Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Mes recettes

Baba au rhum et crème chantilly

Préparation : 35 min / Cuisson : 35 min

Baba au rhumVotre marché pour 6 personnes : 250 g de farine ; 5 g de sel ; 15 g de sucre ; 15 g de levure fraîche ; 3 œufs ; 5 cl d’eau ; 75 g de beurre fondu. Pour le sirop : 40 cl d’eau ; 200 g de sucre ; 1 à 2 cuil. à soupe de rhum. Pour la chantilly : 500 g de crème liquide entière ; ½ gousse de vanille ; 75 g de sucre.

On y va : dans un saladier, déposer la farine, le sel et le sucre. Ajouter la levure avec les œufs battus et l’eau (tiédie à 28 °C, voire 30 °C maximum). Pétrir jusqu’à ce que la pâte se décolle parfaitement du saladier. Ajouter le beurre fondu et mélanger. Laisser reposer 1 à 2 heures, à température ambiante. Préchauffer le four à 180 °C (th. 6). Lorsque la pâte a doublé de volume, la répartir dans des moules antiadhésifs individuels. Enfourner et cuire 25 minutes. Démouler et laisser refroidir sur une grille. Pour le sirop : réunir l’eau et le sucre dans une casserole. Porter à ébullition de manière à faire juste fondre le sucre. Retirer du feu et verser le rhum. Mélanger. Pour la chantilly : fendre la gousse en deux. A l’aide de la pointe d’un couteau, gratter les graines de vanille, les ajouter à la crème liquide. Fouetter la crème énergiquement avec le sucre jusqu’à ce qu’elle tienne aux branches du fouet. Réserver au frais. Plonger les babas dans le sirop. Ils doivent être imbibés. Déguster les babas accompagnés de la crème chantilly.

Mon bon conseil : s’il vous reste de la levure fraîche, n’hésitez pas à la congeler.
Il est préférable de cuire la pâte la veille (plus le gâteau est sec, plus il va s’imbiber de sirop).

Recette N. Le Moal ; photo : A. Beauvais – F. Hamel

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.