Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Art de vivre

Un appartement d’hôtes signé maison Empereur pour raconter 190 ans d’histoires

Appartement d’hôtes, musée, mémorial… La maison Empereur, une quincaillerie mythique dans le paysage commerçant français depuis 1827, ajoute une nouvelle enseigne à sa panoplie déjà bien fournie. Depuis le mois de janvier dernier, un appartement, sis au deuxième étage de l’enseigne, accueille touristes en mal d’authenticité et de patrimoine. « C’est l’appartement historique de la famille, annonce d’emblée Laurence Guez qui incarne la septième génération à la direction de cette maison. Sur une surface de 90 mètres carrés, nous y avons raconté les 200 ans d’histoires de la famille ». Plus un appartement d’ambiance loué à la nuit qu’un musée, ce lieu fourmille d’indices aussi touchants qu’insolites : « Il y a, dans la cuisine, une cuisinière en fonte car c’était le grand dada de la 5e génération, raconte Laurence.  On y trouve aussi un faisan et un fusil de chasse car mon père, la 6e génération, adorait la chasse ». Et les anecdotes s’enchaînent : « Il y a un bel anneau scellé dans le mur qui rappelle qu’ici, au 3, rue d’Aubagne, de grandes écuries abritaient les chevaux de la ville »

Intimité d’une famille
« Tous ces petits clins d’oeil se retrouvent dans la gazette que nous avons publiée, poursuit Laurence Guez. J’aime bien les histoires liées aux objets qui racontent un passé ». Initialement, la patronne de l’Empereur avait racheté cet appartement pour en faire son bureau  mais « tout ici est tellement calme que je me suis sentie isolée du tumulte et du brouhaha du magasin » confesse-t-elle. D’où l’idée de cet appartement où l’on vient dormir une nuit, dans cette ambiance où le temps semble s’être arrêté : « Ce deuxième étage vous invite à entrer dans l’intimité d’une famille. Dans la chambre, il y a tous les portraits à chaque génération. Lorsque j’ai accueilli les premiers hôtes, j’ai eu un réflexe de pudeur mais, finalement, ici, je raconte 190 ans de patrimoine marseillais. C’était bien aussi de montrer le visage de maman qui a travaillé 50 ans dans ce magasin »
Loin de se résumer à une exhibition, cette mise en lumière attirera les amoureux du patrimoine, un public avide d’Histoire et d’histoires, des amoureux de la maison Empereur. « Je ne m’arrête pas là,  prévient Laurence Guez. Bientôt, il y aura dans le magasin, un espace d’accès gratuit pour présenter les plus belles archives de la maison ». Une mémoire qui dépasse, de loin, la seule rue d’Aubagne : ce témoignage, c’est celui de Marseille.

Maison Empereur, 4, rue des Récolettes, Marseille 1er.
Infos au 04 91 54 02 29. Tarif : 150 € la nuit.