Magazine

Calissons d'Aix : nouveau souffle, nouvelle vitrine pour le Roy René

roy rené boutikL’affaire a fait grand bruit : l’an dernier, l’entrepreneur Maurice Farine a cessé de présider aux destinées des Calissons du Roy René. Depuis 1920, dans le droit fil de la famille des fondateurs Guillet, la célèbre marque avait connu de notables évolutions. Hausse constante de la qualité, modernisation des outils de production, élargissement des gammes… L’entreprise avait même, dans un passé très récent, été labellisée EPV (Entreprise du patrimoine vivant). N’en déplaise aux Aixois qui n’aiment rien moins que l’absence de tout changement, les temps changent et les dirigeants aussi. Depuis quelques mois, c’est Olivier Baussan, fondateur de l’Occitane en 1976, d’Oliviers and Co en 1997 et Première Pression Provence en 2008 qui dirige la marque. premier geste fort de cette reprise en main, la rénovation et l’agrandissement de la boutique à quelques encablures de la place de l’Archevêché.
Murs en pierres du Pont-du-Gard, lustres dans l’esprit old style, meubles en noyer et hêtre massifs, témoignent d’un grand respect pour les matérieaux bruts et naturels. IPN en acier et tubes en laiton, néons d’usine, design sobre et épuré, écran plasma nous plongent dans une vision future dans laquelle doit s’inscrire le calisson. Bien sûr, le logo créé par le grand-père René Guillet reste omniprésent, de même que les photographies en noir et blanc des calissonneuses d’antan. En fond de boutique, une porte vitrée s’ouvre sur un atelier. Ici, chaque semaine, un confiseur réalisera les calissons en direct. Sur simple réservation, chaque gourmand ou apprenti-cuistot, apprendra, seul ou en groupe, à réaliser lui-même ses « câlins provençaux ».

Nouvelle gamme et polémique en vue
roy rene boutik artisanAutre nouveauté, et pas des moindres, la confiserie du Roy René lance une gamme de 9 nouvelles recettes de « calissons d’exception » qui heurteront les thuriféraires de l’amande, du melon et de la couleur immaculée du glaçage : cerise du Luberon et rose de Vence, framboise et thé matcha, figue de Solliès et noix, bergamote et grains d’anis vert, châtaigne confite et gousses de vanille, poire Tatin, clémentine de Corse-éclats de cacao, chocolat gianduja et noisette, coing-Lerincello.
Les tenants de la tradition risquent de s’étonner en retrouvant dans la recette de la figue, du cacao ou de la framboise. Mais une recette n’est-elle pas condamnée à évoluer au risque de mourir si elle devient intouchable ? Peut-on imaginer une recette de coq au vin avec du veau au prétexte qu’il faut « évoluer » ? Le débat est lancé…

Confiserie du Roy René, 11, rue Gaston-de Saporta,
à Aix. Infos au 04 42 22 67 86. Fabrication des calissons
chaque mardi après-midi en compagnie d’un artisan,
sur inscription uniquement.
Collection de calissons d’exception : 70 € le kg.
Etui de 8 calissons d’exception : 9,95 € les 80 grammes.
Photos François-Xavier Emery 

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.