Brignoles

La Foire de Brignoles dédie un week-end complet à la gastronomie, samedi 20 avril et dimanche 21 avril prochain. Durant deux jours, des chefs se succèderont en cuisine pour mettre à l’honneur le terroir, la filière ovine varoise, la pâtisserie et les Vins de Provence. Julien Tosello, Benoît Witz, Pascal Barandoni, Nicolas Pierantoni ont déjà confirmé leur participation. Recettes autour de l’agneau, démonstrations à 4 mains où les chefs déclineront un produit de saison en version salée et sucrée, astuces pour pâtisser vegan mais avec gourmandise, recettes pour composer un apéro provençal de qualité et accords mets et vins seront commentés par un oenologue en partenariat avec les Vins de Provence.
• Toutes les infos sur la foire de Brignoles, ici

Région

L’union des œnologues de France vient de dévoiler le palmaréès des 41e Vinalies qui se sont tenues à Dijon à la fin du mois de mars. 46 dégustateurs ont goûté 1827 vins ; 505 bouteilles ont été primées dont 202 blancs, 188 rouges et 110 rosés. La palme « Rhône-Provence-Corse » a été attribuée à la cuvée des Vignerons du Luc, Côtes de Provence « Notre Dame des Anges », Baleti Manifi, Rosé, 2023 (avec 97/100 points). Le palmarès Provence se compose de 98 médailles (17 grand or, 45 or et 36 argent).

Marseille

Camille Gandolfo wanted. Mais où est passée Camille Gandolfo ? Depuis son départ du restaurant de l’hôtel des Bords de Mer, Camille Gandolfo ne répond à aucune sollicitation. Nul ne sait où elle est, ni ce qu’elle fait. Alors, pour calmer ceux qui s’inquiètent, sachez que Camille Gandolfo prendra la direction des cuisines de « la Marine des Goudes » rachetée par Paul Langlère (Sépia) et ses associés du Cécile, le sandwich club du quartier de Malmousque. Ouverture prévue début juin mais n’en parlez à personne, c’est confidentiel.
Juan Pulgarin… le come back. Le plus célèbre colombien de la ville reviendra d’ici le mois de mai rue d’Aubagne pour nous y régaler des spécialités qui ont bâti sa réputation.

Une bière à la navette. Ils étaient tous là, jeudi 4 avril au soir, sur la place de Lenche, à goûter et célébrer cette nouvelle bière de la brasserie la Minotte. Une bière blanche aux accents marseillais, aux parfums des navettes des Accoules ! Bien sûr, José Orsoni dit-Jo Navettes, et ses enfants, Marie-Julie et Clément étaient de la fête, pas peu fiers de cette création à laquelle ils ont participé (surtout Clément)… Une bière ultra fraîche, très peu amère qui a nécessité 20 kg de biscuits par brassin et quelque 2 mois de fermentation. A découvrir à la Descente des Accoules (le caviste du 4, rue de l’Evêché, 2e), au Café du théâtre (12, place de Lenche, 2e) et dans tout le réseau des revendeurs des bières La Minotte.
• Infos au 04 91 90 99 42

Suis-nous sur les réseaux

Restaurants en Provence

A Arles, Tonton Sam nous réconcilie avec les burgers

Tonton SamEt pourquoi ne faudrait-il pas manger de burger ? Au prétexte que le genre a été confisqué par des multinationales peu scrupuleuses ? A Arles, quelques bonnes âmes renouent avec le burger de qualité à l’instar de Tonton Sam qui affiche non sans fierté sa charte qualité : les pains sont issus de l’agriculture biologique, les viandes sont garanties 100% provençales, les fromages régionaux ont été sélectionnés par un fromager local, les frites sont fraîches, pelées dans l’instant et cuites sous vos yeux. Les sauces et desserts, quant à eux, sont assurés « fait maison ». Voilà qui devrait suffire à rassurer les plus sceptiques…
Au final ? Six recettes phare parmi lesquelles le Sam, un boeuf bio associé à de la tomme de Savoie, des tomates et oignons confits et un ketchup maison agrémenté de ciboulette ; un biou à la tomme de brebis, le Gus, au boeuf Angus, le Bébert, à la fourme d’Ambert, l’Agnès à l’agneau de Provence et, il en faut aussi pour eux, un veggie savoureux, mêlant au chèvre fermier au lait cru des tomates et oignons confits, des aubergines et courgettes grillées, un pesto verde et de la roquette… Délicatement grillés à coeur, croustillants et délicats, les pains sont tout chauds. Ils s’imbibent des jus de la viande qui n’a pas été pressée et en a conservé tendreté et saveur. Les assaisonnements sont irréprochables tout comme la salade de jeunes pousses à l’huile d’olive en accompagnement. Les frites, conformes à la promesses sont bien meilleures que leurs homologues maltraitées par une surgélation agressive. Le burger peut-il revendiquer le titre de gastronomie ? Assurément si on fixe la qualité des ingrédients comme première condition. Un cheesecake et une mousse au chocolat plus tard vient l’heure du bilan. Faudra-t-il revenir chez Tonton Sam ? Oui pour la qualité de l’accueil souriant et le service des plus rapides, oui pour la qualité des matières premières et le caractère locavore de l’endroit et oui, enfin, pour l’excellentissime rapport qualité-prix qui permet de manger bon et sain sans avoir faim deux heures plus tard. Alors, toujours pas réconciliés avec les burgers ?

Tonton Sam, 10, rue de l’Hôtel-de-Ville, à Arles, infos au 04 90 47 88 28. tarifs : de 12 à 18 €.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.