Pour la première fois, 59 adresses disséminées un peu partout dans le département proposeront un menu unique à l’heure du déjeuner. De la brasserie aux cantines des collèges, des établissements de soin aux lycées hôteliers en passant par les restaurants classiques et même les particuliers, cette invitation fédératrice est adressée au plus grand nombre pour partager un moment de convivialité et de sensibilisation autour d’un menu sain, de qualité et de saison.

Le menu : entrée, Sablé de rouget au houmous et pistou ; le plat, Blanc de volaille à la tapenade et au cumin ; le dessert, un Crumble à la figue. Recettes et jeu concours en cliquant ici
A l’origine de ce Grand Repas, il faut aller chercher du côté de l’association éponyme née sous l’impulsion d‘Emmanuel Hervé et de chefs connus à l’instar de Thierry Marx ou Guillaume Gomez (ex-cuisinier de la Présidence de la République) avec pour marraine cette année, Anne-Sophie Pic. La participation du département des Bouches-du-Rhône et de Provence Tourisme apporte une dimension locale à l’événement et s’inscrit dans la valorisation et la transmission de notre patrimoine gastronomique.
Le parrain provençal du Grand Repas est le chef Lionel Lévy du restaurant L’Alcyone qui a élaboré pour l’occasion un menu composé d’une entrée, d’un plat et d’un dessert, donnant le «LA» de cette journée unique, tout en laissant libre cours à l’imagination et aux envolées de chacun.

Des initiatives exemplaires

  • Au SSR (Soins de Suite et de Réadaptation) pédiatrique de Val Pré Vert à Mimet, une application gratuite et ouverte à tous « C’à ma portée » – https://c-a-ma-portee.fr – offre des conseils de chefs et de diététiciens pour une cuisine et une alimentation saines.
  • Au lycée hôtelier de La Cadenelle, à Marseille, des ateliers d’animations gérés par les BTS Diététique, prendront place en amont afin d’informer les clients, le jour J, sur les valeurs nutritionnelles du Grand Repas.
  • À la Maison de Gardanne, les chefs vont travailler sur les textures pour préparer une version adaptée du menu, pour le rendre accessible à certains patients.

Les Dîners d’Epicure d’Auguste Escoffier ont inspiré le Grand Repas

C’est en 1912 que l’empereur des cuisiniers, Auguste Escoffier, invente et concocte les menus des Dîners d’Épicure. Ces dîners sont destinés à faire connaître l’excellence de la cuisine française, qui sont dégustés le même jour dans différentes cités partout dans le monde. Le premier repas réunit plus de quatre mille convives sur le globe, dans des hôtels, des restaurants, sur des paquebots de croisière. Le dernier Dîner d’Epicure sera organisé en juin 1914, et servi dans 147 villes différentes réunissant un total de plus de dix mille personnes.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Région

BIO. Afin de mieux connaître la consommation des Français par régions, Kantar Worldpanel a réalisé plusieurs études permettant de mettre en lumière les disparités régionales. Ces études démontrent que le Sud-Est est la région du bio avec une consommation de produits bio 18% supérieure au total France. L’étude assure que les magasins bio et primeurs sont fréquentés 75% de plus que dans les autres régions de France. Les habitudes de courses diffèrent elles aussi car le Sud-Est est une région où le poids des seniors est important (30% de plus que la moyenne nationale) ; cela influe sur la fréquence et les paniers d’achat :  les paniers sont plus petits mais le nombre d’actes d’achats est plus élevé. En d’autres termes, on dépense moins mais plus souvent et davantage dans les commerces de proximité et de bouche. Cela s’explique notamment par l’accès aux produits locaux, à portée de main dans cette région. Les études révèlent aussi la place importante des végétaux de substitution : ils sont 24% plus consommés dans le Sud-Est que dans le reste de l’Hexagone.

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux