Magazine

Bernard Marti (Umih13) : “Ils règlent leurs problèmes hospitaliers avec l’APHM sur le dos des cafés et restaurants”

Umih13

Lundi 28 septembre. Il est 10h08. Les issues du tunnel Prado-Carénage viennent d’être bloquées par les cafetiers et restaurateurs membres de l’Umih13 (Union des Métiers et des industries de l’hôtellerie des Bouches-du-Rhône). A 10h10, la police bloque l’entrée du tunnel depuis l’autoroute Est arrivant d’Aubagne. Devant les barrières de péage, ils sont de 80 à 100 personnes tout au plus. Bernard Marty, président départemental répond aux questions du Grand Pastis. L’homme fait quelques propositions et demande à ne pas mettre dans le même sac les “brebis galeuses” et ceux qui ont respecté les règles…

Le Grand Pastis : Quel message souhaitez-vous faire passer aujourd’hui ?
Bernard Marty :
Le message est que nous n’avons pas envie de fermer car l’un des seuls endroits où on peut être protégés, ce sont les bars, restaurants et hôtels parce qu’il y a des protocoles sanitaires, parce qu’il y a une distanciation respectée et parce qu’on a proposé au ministre, qui doit être un peu sourd, la prise de température à l’entrée des restaurants et la tenue d’un cahier de rappel pour nos clients si jamais il y avait un problème de cluster dans les restaurants. Nous on a envie d’être collaborateurs dans la lutte contre le virus et eux, j’ai l’impression qu’ils règlent leurs problèmes hospitaliers avec l’APHM.

En quoi l’Umih13 pense que cette action va changer les choses ?
Il n’y a que ceux qui ne montent par sur le ring qui ne gagnent pas ; moi je participe en montant sur le ring sans considérer que je vais gagner mais j’y vais pour gagner.

“Bien sûr qu’il y a des gens qui ont fait ce qu’ils ont voulu sans respecter la règle mais pour tous ceux qui ont respecté la règle, on fait quoi ?”

Bernard Marty, Umih13

On a vu tout l’été des trottoirs avec plus de 100, 200 personnes toutes collées les unes aux autres, des soirées privées (qui portent tort à la profession) sans aucune mesure sanitaire. Avez-vous le sentiment d’en payer le prix ?
(Il opine du chef) Bien sûr qu’il y a des brebis galeuses dans le métier ! Bien sûr qu’il y a des gens qui ont fait ce qu’ils ont voulu sans respecter la règle mais ce qu’il y a d’ennuyeux, c’est tous ceux qui ont respecté la règle, on fait quoi ? On les ferme ? Moi j’ai demandé au préfet des forces de police supplémentaires et de demander des effectifs à la Nation, s’il le fallait, pour punir ceux qui le méritent et laisser travailler ceux qui travaillent.

A quel pourcentage vous estimez les brebis galeuses dans la profession ?
Je ne sais pas, je sais qu’il y en a. Je ne suis pas policier mais cafetier-restaurateur, franchement je n’ai pas pour habitude de montrer du doigt. Les pouvoirs publics ont pour devoir de faire respecter l’ordre, ils ont des yeux comme moi, ils voient très bien et n’ont qu’à faire leur boulot.

Fermer les cafés-restaurants d’Aix-Marseille et pas le reste du département, n’est-ce pas une injustice ajoutée à l’injustice ?
Moi je considère que le plus grand nombre de gens qui peuvent rester ouverts qui le restent, c’est bien ; moi je ne vais pas dire, parce que mon camarade gardannais est ouvert, que ça me gêne à moi. Ça crée les conditions pour que lui aussi puisse vivre. Ce que je veux simplement, c’est qu’il soit présent à mes côtés dans les luttes de l’Umih13 pour que nous rouvrions et que nous créions les conditions d’une réouverture des restaurants à Aix et Marseille de manière rapide.

Umih13

Que va faire l’Umih dans les semaines à venir ?
Nous, ce qu’on veut à l’Umih13, c’est que le ministre qui est venu faire des effets d’annonce à Marseille m’écrive et me dise précisément ce qu’il entend faire pour nous, pas des communiqués de presse qui ne sont que de la communication, et qui ne sont pas des engagements. Moi j’attends des engagements et je veux écrire avec le ministre de la Santé un nouveau protocole pour qu’on ouvre. Honnêtement, ce qui pose problème, c’est simplement le manque de lits des services hospitaliers… Si, à un moment donné, l’Etat n’a pas compris qu’après une première vague il y en aurait une deuxième, c’est de sa responsabilité.

