Magazine

Danielle Milon : "La gastronomie ? Un atout pour le tourisme en Provence"

Depuis quelques mois, elle endosse le titre de Madame Tourisme pour le département des Bouches-du-Rhône. Une casquette que la maire de Cassis porte avec enthousiasme. Son discours, émaillé de formules franches et directes, « je veux que les gens analysent et mesurent la portée de mon travail à l’aune du seul intérêt général », est celui d’une femme de caractère un peu « trop entière » tombée dans la politique depuis son plus jeune âge. Rencontre en bord de plage…

danielle millon le grand pastis
La maire de Cassis est très fière de son rendez-vous de septembre, les Vendanges étoilées, qui attirent le Gotha des cuisiniers

Tourisme et environnement ne semblent faire qu’un chez vous…
Je n’ai jamais voulu que Cassis ressemble à Monaco ; je veux que le cadre naturel de ce village soit préservé car ainsi nous protégerons le futur.. Le tourisme c’est lié à l’environnement ; aujourd’hui, il représente 8% du PIB, c’est un secteur fort en France, alors préserver le cadre naturel, c’est conserver notre identité, préparer l’avenir et faire vivre l’économie.

Que revêt le mot « Provence » pour vous ?
Les Bouches-du-Rhône regroupent Arles et la Camargue, Marseille et la Provence. Ce département est plein de pépites qui, pour être valorisées, ne doivent pas subir le tourisme de masse. Lorsqu’on se promène sur le massif de Sainte-Victoire, on se surprend à chuchoter, ça correspond à un type de touristes. Il faut intéresser ces derniers aux endroits qui leur ressemblent ; nous allons encourager le tourisme de qualité, pousser certains projets sur certains territoires. Notre richesse, c’est notre authenticité et la personnalité de nos habitants ; cultivons ces différences pour maintenir la notion de qualité qui est rattachée à la Provence.

Quel sera le rôle de la gastronomie dans les prochaines années ?
La table, les vins, ce sont de puissants leviers de développement au même titre que la culture : les festivals d’Aix et de la Roque d’Anthéron, les rencontres d’Arles, le festival de Martigues montrent que chacun est fier de son territoire et veut en montrer les beautés. Pour le vin par exemple, je pense qu’il faut mêler la dégustation à la visite du terroir, nous inciterons le public à pénétrer les lieux pour mieux les comprendre. Selon moi, un paysage, un site, un monument, se voient, se respirent, s’écoutent et se sentent, c’est comme la cuisine.

Quelle est votre couleur de vin préférée ?
J’aime tout ce qui est bon mais, pour faire simple, j’aime les blancs et les rosés en été, les rouges en hiver. Vous savez qu’on fait du rouge aussi à Cassis ? ! Cette AOC ne me quitte jamais, je rêve de la voir entrer au patrimoine immatériel de l’Unesco…

Pouvez-vous définir ce que vous entendez par « gastronomie » ?
La gastronomie ce n’est pas la voix seule du Michelin ; c’est aussi un formidable charcutier, ce peut être une excellente huile d’olive des Baux ou une bonne pizza. C’est une notion très ouverte.

Dans l’avenir, la qualité seule fera la différence ?
Je rêve d’un hôtel 5 étoiles à Cassis car ça aiderait la ville à progresser. Les deux étoiles attribuées par le Michelin à la Villa Madie ont donné envie aux autres restaurants de regarder vers le haut, c’est une saine émulation qui aide à se remettre en question. Aujourd’hui, le tourisme est un combat mondial, les Bouches-du-Rhône doivent être irréprochables sur l’accueil, le service, l’identité, les goûts. Au plus nous aurons de locomotives, au plus tout le secteur en bénéficiera.

Vos sorties ?
A Cassis, je vais « à la Vieille », chez Gilbert, à la Poissonnerie, à la Stazione, à la Goccia d’olio, au Chaudron. Tout dépend de mon état d’esprit mais je suis plus poisson que viande.

[Les carnets secrets de Danielle Milon]

  • Claude Lelouch : « Je l’ai rencontré en octobre il y a 4 ans. Il est passé par Cassis avant de se rendre au festival de Cannes en avril dernier ; je pense qu’il finira par acheter quelque chose ici »
  • Patrick Poivre d’Arvor : « C’est lui qui s’occupe du Printemps du Livre de Cassis désormais. La dernière édition a cartonné »
  • Maurice Béjart : « Ma première rencontre avec lui a été l’un des moments les plus forts de ma vie ; j’en ai les larmes aux yeux rien qu’en en reparlant »
  • Rudy Ricciotti : « C’est un homme exceptionnel »
  • Louis De Funès : « J’ai tourné, en 1971, le film « Sur un arbre perché » qui se déroulait sur la falaise du cap Canaille. On m’y voit, brune, les cheveux longs »

[Sa bio express]

Danielle Milon est tombée dans la politique dès son plus jeune âge : « Papa était adjoint de Gilbert Rastoin, raconte-t-elle. C’était un maire qui, déjà, avait été élu sur les thèmes de la protection de l’environnement, il s’opposait à la bétonnisation de Cassis ». Elève à Sciences Po, Danielle Milon hésite entre une carrière dans le tourisme international et l’enseignement : « Et j’ai choisi l’Education nationale, dit-elle. J’ai été institutrice durant 25 ans à Carnoux ». 1983, c’est le virage, le plongeon politique : « J’avais promis de donner tout mon temps libre à Cassis » se remémore celle qui sera adjointe à la culture 12 années durant. « Ensuite, j’ai passé 13 ans dans la minorité » glisse-t-elle presqu’en chuchotant. « Dans les petites villes, la minorité doit prendre conscience de son importance si son opposition est constructive » assure la maire de Cassis. Elue au poste de premier magistrat en 2008, « avec peu de voix d’écart », elle conforte l’écart au scrutin suivant, en 2014. Maman et grand-mère, elle est heureuse d’avoir sa fille et sa petite-fille près d’elle à Cassis et se demande si elle briguera un troisième mandat…

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.