Magazine

Bernard Marti (Umih13) : « Ils règlent leurs problèmes hospitaliers avec l’APHM sur le dos des cafés et restaurants »

Umih13

Lundi 28 septembre. Il est 10h08. Les issues du tunnel Prado-Carénage viennent d’être bloquées par les cafetiers et restaurateurs membres de l’Umih13 (Union des Métiers et des industries de l’hôtellerie des Bouches-du-Rhône). A 10h10, la police bloque l’entrée du tunnel depuis l’autoroute Est arrivant d’Aubagne. Devant les barrières de péage, ils sont de 80 à 100 personnes tout au plus. Bernard Marty, président départemental répond aux questions du Grand Pastis. L’homme fait quelques propositions et demande à ne pas mettre dans le même sac les « brebis galeuses » et ceux qui ont respecté les règles…

Le Grand Pastis : Quel message souhaitez-vous faire passer aujourd’hui ?
Bernard Marty :
Le message est que nous n’avons pas envie de fermer car l’un des seuls endroits où on peut être protégés, ce sont les bars, restaurants et hôtels parce qu’il y a des protocoles sanitaires, parce qu’il y a une distanciation respectée et parce qu’on a proposé au ministre, qui doit être un peu sourd, la prise de température à l’entrée des restaurants et la tenue d’un cahier de rappel pour nos clients si jamais il y avait un problème de cluster dans les restaurants. Nous on a envie d’être collaborateurs dans la lutte contre le virus et eux, j’ai l’impression qu’ils règlent leurs problèmes hospitaliers avec l’APHM.

En quoi l’Umih13 pense que cette action va changer les choses ?
Il n’y a que ceux qui ne montent par sur le ring qui ne gagnent pas ; moi je participe en montant sur le ring sans considérer que je vais gagner mais j’y vais pour gagner.

« Bien sûr qu’il y a des gens qui ont fait ce qu’ils ont voulu sans respecter la règle mais pour tous ceux qui ont respecté la règle, on fait quoi ? »

Bernard Marty, Umih13

On a vu tout l’été des trottoirs avec plus de 100, 200 personnes toutes collées les unes aux autres, des soirées privées (qui portent tort à la profession) sans aucune mesure sanitaire. Avez-vous le sentiment d’en payer le prix ?
(Il opine du chef) Bien sûr qu’il y a des brebis galeuses dans le métier ! Bien sûr qu’il y a des gens qui ont fait ce qu’ils ont voulu sans respecter la règle mais ce qu’il y a d’ennuyeux, c’est tous ceux qui ont respecté la règle, on fait quoi ? On les ferme ? Moi j’ai demandé au préfet des forces de police supplémentaires et de demander des effectifs à la Nation, s’il le fallait, pour punir ceux qui le méritent et laisser travailler ceux qui travaillent.

A quel pourcentage vous estimez les brebis galeuses dans la profession ?
Je ne sais pas, je sais qu’il y en a. Je ne suis pas policier mais cafetier-restaurateur, franchement je n’ai pas pour habitude de montrer du doigt. Les pouvoirs publics ont pour devoir de faire respecter l’ordre, ils ont des yeux comme moi, ils voient très bien et n’ont qu’à faire leur boulot.

Fermer les cafés-restaurants d’Aix-Marseille et pas le reste du département, n’est-ce pas une injustice ajoutée à l’injustice ?
Moi je considère que le plus grand nombre de gens qui peuvent rester ouverts qui le restent, c’est bien ; moi je ne vais pas dire, parce que mon camarade gardannais est ouvert, que ça me gêne à moi. Ça crée les conditions pour que lui aussi puisse vivre. Ce que je veux simplement, c’est qu’il soit présent à mes côtés dans les luttes de l’Umih13 pour que nous rouvrions et que nous créions les conditions d’une réouverture des restaurants à Aix et Marseille de manière rapide.

Umih13

Que va faire l’Umih dans les semaines à venir ?
Nous, ce qu’on veut à l’Umih13, c’est que le ministre qui est venu faire des effets d’annonce à Marseille m’écrive et me dise précisément ce qu’il entend faire pour nous, pas des communiqués de presse qui ne sont que de la communication, et qui ne sont pas des engagements. Moi j’attends des engagements et je veux écrire avec le ministre de la Santé un nouveau protocole pour qu’on ouvre. Honnêtement, ce qui pose problème, c’est simplement le manque de lits des services hospitaliers… Si, à un moment donné, l’Etat n’a pas compris qu’après une première vague il y en aurait une deuxième, c’est de sa responsabilité.

Si l’Etat avait décidé de procéder à des embauches massives, il y a 3 ans, sachant qu’il faut 8 à 10 ans pour former un médecin et 4 ans pour des infirmièr(e)s, on ne parviendrait toujours pas à pourvoir les hôpitaux en effectifs aujourd’hui…
Marseille est un village et on a tous des réseaux. Quand on a embauché 200 hospitaliers supplémentaires pour régler le problème du Covid, fallait-il les virer au mois de juin et ne pas les avoir aujourd’hui ? Ce n’est pas de ma responsabilité ça… Il faut dire la vérité sur tout. Ils pataugent il vaut mieux qu’ils l’avouent plutôt que de créer les conditions pour nous faire porter la responsabilité à nous…

1 Comment

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Pour permettre l’ouverture des bars et restaurants, on pourrait exiger d’avoir sur son mobile l’application « tous anti covid » pour pouvoir pénétrer dans ces lieux. On peut soumettre cette idée à M. Marti, président des restaurateurs des Bouches-du-Rhône

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.