Mes recettes

Asperges vertes et poisson en gratin au parmesan râpé

asperges vertes
Préparation : 20 min / Cuisson : 30 min asperges vertes

Votre marché pour 4 personnes : 600 g d’asperges vertes ; 400 g de filet de julienne ; un quart de litre de lait ; 20 cl de bouillon parfumé (infusion de romarin et thym, par exemple) ; 150 g d’ un bon pain de campagne ; 1 à 2 gousses d’ail ; 3 cuillères à soupe bombées de parmesan râpé ; 2 cuillères à soupe d’ huile d’olive.

On y va : Eplucher, si nécessaire, le pied des asperges. Couper en tronçons de 2 à 3 cm. Dans une sauteuse, les faire sauter doucement à l’huile d’olive, puis ajouter un peu de bouillon. Faire cuire environ 10 min en remuant de temps en temps. Dans une casserole, faire frémir le lait. Le saler et y plonger la julienne en filet (environ 10 min). Sécher et faire durcir le pain au four (th. 6/7) quelques instants, le frotter à l’ail et le réduire en une grossière chapelure. Dans un bol, mélanger cette chapelure au parmesan râpé. Effilocher la julienne au fond d’un plat à gratin (ou 4 ramequins individuels allant au four). Disposer dessus les asperges vertes et saupoudrer de chapelure maison. Enfourner 3 à 4 minutes à 150°C pour réchauffer l’ensemble.

Photo © UE / T.Antablian – Interfel

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter