Magazine

Guide Michelin 2019 : 2 étoiles pour Alexandre Mazzia, un scénario crédible ?

C’est ce lundi 21 janvier que les éditions du guide Michelin présenteront leur guide, millésime 2019. Et comme chaque année, chacun y va de ses pronostics, espoirs et paris attribuant à tel ou tel une première étoile, une seconde voire une troisième. Côté des Bibs gourmands, Marseille fait la grimace cette année avec deux établissements qui perdent leur bib, soit le Bistro du Cours et le Malthazar (vendu il est vrai et devenu Fratelli). Mais le Michelin a-t-il voulu plonger Marseille dans la sinistrose en cette année placée sous le signe de la gastronomie ? Pas sûr… Et si Alexandre Mazzia obtenait une deuxième étoile cette année ? Etudions ensemble le scénario.

Alexandre MazziaLe contexte
Alexandre Mazzia était le chouchou de Côme de Chérisey, ancien propriétaire du Gault&Millau, lequel affirmait, parlant de son poulain : « On ne sort pas indemne de chez Alexandre Mazzia : 10% pleurent d’émotion, 10% détestent, 80% aiment ou adorent ». Las, dans la foulée de cette annonce faite le 31 octobre 2018, Gault & Millau a été vendu à des Russes le 9 janvier 2019. Depuis quelques années, Gault & Millau avait renoué avec sa vocation première consistant à découvrir les talents, Michelin se contentant de les consacrer quelques mois plus tard. Le cas d’Alexandre Gauthier, chef de l’année 2016 pour Gault & Millau, décrochant sa deuxième étoile chez Michelin un an plus tard est typique de cette configuration… Ne pourrait-on pas imaginer que cette année, Michelin attribue une deuxième étoile à Mazzia ?

Ce qui se dit
Restrictions budgétaires oblige, les années ou le guide clermontois invitait des centaines de cuisiniers semble révolu. Désormais, le guide invite à sa cérémonie de remise des étoiles, les seuls chefs qui gagnent leur première, deuxième et troisième étoile. Lundi 14 janvier des invitations sont parties partout en France… Et une aurait envoyée à Marseille, dans le 8e arrondissement. De là à en déduire que Mazzia décrocherait sa deuxième étoile, il y a un pas vite franchi.

Ce qu’il en dit
Evidemment, nous avons interrogé le chef du restaurant AM. Et ce dernier a fermement nié avoir été invité à Paris : « A ce jour (mercredi 16 janvier 2019, NDLR), je n’ai pas été invité à Paris… Si je l’avais été eh bien, je le saurais » affirme Mazzia. « Cette année, nous avons été beaucoup gâtés avec le titre décerné par Gault & Millau, ça a été un merveilleux cadeau pour mon équipe et Marco pour qui ça a été un merveilleux coup de boost ». Revenant sur son parcours, le chef précise : « Je ne suis pas le chef d’un coup ou d’un temps, je veux m’inscrire dans la durée, travailler sur le long terme »… En résumé : Mazzia promet qu’il n’est pas invité par Michelin.

Alors ?
Alors attendons… Mais l’option d’une deuxième étoile pour Alexandre Mazzia n’a jamais été aussi probable que cette année 2019. Ce serait un joli symbole à l’aube de MPG 2019.

Rendez-vous le lundi 21 janvier 2019 à Paris

Le contenu du guide France 2019 sera présenté ce lundi 21 janvier prochain, salle Gaveau, rue de la Boétie dans le 8e arrondissement, dès 16h30. La cérémonie sera présidée par le directeur international des guides Michelin Gwendal Poullennec et animée par Audrey Pulvar, l’ancienne chroniqueuse de Laurent Ruquier, désormais présidente de la Fondation pour la nature et l’homme (FNH). Se confiant dans les colonnes du journal professionnel L’Hotellerie-Restauration, Gwendal Poullennec a assuré que le guide rouge 2019 se distinguera par « un nombre record de tables de haute volée (…), sa diversité culinaire (…), sa répartition harmonieuse sur l’ensemble du territoire [et] un manifeste de la jeunesse ». Par ailleurs, cette année marquera la première remise de deux prix spéciaux mettant en exergue les métiers de service en salle et de la sommellerie.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.