Vite lu

► Légion d’honneur promotion du 14-Juillet. Le Journal Officiel a publié cette semaine la promotion civile du 14 Juillet. 521 personnalités ont été choisies pour leur engagement « au service de l’intérêt général et du rayonnement de la France », des récipiendaires choisis par les ministres qui proposent leur liste au Conseil de l’ordre de la Légion d’honneur. Laquelle liste est finalement validée par le président de la République. Créée par l’empereur Napoléon 1er en 1802, cette décoration fait désormais partie de l’histoire nationale. Chaque promotion met notamment des personnalités de l’hôtellerie-restauration à l’honneur. Cette année, les chefs Alain Ducasse (naturalisé monégasque, ultime privilège fiscal) et Éric Frechon sont faits officiers. Au rang de chevalier, premier grade de la Légion d’honneur, figurent les chefs Paul Pairet et Michel Portos, Sandrine Bayle-Gosse (directrice de l’École des métiers du Gers), Monica Bragard, directrice générale de Bragard, Olivier Gourmelon, dirigeant de la société Kings of kitchen et Louis Privat, fondateur et propriétaire des Grands Buffets de Narbonne.

Var

Depuis 1998, les Vignerons Indépendants du Var et Art&Vin invitent chaque été des artistes ou des collectifs d’artistes à installer leurs œuvres ou à réaliser des performances dans des lieux emblématiques comme les caveaux, les chais, ou au milieu des vignes. Avec cette manifestation, les visiteurs sont conviés à découvrir, sous un angle inédit, une cinquantaine de domaines et châteaux de la Région Sud et en Corse. Où aller dans le Var ? Notre sélection…
• Château de Majoulière à Villecroze, au cœur des coteaux varois Fanny Dhondt s’est installée avec son frère pour vivre sa passion. Sommelière de formation, elle accueille la céramiste VOS (Mado Vandewoestyne) et Marec, artiste belge qui s’est fait connaître avec des dessins humoristiques piquants, qui font régulièrement la une de la presse.
• Le dom. des Féraud à Vidauban regroupe 50 ha, non loin du golfe de Saint-Tropez, c’est le petit paradis de Markus Conrad qui accueille Bernadette Van Baarsen, peintre attachée à la vibration des couleurs, au soleil brûlant de Provence et aux enchevêtrements des végétaux en géométries naturelles et artificielles.
• Le château Saint-Esprit, propriété de la famille Croce-Spinelli depuis 4 générations, est une bâtisse du XIIIe siècle ceinte de majestueux cyprès et de 12 ha de vignes. C’est ici que Rémi Colombet expose ses œuvres, « un dilettante » qui se sert de tous les moyens mis à sa disposition, comme la musique, la photo et les objets. Mises en scènes improvisées, portraits fugitifs, travail instinctif, l’artiste fait fi des contraintes techniques de la photographie.
Tous les domaines participants ici.

Suis-nous sur les réseaux

Sainte-Croix-du-Verdon

Marchés et foires locales.- Durant tout l’été, chaque semaine, la commune accueille plusieurs marchés offrant des produits locaux frais, d’artisanat et des spécialités culinaires.
• Marchés des producteurs : tous les mardis matin, du 2 juillet au 27 août sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés gourmands : les mardis soir 16 juillet et 13 août (18h30-22h30). Foodtrucks de cuisine du monde, bière artisanale de Riez, sur l’ancienne aire des camping-cars dans le village.
• Marchés artisanaux : les mardis soir 9, 23 juillet et les 6 et 20 août (18h30 – 22h30). Avec la présence de créateurs et artisans de la région Sud, rue du Cours.

Magazine

Guide Michelin 2019 : 2 étoiles pour Alexandre Mazzia, un scénario crédible ?

