Restaurants en Provence

Cassis, un village, 3 idées de restos

CassisCassis est un joli petit port de pêche que la mairie a massacré en repavant les rues, ravalant, lissant, anesthésiant les façades, transformant le centre-ville en décor de “Plus belle la vie”. Il n’y a plus dans le centre de Cassis que des géraniums et pétunias en pots, les mousses aux murets, les petites herbes poussant dans les fissures ou entre les pavés ayant été éradiquées. Il n’en demeure pas moins qu’on y vient encore avec plaisir et qu’à quelques kilomètres de Marseille, on a l’impression d’être loin, très loin, en vacances dans une villégiature méditerranéenne. A Cassis, les tables foisonnent ; je vous ai sélectionné 3 points de chute pour 3 budgets avec 3 ambiances différentes. Et n’oubliez pas, réservez avant d’y aller !

⇒ La Stazione Une trattoria qui depuis le 25 mai 2006 propose une carte rouge de tomates, dorée d’huile d’olive et salée d’anchois. Les pizzas sont au garde-à-vous bien sûr, mais il faut leur préférer l’assiette d’antipasti et les spécialités italiennes (côte de veau, pâtes en déclinaison, linguine alle vongole, etc). Vins italiens et cassidains dûment sélectionnés.

39, ave Victor-Hugo, 13260 Cassis ; réservations au 04 42 01 16 60. Comptez 30-35 €.

⇒ La Villa Madie Un an et demi que Dimitri Droisneau (34 ans) a pris possession des cuisines de cette villa aux terrasses plongeant dans la mer. Cadre de rêve, cuisine de haute volée. Oubliez les tongs dans un restaurant 2 étoiles Michelin mais l’atmosphère est très détendue. C’est chérot mais ça vaut vraiment le coup.

Lire la critique https://le-grand-pastis.com/la-villa-madie-a-cassis/

⇒ La Goccia d’Olio Une table italienne qui aligne les stars du genre : antipasti misti, insalata caprese, tagliatelle pomodoro basilico, bresaola, burrata… C’est Alfredo qui cuisine, à l’entrée, une trancheuse débite de fines tranches de jambon cru translucides. Le parmesan affiche 24 mois d’âge au compteur, l’escalope de veau est servie milanese primavera, les saltimbocca alla romana et les ravioli au homard sont conformes à la tradition. Tiramisu, gratin de fruits façon sabayon, glace vanille-café expresso sont servis en dessert dans un cadre un peu old style mais de bon goût, un peu chérot cependant.

19, rue Michel-Arnaud à Cassis ; réservations au 04 42 01 38 31 ; comptez 45-50 €.

Ajouter un commentaire

Cliquer ici pour écrire un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Il y a aussi un merveilleux restaurant Libanais : ” d’une rive à l’autre ” ! J’ai un gros penchant pour cette extarordinaire cuisine et tout y est d’une fraîcheur sans conteste et d’une finesse incroyable !

  • …Bonjour, je découvre votre site, très agréable….et de bon goût…Et donc je permets …d’ajouter à votre choix sur Cassis, ” Angélina”!! Jean, le chef nous régale de sa “vraie” cuisine dans une ambiance fraiche et à l’abris de la foule. Bien à vous. Stella. Amatrice de bons goûts….

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Abonnez-vous à notre newsletter

Vite lu

La Tournée Sauve ton resto se poursuit dans le 13.- Un bus et une tournée pour soutenir les restaurateurs en difficulté et marquer sa solidarité avec une filière passablement malmenée par la pandémie Covid-19 : l’opération Sauve ton resto ! se poursuit dans les Bouches-du-Rhône. Commandez vos repas à l’avance et venez les récupérer auprès des chefs dans chacune des villes étape : Marseille les 19 et 21 janvier, Allauch le 20 janvier, Aix-en-Provence le 22 janvier, Arles le 23 janvier… Plus d’infos et les détails à lire sur mpgastronomie.fr

Terre Blanche annonce la nomination de Christophe Schmitt au poste de chef des cuisines.- Le Resort de Terre Blanche Hotel Spa Golf Resort 5 étoiles, a nommé Christophe Schmitt au poste de chef pour prendre les rênes des différents restaurants, dont Le Faventia, étoilé au guide Michelin (le guide rigolo qui décerne des étoiles aux restaurants fermés). Christophe Schmitt succèdera ainsi au Chef étoilé et meilleur ouvrier de France, Philippe Jourdin, qui prend sa retraite et dont il était le second, pour perpétuer une cuisine aux saveurs du Sud. Dans la continuité de cette philosophie qui allie tradition et touches innovantes, Christophe Schmitt proposera une cuisiné axée sur les meilleurs produits locaux rendant hommage au terroir. “C’est un honneur pour moi et un très grand défi de succéder à Philippe Jourdin. A Terre Blanche, ce Mof a marqué l’histoire de la gastronomie, et il m’a aussi beaucoup appris. C’est avec beaucoup d’émotion que je lui succède aujourd’hui, plus que jamais conscient des responsabilités qu’il me lègue” a déclaré Christophe Schmitt.