Si l’Etat avait décidé de procéder à des embauches massives, il y a 3 ans, sachant qu’il faut 8 à 10 ans pour former un médecin et 4 ans pour des infirmièr(e)s, on ne parviendrait toujours pas à pourvoir les hôpitaux en effectifs aujourd’hui…
Marseille est un village et on a tous des réseaux. Quand on a embauché 200 hospitaliers supplémentaires pour régler le problème du Covid, fallait-il les virer au mois de juin et ne pas les avoir aujourd’hui ? Ce n’est pas de ma responsabilité ça… Il faut dire la vérité sur tout. Ils pataugent il vaut mieux qu’ils l’avouent plutôt que de créer les conditions pour nous faire porter la responsabilité à nous…

1 commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Pour permettre l’ouverture des bars et restaurants, on pourrait exiger d’avoir sur son mobile l’application “tous anti covid” pour pouvoir pénétrer dans ces lieux. On peut soumettre cette idée à M. Marti, président des restaurateurs des Bouches-du-Rhône

Vienne, capitale impériale

Semaine autrichienne au café de la Banque A l’occasion de la Fête nationale autrichienne le 26 octobre prochain, le Café de la Banque - le plus viennois des cafés marseillais - organise en partenariat avec le Consulat honoraire et sous le parrainage de Son Excellence Michael Linhart ambassadeur d’Autriche en France, une semaine culinaire dédiée aux plats traditionnels autrichiens. Du lundi 25 au vendredi 29 octobre, le Café de la Banque proposera, chaque jour, un plat et un dessert autrichiens différents accompagnés de pains autrichiens (grâce à la boulangerie Backwelt Pilz), de bières ou de vins autrichiens (avec Vini Cultura Austriae). Pour préparer au mieux cette semaine exceptionnelle, le chef cuisinier de l’ambassade d’Autriche à Paris, Patrick Viaene, sera l’invité exceptionnel de la famille Lafargue, afin de transmettre ses recettes et son savoir-faire à la brigade du Café de la Banque.
► Menus, lundi 25 octobre : goulache de bœuf et boulettes en serviette, Tarte « Sacher » ; mardi 26 octobre, fête nationale autrichienne : rôti de porc et boulettes de pommes de terre, gâteau viennois au chocolat ; mercredi 27 octobre : escalope viennoise et pommes de terre persillées, strudel aux pommes ; Jeudi 28 octobre : pointe de culotte de bœuf sauce raifort, crêpe épaisse à la confiture de prunes
Vendredi 29 octobre : goulache de veau et tarte Sacher.
Le Café de la Banque, 24 bd Paul-Peytral, 6e arr., infos au 04 91 33 35 07
Consul honoraire d’Autriche, 58, rue Grignan (Marseille, 1er arr.), infos au 06 42 14 85 58

Abonnez-vous à notre newsletter

15e Fête des saveurs d’automne 100 % Ventoux Dimanche 24 octobre à Sault, de 9h à 18h sur le site arboré de la Promenade se tient la fête des saveurs d’automne, l’un des plus importants marchés de producteurs du Vaucluse ; les produits proposés y sont 100% Ventoux ! Cette 15e édition permet de préparer un hiver savoureux et gourmand. A noter cette année la présence de nouvelles propositions comme les jus de grenades (Malaucène) ou les plants de lavandes bio de Aude (Sault), sans oublier les fromages de chèvres du plateau d’Albion.
Toute la journée à partir de 9h, stands de vente directe des agriculteurs, viticulteurs et artisans du massif, espace livres avec des ouvrages sur le Ventoux et la cuisine méditerranéenne, espace ludique autour des fruits et légumes animé par Interfel, tables pique-nique mises à disposition du public pour déguster les produits gourmands du marché. À 15h et 16h : découverte de la nougaterie Boyer, visite commentée de 40 min. Infos auprès de l'office de tourisme Ventoux Sud à Sault, au 04 90 64 01 21.

Le Bar des Amis à la Vieille Chapelle à Marseille accueille en cuisine le chef argentin Santiago Fuego ; allez-y au déjeuner, vous ne le regretterez pas ! Ces mois d'automne sont bien remplis pour le BDA qui a la joie de renouer avec ses apéros musicaux, ses brunches gourmands et rendez-vous divers. Le 30 octobre, le BDA nous emmène sur la Côte Atlantique avec DJ Marmouille (fameux dj résident de la Coorniche), Captain Daney et Doc Zen pour une sélection food garantie Sud-Ouest. Réservations au 04 91 96 17 62 ou 06 51 97 28 28

Juris Food Lundi 8 novembre, l'association recevra un représentant de l'UMIH des Bouches-du-Rhône qui interviendra sur les questions liées au recrutement dans les métiers de la restauration et de l'hôtellerie. Participation au déjeuner : 29 €. Inscription par mail obligatoire à smlorganisation@gmail.com Le déjeuner aura lieu au New Hôtel of Marseille (bd Charles-Livon, 7e arr, parking du Pharo). Infos auprès de Stéphanie Lieutaud au 06 18 03 60 95