Magazine

Bientôt un resto-bar à vins à Sainte-Cécile-les-Vignes

lestanquetTous leurs amis piaffent d’impatience à l’idée de venir lever le verre dans ce futur petit rendez-vous du bon goût, à Sainte-Cécile-les-Vignes, dans le nord du département du Vaucluse. Paul Chabert et sa compagne Cécile Beaudouin se préparent à l’ouverture de l’Estanquet dans le village. Cuisinier et sommelier de formation, Paul Chabert n’est autre que le fils de feu André Chabert, décédé en 2005, et à qui le château de Rochegude, dans la Drôme, doit ses plus belles heures.

Paul Chabert s’est formé à Rochegude avec son papa, à la maison de la Lozère de Montpellier, chez Michel Rostang à Paris. Dans la région, il a exercé à l’Oustalet de Gigondas pendant que Cécile oeuvrait au Grand Pré à Roaix. A l’été 2013, il a animé le bar éphémère au domaine Viret à Saint-Maurice-sur-Eygues aux côtés de Philippe et son équipe : “Lors de ma formation à Suze-la-Rousse, j’ai fait beaucoup de théorie, là j’ai tout mis en pratique. J’ai appris à vendre du vin d’une manière intelligente”. Depuis l’automne 2013, l’homme court les banques, s’est investi dans les travaux au côté des artisans et se frotte à la comptabilité : “Je suis corps et âme dans le projet. Je n’ai jamais été aussi proche d’ouvrir un resto, c’est une ouverture imminente… début juin je pense” lance le papa de Léon qui compte bien être ouvert cet été, “c’est devenu un besoin pour moi maintenant”.

chabert sommelierCécile et Paul affichent le même cursus, ils prévoient de tourner sur les postes en cuisine et en salle “pour ne pas tomber dans une routine pour rester dynamiques”. Le ticket moyen du menu de midi oscillera autour des 17 € avec un large choix de vins au verre. Le soir, une ardoise à petit ou gros budget permettra aux clients de se “faire plaisir aux environs de 22-25 €”. Le couple a aussi eu l’ide du “verre de vin gourmand” qui consiste, sur le même principe du café gourmand, à proposer un vin et 3 ou 4 bouchées qui vont bien avec. Planches de charcuteries, de fromages, des légumes cuisinés (crus, cuits, marinés pour jouer les textures), l’imagination du jeune couple tourne à plein régime.

“Je cherche quelque chose d’accessible et populaire au bon sens du terme, un lieu vivant et interactif”, confesse Paul Chabert. On comprend pourquoi tous les amis piaffent d’impatience à l’idée de venir lever le verre dans ce futur petit rendez-vous…

L’Estanquet, 14, cours Maurice-Trintignant, 84290 Sainte-Cécile-les-Vignes ; infos au 04 90 29 61 70.
Ouverture vers la mi-juin 2015.

5 commentaires

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • quelle bonne idée, surtout avec deux ou trois verres et une planche…..vraiment ça c’est bien dans le vent !!!! je ne vais pas en citer mais c’est bien et je peux vous dire que j’irais l’essayer………..et on dit bien l’essayer c’est l’adopter…….; et bien allons y tous !!!!qu’on sache au moins l’ouverture !!!! Merci

  • Nous ferons le déplacement spécialement dès que l’établissement sera ouvert. il n’y a pas de raison que ça ne fonctionne pas. la passion déplace des montagnes, gardez la votre et faites le tout avec votre cœur et vos convictions.
    bon courage et à bientôt.

    • Toujours pas ouvert? Depuis l’annonce d’avril cela devient inquiétant.
      C’est le sommelier de Coteaux et Fourchettes qui m’avait gentiment informé au mois de mai.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Mitonnée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter