Magazine

Bibs gourmands 2019 : Riviera qui rit, Provence qui pleure

bibs gourmands 2019

Depuis 1997, le Bib Gourmand récompense les tables qui proposent un menu de qualité à un prix raisonnable. Ces établissements proposent un menu complet (entrée-plat-dessert) au prix maximum de 33 € en région et 37 € à Paris.
« Diversité, terroir et modernité ». Voilà comment, en trois mots, les éditions du guide Michelin ont résumé le millésime des Bibs gourmands 2019 qui vient d’être révélé . Cette année, la France compte 67 nouvelles adresses sur les 604 dépositaires de cette distinction. Réparties dans toute la France, ces tables sont le reflet de la diversité des terroirs et « du dynamisme de la scène gastronomique française », assure l’état-major de Michelin. « Ces nombreuses tables Bib Gourmand ont su séduire, grâce à une cuisine diversifiée et qui valorise de beaux produits, les papilles voyageuses de nos inspecteurs. A travers celles-ci, c’est une France gastronomique et gourmande, ouverte, accessible qui s’exprime ! » a commenté pour sa part Gwendal Poullenec, directeur international des guides Michelin.

Le classement qui déçoit
La région Provence-Alpes-Côte-d’azur, grâce à ses 11 nouvelles tables distinguées, est la deuxième région la plus dynamique de France, en terme de nouveautés, après la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il y a en Paca au total 54 restaurants estampillés Bib Gourmand. Mais il semble que la région soit scindée en deux zones. L’Est, regroupant le Var et les Alpes-Maritimes, décroche à lui seul 9 Bibs gourmands. L’Ouest de Paca devra se contenter de deux nouveaux promus dans le seul Vaucluse. Rien pour les Bouches-du-Rhône, rien pour les Alpes de Haute-Provence, rien pour les Hautes-Alpes… Un palmarès qui jette un froid : Marseille et les Bouches-du-Rhône ont placé cette année 2019 comme année de la gastronomie…

Les bibs gourmands 2019 : département par département

Bouches-du-Rhône

Arles : Bistrot À Côté
Gémenos : les Arômes
Marseille : L’Arôme (rue des Trois Rois), La Cantinetta (cours Julien), Otto (rue Jean-Mermoz), Schilling (rue Caisserie), Madame Jeanne (rue Grignan), Otto (rue Jean-Mermoz)
Saint-Chamas : le Rabelais
Saint-Rémy-de-Provence / Maillane : l’Oustalet Maïanen

Vaucluse

Avignon : l’Agape, Italie là-bas
Caromb : Le 6 à table
Cairanne : Côteaux et Fourchettes
Châteauneuf-de-Gadagne : la Maison de Celou
Fontaine-de-Vaucluse : Philip
L’Isle-sur-la-Sorgue : la Balade des Saveurs
Lauris : La cuisine d’Amélie
Ménerbes : les Saveurs Gourmandes
Orange : le Mas des Aigras – Table du Verger
Richerenches : O’Rabasse
Sainte-Cécile-les-Vignes : Campagne, Vignes et Gourmandises
Les Taillades : l’Atelier l’art des mets
Uchaux : Côté Sud
Vaison-la-Romaine : Bistro du’O Vence
Villars : la Table de Pablo

Var

Bandol : L’Espérance
Bormes-les-Mimosas : Mimosa
Cogolin : La Grange des Agapes
Fayence : la Table d’Yves
Flayosc : Le Nid
Fréjus : l’Amandier
Gassin : Bello Visto, la Verdoyante
Hyères : la Colombe et l’Arum
Lorgues : Le Bistrot de Benjamin
Montferrat : Le Clos Pierrepont
Saint-Raphaël : les Voiles
Sanary-sur-Mer : la P’tite Cour
Toulon : Carré 2 Vigne et Le Local
Tourtour : la Table

Alpes de Haute Provence

/

Hautes-Alpes

Briançon : Au Plaisir Ambré
Laragne-Montéglin : l’Araignée Gourmande

Alpes maritimes

Beaulieu-sur-Mer : La Table de la Réserve
Cannes / Le Cannet : le Bistrot des Anges, le Bistrot Saint-Sauveur
Grasse : Lougoulin
Mougins : L’Amandier de Mougins
Nice : Vegan Gorilla, Au Rendez-vous des Amis, Bistrot d’Antoine, La Merenda, Olive et Artichaut, Fine Gueule
Peillon : les Plaisirs
Le Rouret : le Bistro du Clos
La Turbie : le Café de la Fontaine

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.