Restaurants en Provence

Les bons garçons, ils sont tatoués et ils aiment bien manger

les bons garçonsLes habitués de la Cave du Rove se souviennent encore de la bonne humeur de Jean-Christophe et ne seront pas surpris de le voir, toujours aussi heureux de vivre, mais en duo cette fois, avec son inséparable Yoann, derrière le comptoir de ce repaire de quartier. La faune des hauts de Breteuil ainsi que le clan Vauban se croisent désormais chez Les Bons Garçons et refont le monde devant une ardoise proposant quelques tagliatelles de courgettes marinées à l’huile d’olive-citron, un simple bol de pois chiches bien cuits et un panzerotti (un chausson frit et farci de tomate et mozza au basilic) sur un coussin de salade. Les courgettes sont très bien amenées, la fraîcheur des assaisonnements le disputant au croquant du légume présenté sous d’abondants copeaux de parmesan. Tout aussi généreux et appétissant, le chausson est riche d’un fromage fondant tout nimbé des arômes d’un basilic au meilleur de sa forme en été.

Une rapide analyse de la carte des vins indique le caractère courageux des patrons et leur personnalité les incitant à sortir des sentiers battus. Des exemples ? Le rosé cuvée Colette du château Saint-Martin en côtes de Provence, doté d’une robe rose-melon et d’une épatante finale tout en longueur. Autre preuve d’un goût assumé pour le vin ? Le rouge cuvée Orélie des Vignerons ardéchois, un petit jus épatant pour l’été qui, de l’apéritif au repas, joue sur la gamme de la fraîcheur avec un nez explosif sur des notes de framboise.

Ce midi, le plat du jour présentait un médaillon de porc laqué au miel sur une écrasée de pommes de terre. Aucun regret, la joie perdure avec ces branches de thym qu’on devine ramassées il y a peu dans la rocaille lors d’une balade dans le maquis et jetées sur la viande, imprégnées des sucs de cuisson. Les bien nommés Bons Garçons remplissent les assiettes car ils respectent leurs clients et ont le souci de les voir revenir en servant sans râler même à 15 heures. La pana cotta a eu du mal à tenir tête au mi-cuit chocolat qui était en outre accompagné d’un petit dôme de chantilly. Un must pour accompagner l’expresso. Alors faut-il y aller ? Oui pour déguster ce surprenant bourbon Jack Daniels à la cannelle et au gingembre, oui pour la belle tenue des assiettes, l’esprit cool de nos hôtes et l’excellentissime rapport qualité-prix.

Les Bons Garçons, 18, bd Vauban, Marseille 6e arr. ; résas au 04 91 48 65 27.
Formule déjeuner 13 € – carte 20 €.

Vite lu

 Christopher Coutanceau, cuisinier pêcheur Le dernier livre du cuisinier rochelais est une ode à l’océan et à ses richesses. Avec 240 pages de recettes et de recommandations pour préparer avec soin les produits de la mer, le lecteur plonge dans un univers marin grandiose. Défenseur de la pêche durable et de l’anti-gaspillage, passionné depuis toujours, Christopher Coutanceau choisit, chaque matin à la criée de La Rochelle coquillages, crustacés ou poissons. En grand passionné, il s’investit dans la défense de la faune et de la flore marine et collabore avec de nombreuses associations de préservation des ressources. Le chef milite pour une pêche artisanale et fait partager son expertise au gré des pages de cet ouvrage. Les vins ont aussi leur place dans cet opus avec Nicolas Brossard qui détaille ses accords mets-vins et conseils…. Une véritable odyssée, généreuse et gourmande. 240 pages, Glénat Ed., prix : 49 €.

Vivre sur la Vague Le club des Effets Mer accoste devant la voûte la plus hype de Marseille. Dans une ambiance détente, le chill devient un mot d’ordre ! Terrasse en escalier et coucher de soleil digne du site, la soirée guinguette est annoncée. Matt Müller aux commandes du navire, fera chavirer les coeurs et côté expo, c’est l’occasion de (re)découvrir « Iceland » d’Alexandre Montesinos . Sans oublier les cocktails maisons (notre passion) et des petits plats bien sympas : burratta, panisses, soupions et l’indémodable assiette mixte… Infos et résas au 07 78 07 23 99.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !