Restaurants en Provence

Treize en vue, les formidables assiettes de Philippe Poette

Philippe PoetteSouvent on se pose la question : comment être sûr que ce restaurant est de qualité sans jamais y avoir mangé ? Il y a un indice qui souvent ne trompe pas, la présence en façade d’une plaque en métal émaillé prouvant que le resto est membre du Collège culinaire de France. Autre indice : la lecture de la carte qui respecte les saisons. Chez Philippe Poette par exemple, on sert un macaron à l’ananas en plein mois de février. A mettre en perspective avec tous ceux qui proposent des desserts à base de framboise et de fraise au coeur de l’hiver. Vous voulez des noms ?
Pour en revenir à Philippe Poette, son restaurant de la rue Breteuil est devenu, au fil des ans, le bon plan qui se chuchote dans tous les bureaux du quartier. De la Caisse d’épargne à la banque de France, des cabinets d’avocat ou d’avoués aux commerçants voisins, il n’est pas un riverain qui n’ait poussé la porte de son estaminet. En ce début février, le menu déjeuner aligne des artichauts barigoule très traditionnels, un demi-coquelet rôti ou des filets de maquereau sauce moutarde à l’ancienne, le fameux macaron à l’ananas et une tarte au citron meringuée. Les minutes passent, la salle se remplit. Il fait froid dehors, on se réfugie à l’intérieur. Les tables se garnissent d’assiettes copieuses à l’image du coquelet joliment rissolé saupoudré d’un mélange 4 épices concocté par le cuisinier lui-même. On devine une pointe de poivre ou peut-être de curcuma mais c’est un secret. Les maquereaux sont nappés d’une sauce épaisse gourmande, les pommes de terre sont bien cuites mais ont gardé leur tenue. La tarte au citron est remarquable à plus d’un titre : une pâte sablée friable et bien beurrée, une crème incisive que vient contrebalancer la sucrosité de la meringue. La bonne idée de Philippe Poette : quelques feuilles de menthe ciselée qui suscitent la surprise. Alors faut-il y aller ? Oui parce que le déjeuner donne une toute petite idée des potentialités de cet artisan de talent ; sur l’ardoise, la blanquette de lotte safranée, le risotto au riz noir et lait d’amande, le filet de boeuf aux cèpes et autre pavlova pamplemousse réveillent un appétit infini. Avec un excellent rapport qualité-prix, ce restaurant est celui des envies irréfléchies.

40, rue Breteuil, Marseille 6e arr. ; résas aux 06 34 64 47 06 ou 04 91 48 21 28.
Formules déjeuner 14,50 et 17,80 euros ; 24,50 et 25,50 et 29,50 euros.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Le premier livre de Mérouan Bounekraf intitulé Accords, Mets et Vannes est sorti ! Chef trentenaire connu depuis sa participation à Top chef en 2018, et actuellement aux côtés de Julia Vignali, sur M6, en 2e partie de soirée du Meilleur Pâtissier, Mérouan est un cuisinier de talent. Il combine sa passion à un sens de humour prononcé, faisant le show et abordant avec légèreté des recettes sérieuses et techniques. Il se présente comme un cuisinier comique et prouve que dans la profession, on peut être très rigoureux et blagueur. L’auteur est aussi un compétiteur dans l’âme qui manie la langue avec talent, panache et humour. Son péché mignon ? Les jeux de mots qui foisonnent dans l’ouvrage. Dans ce livre joyeux, Mérouan retrace son parcours enrichissant et ses rencontres, il raconte ses débuts, passés 5 années durant, dans une brigade conduite à la dure, dont il garde malgré tout de bons souvenirs. C’est un livre bienveillant comptant 35 recettes classiques retravaillées (avocat-crevettes commis d’office, bi-joues de bœuf, poisson-panais ou encore cigar’misu), un cadeau gourmand et drôle qui se fera une jolie place au pied du sapin.

• Accords Mets et Vannes, Larousse Ed. 144 pages, prix : 16, 95 €.