Art de vivre

Un appartement d’hôtes signé maison Empereur pour raconter 190 ans d’histoires

Appartement d’hôtes, musée, mémorial… La maison Empereur, une quincaillerie mythique dans le paysage commerçant français depuis 1827, ajoute une nouvelle enseigne à sa panoplie déjà bien fournie. Depuis le mois de janvier dernier, un appartement, sis au deuxième étage de l’enseigne, accueille touristes en mal d’authenticité et de patrimoine. “C’est l’appartement historique de la famille, annonce d’emblée Laurence Guez qui incarne la septième génération à la direction de cette maison. Sur une surface de 90 mètres carrés, nous y avons raconté les 200 ans d’histoires de la famille”. Plus un appartement d’ambiance loué à la nuit qu’un musée, ce lieu fourmille d’indices aussi touchants qu’insolites : “Il y a, dans la cuisine, une cuisinière en fonte car c’était le grand dada de la 5e génération, raconte Laurence.  On y trouve aussi un faisan et un fusil de chasse car mon père, la 6e génération, adorait la chasse”. Et les anecdotes s’enchaînent : “Il y a un bel anneau scellé dans le mur qui rappelle qu’ici, au 3, rue d’Aubagne, de grandes écuries abritaient les chevaux de la ville”

Intimité d’une famille
“Tous ces petits clins d’oeil se retrouvent dans la gazette que nous avons publiée, poursuit Laurence Guez. J’aime bien les histoires liées aux objets qui racontent un passé”. Initialement, la patronne de l’Empereur avait racheté cet appartement pour en faire son bureau  mais “tout ici est tellement calme que je me suis sentie isolée du tumulte et du brouhaha du magasin” confesse-t-elle. D’où l’idée de cet appartement où l’on vient dormir une nuit, dans cette ambiance où le temps semble s’être arrêté : “Ce deuxième étage vous invite à entrer dans l’intimité d’une famille. Dans la chambre, il y a tous les portraits à chaque génération. Lorsque j’ai accueilli les premiers hôtes, j’ai eu un réflexe de pudeur mais, finalement, ici, je raconte 190 ans de patrimoine marseillais. C’était bien aussi de montrer le visage de maman qui a travaillé 50 ans dans ce magasin”
Loin de se résumer à une exhibition, cette mise en lumière attirera les amoureux du patrimoine, un public avide d’Histoire et d’histoires, des amoureux de la maison Empereur. “Je ne m’arrête pas là,  prévient Laurence Guez. Bientôt, il y aura dans le magasin, un espace d’accès gratuit pour présenter les plus belles archives de la maison”. Une mémoire qui dépasse, de loin, la seule rue d’Aubagne : ce témoignage, c’est celui de Marseille.

Maison Empereur, 4, rue des Récolettes, Marseille 1er.
Infos au 04 91 54 02 29. Tarif : 150 € la nuit.

Infos express

Brunches du dimanche À partir du 27 septembre, et jusqu’à la fin de l’année, La Benvengudo propose aux gourmands (et aux lève-tard) un brunch concocté par la chef Julie Chaix. Sous forme de buffet, les hôtes disposeront d’une sélection de mets salés et sucrés, cuisinés à partir de produits locaux et de saison. Une pause gourmande parfaite avant de partir se balader dans le village des Baux-de-Provence. Brunch servi tous les dimanches de 11h30 à 15h, prix : 49 € par personne. Infos au 04 90 54 32 54.

Glenn Viel, chef du restaurant l’Oustau de Baumanière, aux Baux-de-Provence, a été élu « chef de l’année 2020 » par ses pairs à l’occasion de la 34e édition des Trophées du magazine Le Chef ce lundi 21 septembre. Né en janvier 1980 dans une famille de militaires, son aventure à Baumanière a démarré en 2015 quand Jean-André Charial, le propriétaire, l’a appelé pour redonner vie à ce restaurant mythique. Dès son arrivée, Glenn Viel a mis en place une cuisine écoresponsable avec le développement d’un potager bio, de ruches ainsi qu’une ferme pédagogique. En janvier 2020, il décroche sa 3e étoile. Il est aussi distingué au titre de la “gastronomie durable”, lancé par le guide rouge qui honore les restaurants ayant une démarche écoresponsable. Côté pâtisserie, c’est Brandon Dehan du même restaurant qui est distingué. Originaire de Noyon dans l’Oise, il avait été désigné jeune chef pâtissier de l’année en 2019 par le guide Gault et Millau. Ce sont les chefs référencés dans le Guide Michelin qui votent chaque année pour élire les meilleurs de la profession lors de cette 34e édition des Trophées du magazine Le Chef, seule élection des professionnels de la gastronomie française par leurs pairs.

Samedi 10 octobre « Plus beau village de France » du nord Vaucluse, Séguret organise toute la journée, une dégustation des vins du village, une découverte de nombreux artistes et créateurs du village, une découverte de boulange à l’ancienne avec démonstration en direct (confection de pains, de brioches et de tartes au sucre à l’ancienne dans le four banal du village). A 10 h, accueil au portail de la Bise pour la remise du programme de la journée. À 10 h, 11 h, 15 h et 18 h : visites guidées du village médiéval au départ du portail de la Bise. Durée environ 1h (3 € par adulte et gratuit pour les mineurs).
10 h 30 et 15 h 30 : atelier « la vie des Abeilles » suivi d’une dégustation des miels bio de Jérôme Busato au château Cohola à Sablet. A 11 h et 16 h : atelier « les 3 goûts de l’huile d’olive en Provence » à l’atelier les 3 Souquets à Séguret.  12 h : dégustation des bières artisanales de Jean-Pierre Meffre de Chante-Grenouille. A 16 h 30 : cooking show sur le thème des Traditions de Séguret avec présentation de plusieurs mini recettes (au restaurant Le Mesclun – durée 1 h, gratuit, 20 personnes max). 17 h 30 : petit historique sur le métier de santonnier avec explication des différentes étapes de création artisanale d’un santon avec Denis Voeux. Plus d’informations au 04 90 46 91 06.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter