Mes recettes

Velouté de céleri branche au curry, brunoise de pommes

Velouté de céleri branche au curry brunoisePréparation : 25 min / Cuisson : 20 min

Votre marché pour 4 personnes : 1 petit pied de céleri branche (600 g) ; 1 oignon ; 1 pomme Granny Smith ; un demi citron ;
10 cl de crème liquide ; 20 g de beurre ; 1 cuil. à café de curry ; 1 grosse pincée de gros sel ; un litre et demi d’eau.

On y va :  séparer les tiges de céleri du pied. Les laver. Oter à l’économe les fibres extérieures les plus dures. Réserver quelques feuilles pour la décoration. Ciseler les tiges et les feuilles. Eplucher et hacher l’oignon. Dans un fait-tout, faire chauffer le beurre puis y faire dorer l’oignon. Verser ensuite le céleri ciselé. Saupoudrer de curry et bien mélanger. Verser l’eau puis le sel. Faire cuire à feu moyen environ 20 min. Pendant ce temps, peler la pomme et la tailler en très petits dés (ou en bâtonnets). Les citronner pour éviter qu’ils ne s’oxydent. Mixer le velouté. Crémer (verser la crème et mélanger). Servir le velouté décoré de feuilles de céleri, d’une pointe de curry et de dés de pomme.

Mon truc : ce velouté possédant un goût très marqué, les papilles délicates préfèreront l’adoucir en ajoutant 2 pommes de terre à purée et 50 cl d’eau au moment de la cuisson du céleri.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).