C’est ce lundi 21 janvier que les éditions du guide Michelin présenteront leur guide, millésime 2019. Et comme chaque année, chacun y va de ses pronostics, espoirs et paris attribuant à tel ou tel une première étoile, une seconde voire une troisième. Côté des Bibs gourmands, Marseille fait la grimace cette année avec deux établissements qui perdent leur bib, soit le Bistro du Cours et le Malthazar (vendu il est vrai et devenu Fratelli). Mais le Michelin a-t-il voulu plonger Marseille dans la sinistrose en cette année placée sous le signe de la gastronomie ? Pas sûr… Et si Alexandre Mazzia obtenait une deuxième étoile cette année ? Etudions ensemble le scénario.

Alexandre MazziaLe contexte
Alexandre Mazzia était le chouchou de Côme de Chérisey, ancien propriétaire du Gault&Millau, lequel affirmait, parlant de son poulain : « On ne sort pas indemne de chez Alexandre Mazzia : 10% pleurent d’émotion, 10% détestent, 80% aiment ou adorent ». Las, dans la foulée de cette annonce faite le 31 octobre 2018, Gault & Millau a été vendu à des Russes le 9 janvier 2019. Depuis quelques années, Gault & Millau avait renoué avec sa vocation première consistant à découvrir les talents, Michelin se contentant de les consacrer quelques mois plus tard. Le cas d’Alexandre Gauthier, chef de l’année 2016 pour Gault & Millau, décrochant sa deuxième étoile chez Michelin un an plus tard est typique de cette configuration… Ne pourrait-on pas imaginer que cette année, Michelin attribue une deuxième étoile à Mazzia ?

Ce qui se dit
Restrictions budgétaires oblige, les années ou le guide clermontois invitait des centaines de cuisiniers semble révolu. Désormais, le guide invite à sa cérémonie de remise des étoiles, les seuls chefs qui gagnent leur première, deuxième et troisième étoile. Lundi 14 janvier des invitations sont parties partout en France… Et une aurait envoyée à Marseille, dans le 8e arrondissement. De là à en déduire que Mazzia décrocherait sa deuxième étoile, il y a un pas vite franchi.

Ce qu’il en dit
Evidemment, nous avons interrogé le chef du restaurant AM. Et ce dernier a fermement nié avoir été invité à Paris : « A ce jour (mercredi 16 janvier 2019, NDLR), je n’ai pas été invité à Paris… Si je l’avais été eh bien, je le saurais » affirme Mazzia. « Cette année, nous avons été beaucoup gâtés avec le titre décerné par Gault & Millau, ça a été un merveilleux cadeau pour mon équipe et Marco pour qui ça a été un merveilleux coup de boost ». Revenant sur son parcours, le chef précise : « Je ne suis pas le chef d’un coup ou d’un temps, je veux m’inscrire dans la durée, travailler sur le long terme »… En résumé : Mazzia promet qu’il n’est pas invité par Michelin.

Alors ?
Alors attendons… Mais l’option d’une deuxième étoile pour Alexandre Mazzia n’a jamais été aussi probable que cette année 2019. Ce serait un joli symbole à l’aube de MPG 2019.

Rendez-vous le lundi 21 janvier 2019 à Paris

Le contenu du guide France 2019 sera présenté ce lundi 21 janvier prochain, salle Gaveau, rue de la Boétie dans le 8e arrondissement, dès 16h30. La cérémonie sera présidée par le directeur international des guides Michelin Gwendal Poullennec et animée par Audrey Pulvar, l’ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier, désormais présidente de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH). Se confiant dans les colonnes du journal professionnel L’Hotellerie-Restauration, Gwendal Poullennec a assuré que le guide rouge 2019 se distinguera par « un nombre record de tables de haute volée (…), sa diversité culinaire (…), sa répartition harmonieuse sur l’ensemble du territoire [et] un manifeste de la jeunesse ». Par ailleurs, cette année marquera la première remise de deux prix spéciaux mettant en exergue les métiers de service en salle et de la sommellerie.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.