Magazine

Le Bistrot urbain marseillais ouvrira le 1er mars place aux Huiles

Laurent Vandamme et Jean-Charles Vignoli

Le Pain quotidien a vécu et laisse place au Bum… Le Bistrot urbain marseillais ouvrira ses portes le 1er mars prochain. A sa tête, une figure bien connue des commerçants du centre-ville, Laurent Vandamme qui sera épaulé de Jean-Charles Vignoli, dit Charly. « Nous continuerons de proposer un brunch le dimanche matin car les clients y sont attachés mais nous avons revu toute la formule », explique Laurent Vandamme.

Laurent Vandamme
53 ans
Né à Lille, installé à Marseille en 1993
2002, inaugure le Pain quotidien de Marseille
novembre 2007-octobre 2013, président de la fédération des commerçants Marseille-Centre (de 250 à 1000 adhérents)
Organisateur des Dîners de chefs au profit des Restos du coeur
« Aujourd’hui, le client zappe et passe sa soirée dans plusieurs endroits, il a besoin de liberté. Nous proposerons pour le déjeuner des formules à l’ardoise avec 3 entrées, plats ou desserts adaptées à la clientèle active ». Le soir, l’équipe servira des « petites assiettes cuisinées » par Jérémy Julien, ex-Akolytes, le restaurant qui voisine avec la plage des Catalans. Entre autres suggestions, un filet mignon de porc laqué-miso rouge, des sardines marinées et citron confit au sel, des couteaux et palourdes ouverts marinière au thym citron-beurre d’ail et piment d’Espelette, des calamars persillade. « Je cherche à offrir une restauration déstructurée qui satisfait le sur-mesure : quantités, choix… Le client veut de la personnalisation » poursuit Laurent Vandamme.
Quelques travaux vont être engagés visant essentiellement le comptoir qui mesurera 10 mètres de long, sera habillé de zinc et dont la vocation sera de souligner l’esprit mi-bistrot et mi-resto de ce lieu relooké. « Je n’ai jamais pensé que le centre-ville de Marseille allait dépérir, analyse Vandamme. Au contraire, je pense que l’âme de la ville est ici ». A en croire l’entrepreneur de 53 ans, « on trouve dans le périmètre d’Orves-rue Sainte des droits au bail accessibles ou des loyers raisonnables : si, avant même d’ouvrir, vous êtes plombé par des charges exorbitantes, vous n’avez aucune chance de vous en sortir ». Ouvert aux heures des repas dès ses premières semaines d’activité, le Bum fera journée continue dès qu’arrivera le mois de mai. « Les murs de ce quartier ont une histoire, les touristes adorent qu’on leur raconte le canal qu’il y avait ici autrefois, ils rêvent lorsqu’on leur parle des galériens enfermés ici et des bateaux qu’on y construisait » poursuit le restaurateur qui promet, là encore pour coller à la demande de son temps, des soirées avec DJ le jeudi et vendredi. L’inauguration officielle, elle, aura lieu le 7 mars.

Le Bistrot urbain marseillais, 18, place aux Huiles, Marseille 1er arr. ; 04 91 56 06 11. Ouverture le 1er mars 2017.

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Portugal à Marseille. Dans le cadre de la saison croisée France-Portugal de l’Institut français, les grandes Tables ICI vous proposent de (re)découvrir la cuisine portugaise avec deux événements : le grand Marché Bacalhau! et un dîner barbecue le lendemain sur le toit perché de la Friche.
☻ Bacalhau ! Le grand Marché du Portugal adopte les couleurs du Portugal : sélection de vins et spiritueux portugais, les fameuses pasteis de nata, les céramiques typiques et produits d’épiceries fines. Les cheffes Rosario Pinheiro et Jenifer Abrantes mettent à l’honneur la morue en plusieurs déclinaisons, Romain Chartrain (de Azul concept store) proposera des grands classiques de la cuisine portugaise, et Sonia Isidro servira une assiette végétarienne.
• Lundi 4 juillet de 16h à 22 heures à la Friche Belle-de-Mai
­☻ Le lendemain, 5 juillet, participez au grand dîner-barbecue pour 450 personnes ! 80 tables partagées et une vingtaine de barbecues géants seront montés pour cette soirée sur le toit-terrasse de la Friche. Gigantesque. La carte sera élaborée par Rosario Pinheiro, Jenifer Abrantes, Sonia Isidro, Sergio Vaz, Romain Chartrain (de Azul concept store) et Julien Reynouard pour la carte des vins. Le menu sera composé d’une salada de bacalhau com grão de bico, Chips de pele de bacalhau, salada de pimento assado, Pão com chouriço, Frango Assado com piri piri, Arroz Doce, Pudim et Línguas de bacalhau.
• Réservations impératives en cliquant ici.

Du gin en Bib. Le gin de la Distillerie de Camargue, le fameux Bigourdan, est désormais disponible en bag-in-box 3 litres. Et pourquoi un Bib ? Parce que c’est pratique, plus léger, plus facile à stocker, à expédier. C’est écologique, le carton ça se recycle plus facilement que le verre. C’est économique : la preuve : 68 € le litre en bouteille et 185 € le Bib 3 litres. Enfin, protégé de la lumière et de l’oxygène il est moins soumis aux effets de l’oxydation. Et c’est pour qui ? Pour les professionnels de la restauration, du bar, de la nuit, de l’événementiel. Les mariés de l’été, les fêtards, les peinards, les fidèles, les marins à quai, les alpins au chalet, les baigneurs sur le sable.
Dégustation et vente à la Distillerie de Camargue, 12, rue Frédéric-Mistral à Arles. Infos au 06 85 03 71 05.

Street Food festival, le bilan. Le SFF a fait le plein de festivaliers, de bons produits et de bonnes ondes sur l’esplanade de la Major, le week-end des 17, 18 et 19 juin à Marseille.  25 000 personnes sont venues goûter au meilleur des spécialités locales proposées par quelque 50 issus des quatre coins du département : 32 propositions culinaires sucrées ou salées, sourcées avec soin parmi les producteurs  locaux, 8 domaines viticoles, 7 brasseurs, 2 torréfacteurs. Le chef Pierre Reboul était également présent pour un cooking-show des plus étonnants et fidèle à son image, avec une cuisine singulière, énergique et généreuse.

Mazzia au 50 Best Les organisateurs du World’s 50 best restaurants ont annoncé ce 14 juin l’entrée du chef marseillais Alexandre Mazzia dans le fameux classement des 50 Best. C’est lors d’un repas servi ches Heston Blumenthal à Londres qu’AM a reçu le One to watch award, à savoir le trophée de « l’établissement à suivre ». Ces Oscars de la gastronomie sont décernés tous les ans par la revue britannique Restaurant qui a l’humilité de récompenser les meilleures tables du monde.