Magazine

André Gas s'apprête à vendre son Café populaire

café populaireLe restaurant créé en 2006, rue Paradis, par André Gas a été mis en vente. Le créateur de bijoux fantaisie qui a donné son nom à la marque ne semble plus vouloir porter la casquette de restaurateur et veut se délester du Café Populaire. A ce jour, plusieurs visites du restaurant ont eu lieu, semant l’émoi au sein d’une partie du personnel qui s’inquiète légitimement pour son avenir. Du côté de la direction, le message est clair : « Seul le nom du propriétaire changera, vous n’avez rien à craindre » a déclaré André Gas lors d’un rendez-vous informel et spontané destiné à rassurer les troupes il y a quelques jours. Ce restaurant doit son succès à la personnalité de son créateur et de sa fille, complice dans la vie et les affaires : Marie. Jambons espagnols (iberico, pata negra), olives andre GASd’Afrique du Nord, huiles d’olives dûment sélectionnés et moult produits de qualité animaient une carte essentiellement méditerranéenne : panisses, burrata crémeuse, poissons frits etc. Dans cet endroit à la mode, André Gas a su conférer une âme. La déco d’objets chinés vintage, le comptoir où on prenait son verre en attendant les potes toujours en retard, le sol en carreaux ciment, les appliques… tout respire la nostalgie d’une Méditerranée rivée aux années 1945-55. Endroit modeux pour les uns, branché pour d’autres, le Café populaire n’a de populaire que le nom car les tarifs y sont relativement élevés (35-40 € par tête) mais il y règne une belle âme. Puisse-t-elle perdurer.

Le Café populaire, 110, rue Paradis, à Marseille 6e arr. ;
infos et résas au 04 91 02 53 96.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.