Restaurants en Provence

Dr Max, le nouveau resto veggy, healthy et girly de Maxime Taccoen

Dr MaxC’est l’une des nouvelles adresses qui agitent la rue Glandevès que beaucoup rêvent en jeune rue à la sauce aïoli. Ce Dr Max tient son nom de son fondateur, Maxime Taccoen, qui nous présente son « concept santé ». En résumé, un restaurant veggy, healthy et très girly puisqu’au moins 80% de la clientèle est féminine. Les garçons sont prévenus. Notre Maxime, pharmacien d’officine diplômé, docteur en pharmacie de surcroît et ancien biologiste souhaitait donc mettre son savoir encyclopédique au profit empirique d’une clientèle de plus en plus attentive à une alimentation équilibrée et moins protéinée. Il en résulte une carte pensée, rassasiante et savoureuse ; sur l’ardoise, un bowl de tartare de betterave à l’estragon-homos-brousse, épinards-boulgour et lentilles citronnés, une soupe de patates douces et carottes, une tartine de pain sans gluten-avocat ou quelques légumes mijotés-ras-el hanout et semoule. Avec chaque suggestion suit une explication : l’estragon facilite la digestion, la soupe est riche en vitamines B6 minéraux et oligo-éléments, l’avocat facilite l’assimilation des caroténoïdes, l’épinard est un anti-oxydant… Pas sûr que la clientèle retienne grand chose de tout ceci mais peu importe : chez Dr Max, on mange sain une cuisine mise en assiette par une Christelle Menassier décidément très en forme.

Dr Max

Et c’est surtout bon. La tarte salée aux épinards et amandes est servie chaude ; chaque fourchette apporte son lot de saveurs, salée, douce, herbacée au point d’en oublier l’absence de lardons. La salade de jeunes pousses de roquette, trévise, scarole, fines lamelles de radis, graines germées et lentilles est parfaitement assaisonnée et riche en goûts. De-ci, de-là, une noisette craque sous la dent réservant une surprise boisée du meilleur effet.
Entre 12h30 et 12h45, la salle accueille une clientèle très à son aise. On tire les chaises de bois tourné façon Thonet, les cartes voltigent sur les plateaux de marbre des tables aux piètements de fonte, on accroche manteaux et sacs aux crochets sur les murs. Les desserts du jour : un gâteau chocolat-coulis choco-avocat, des cakes citron ou noisette et une remarquable tarte au citron visiblement faite sur place le matin-même. La meringue aussi légère que les nuages qui courent dans le ciel à midi tient tête au café délicatement velouté. Alors faut-il y aller ? Oui car le service est bienveillant et le contrat rempli pour une vingtaine d’euros. Une adresse au petit goût de revenez-y qui vous convaincra.

Dr Max ginger healthy, 23, rue Glandeves, Marseille 1er ; infos au 06 61 32 02 05. Carte environ 20 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.