Magazine

Le Vivier, nouveau bar à huîtres (et resto) du cours Julien

Vivier
Corentin Mailloux et Alexis Couët

Le Vivier, bar à fruits de mer, ouvre ses portes rue Pastoret (6e). A la tête de cette vague iodée qui déferle sur le cours Julien, il faut aller chercher un trio d’associés, Serge, Richard et Alexis Couët. C’est à ce dernier, nantais de naissance et marseillais d’adoption, qu’échoit l’animation de cette nouvelle adresse. Le Vivier, c’est un concept à double détente : c’est un bar à fruits de mer de 10h à 18h qui propose également de déjeuner et de dîner, en se laissant séduire par la carte vespérale, imaginée par le chef Corentin Mailloux. « Et, c’est promis, le soir, on conservera l’esprit bar à huîtres en mode apéro » rassure Alexis Couët.

« J’aime beaucoup ce quartier qui bouge tout le temps et il y avait une vraie demande pour ce type de restaurant », explique le chef d’entreprise qui souhaite faire découvrir tous les terroirs d’huîtres français en proposant des origines diverses, de Thau à Arcachon en passant par les sauvages de Nîmes. Aux côtés des huîtres de Marine, ostréicultrice normande d’Isigny, voisineront les productions d’autres ostréiculteurs « qui viendront pour parler de leur métier et boire des canons », s’amuse Couët.

Vivier
Une belle sélection de vins nature

Un fana de « vins propres »
Ancien élève de Bonneveine, Couët a quitté Marseille en 2010 pour Yokohama au Japon afin de s’y spécialiser dans le poisson. En un an et 6 restaurants, il y a appris le service, la cuisine et la découpe du poisson mais l’accident de Fukushima l’a ramené à Paris où il est resté 10 ans : – J’ai fait beaucoup de salle et beaucoup d’ouvertures avec, toujours, la casquette de pinardier. J’ai appris le vin sur le tas, par la dégustation et les rencontres », prévient-il comme pour expliquer sa passion pour les vins nature.

Promouvoir les coquillages de Méditerranée, valoriser les tourteaux, langoustes et autres crustacés qui seront exposés vivants dans un vivier au restaurant, servir une « sublime » poutargue… Voilà quelques-uns des objectifs de cette équipe de 6 personnes (2 éléments en cuisine, autant en salle et deux écaillers). « La période de Noël arrive, ce sera le moment de composer de beaux plateaux« , souffle Alexis. Le moment idéal pour faire naître une belle réputation.

Le Vivier, 2, rue Pastoret, Marseille 6e arr. ; infos au 09 83 76 72 35. Sur place ou à emporter. Huîtres par 6, 9, 12 à 12, 18 et 22 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.