Art de vivre

Aposto, des repas confidentiels « pour se sentir bien »

Aposto

Une adresse confidentielle, une maison en bord de mer, dans le 7e arrondissement avec un jardinet. C’est dans ce décor digne d’un roman, dans une maison typiquement marseillaise que Philippe Ivanez et Nadia Lagati ont mis en scène leur rêve : faire vivre une table d’hôtes accueillant une clientèle arty, cool, touristique et, surtout, avide de l’art de vivre marseillais dont le duo est l’un des emblèmes. Confinement et restrictions sanitaires oblige, le couple, qui s’est rapproché du brillant Thibault Kapeluch (formé chez Ferrandi et Alain Dutournier), propose des formules à emporter épatantes. La cuisine d’Aposto, « française, méditerranéenne et internationale » résume Philippe Ivanez comme pour résumer une démarche ouverte et néanmoins très locale dans les approvisionnements.

Pour marquer le début décembre, Aposto propose un mi-cuit de maquereau à la flamme aux herbes des calanques-sarrasin croquant-pickles et crémeux de rave, une paleron de boeuf braisé bourguignonne et panais confit-carottes cuites au feu de bois et un crémeux yuzu-éclats d’amandes et chantilly infusée au poivre timut, « un repas complet pour 19 €, on essaie de frapper fort » sourit Philippe Ivanez. Pour y parvenir, les amis comme Fabien Rugi ont été sollicités : – Fabien est un fin connaisseur en poissons et coquillages et il nous conseille au mieux dans les achats » reconnaît l’hôte des lieux.

Cela fait quatre ans maintenant que Philippe et Nadia gèrent les repas de l’école des Beaux-arts et design de Luminy et de leur propre aveu, « cette table d’hôtes nous ouvre à une autre clientèle que les seuls étudiants et puis ce lieu nous permettra de présenter des œuvres d’artistes amis ainsi que nos travaux ». Les amis, ils sont partout dans cette maison : de la sélection vins élaborée avec le Cœur des Vignes à Endoume et Sandy, de la Fabriquerie pour les quilles nature ou Jérôme Laplane pour les légumes d’Aubagne, chacun propose le meilleur et toute sa bonne humeur.
Dans le jardin aux beaux jours revenus, on prendra le petit-déjeuner « pour se sentir aposto » souligne Philippe… En un mot, pour se sentir bien, tout va bien, on est bien… Comme on dit en Sicile.

Aposto 13007 ; infos au 07 60 03 19 66 et  lesjnoun@gmail.com
Repas à emporter jeudi et vendredi soir et le samedi midi, formule 19 €. Repas sur place de 25 à 35 € dès la levée des restrictions. 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.