Magazine

Avec With, Charlotte Crousillat imagine le restaurant qui nous fait du bien

C’est assurément le nom et le visage qui vont faire parler dans les prochains mois. A 25 ans, Charlotte Crousillat s’apprête à créer l’événement dans un quartier Vauban loin d’en être dépourvu. En rachetant un bar de quartier, la jeune entrepreneuse a souhaité donner vie à un concept qui lui tient à coeur : « Je souhaite apporter quelque chose de nouveau, quelque chose de différent, dit-elle prudemment. On viendra chez moi pour déjeuner sur place et découvrir une carte composée de recettes renouvelées à chaque saison, un service traiteur de 7h30 à 20h proposera des plats, pâtisseries, de la boulangerie et même de l’épicerie ». Charlotte Crousillat qui a toujours « aimé mêler cuisine, nutrition et santé » compte ne proposer que des produits « frais et bons pour la santé. Chez moi, il n’y aura pas de Liptonic, de Coca ni de sucre raffiné. Ce que j’aime avant tout, c’est la cuisine et les produits. Le goût et la santé c’est primordial pour moi » confesse la jeune femme.

Elle rêvait de ce bar à la jolie terrasse « et puis j’y suis allée et je leur ai fait une proposition. J’adore ce quartier car il y a des populations très différentes qui s’y côtoient, tous les âges, tous les profils sociologiques y cohabitent et c’est ce que je veux pour mon adresse, j’y conserverai l’âme du bistrot », poursuit avec enthousiasme Charlotte Crousillat. Après des études de finance à Paris Dauphine pour un master A, une année en marketing et stratégie à New York, la jeune Charlotte développe l’esprit entrepreneurial : « J’ai toujours voulu créer ma boîte » assure-t-elle.

Ouverture en décembre
Forte d’un leitmotiv : « Je ne vendrai rien que je n’aurai fait », Charlotte assure qu’il « ne doit pas y avoir de santé au détriment du goût ». A l’encontre de tous les grands préceptes du marketing qu’elle a étudiés, Charlotte Crousillat le martèle : « Je ne veux pas avoir une cible, je veux proposer quelque chose pour tout le monde sans exclusive. Les concepts trop ceci ou trop celà, ça ne me plaît pas ».

Encore en travaux, le With sera aménagé à parts égales avec un laboratoire de 100m2 dans lequel évolueront 5 éléments voués à la cuisine et à la pâtisserie. Deux à trois personnes feront vivre la salle… « Dès le début, nous proposerons deux variétés de pains et, dans l’idéal, je rêve d’une gamme de pains du monde »… Très « attachée à Marseille », la jeune femme souhaite à terme développer à l’étranger son modèle : « Si on réussit quelque chose ici, on peut réussir à peu près partout » rit-elle. Le papa, la maman, le frère sportif se sont joints à l’aventure de même que le cousin archi qui a exercé ses talents : « On espère ouvrir à la fin de l’année… Nous avons dû mener de gros travaux » dit Charlotte Crousillat qui l’assure : « Vous viendrez pour le goût, vous resterez pour votre santé ».

With, 84, boulevard Vauban, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 37 72 57. Ouverture prévue, décembre 2017.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.