Marseille Restaurants en Provence

Alouette sans tête et déjeuner rosé à la Cave des Vingt

Au départ, il y a une bande de copains qui rêvent de s’offrir une cave à vins. A l’arrivée, ils sont 25 à mettre la main à la poche pour  donner naissance à ce nouveau haut-lieu du goulot, avenue de la Corderie. La Cave des Vingt, jeu de mots oblige, a dressé ses tables en façade, à moins qu’échaudés par la chaleur, les clients ne préfèrent l’ambiance rafraîchissante de cet ancien cuvier aux imposantes poutres et aux murs épais. Karine, à l’accueil, est tout heureuse de renouer avec les clients, elle qui adore parler, rire et conseiller des amateurs un peu perdus parmi les 700 références de vins et spiritueux. cave des vingt
On mangera à la fraîche, avec vue plongeante sur les wiskies du monde, mezcals, gins, sakés et cachaça très en vue cet été. L’ardoise va droit au but et répond aux impératifs du genre : pâté en croûte-mesclun marseillais, salade de chèvre chaud gratiné, alouette à la provençale et rigatoni. Les copains des « Bons fromages » sont venus à la rescousse pour composer le plateau et une tarte aux pommes accompagne le café.

Style minutieux
On aime le style minutieux de chaque assiette et la simplicité juste qui en résulte. Le contraste entre le croustillant salé de la chips de lard et l’onctuosité lactée du petit fromage tiède, la sauce tomate qui imbibe l’alouette et les petits tronçons de carotte… C’est une cuisine de l’évidence en accord avec les choix de Karine qui a débouché une bouteille de rosé de la Bastide de Blacailloux, propriété familiale depuis 1917 à Tourves dans le Var. De cette cuvée Joio 2021, vous apprécierez le nez de pêche et de framboise, la robe claire, qui offre une fraîcheur bienvenue en ces journées caniculaires en harmonie avec l’acidité de la sauce aux tomates fraîches.
Alors peut-on tirer la chaise à la Cave des Vingt ? Oui évidemment parce que de 17 à 27 €, il y aura toujours une option pour vous plaire. Oui parce que vous aurez l’embarras du choix, et les conseils qui vont avec, pour choisir la bouteille ou le verre qui agrémenteront votre repas. Oui parce que le service est rapide et l’ambiance tranquille. Oui parce que tout le monde est gentil et nous, on aime les gens gentils.

La Cave des 20, 78, ave de la Corderie, 7e arr. Fermé dimanche et lundi. Plat 17 €, formules 22 et 27 €. Vin prix cave + 10 €.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

pub jeudi

Suis-nous sur les réseaux

Nécrologie

Jean-Paul Passédat n’est plus.- Le père du chef Gérald Passédat est décédé ce mercredi 10 août à l’âge de 88 ans, dans son sommeil, à son domicile de Marseille. Jean-Paul Passédat était le deuxième maillon d’une chaîne dont les premières attaches datent de 1917. Germain Passédat, père de Jean-Paul et grand-père de Gérald, est alors propriétaire d’un bar-tabac. Un matin, par hasard, une baronne entre dans le bar pour utiliser le téléphone et informer son notaire de la mise en vente de son bien arrimé à la roche blanche de l’anse de Maldormé. «Pas la peine de chercher, je vous l’achète», aurait lancé Germain Passédat. La saga familiale s’écrit ensuite avec la création d’un restaurant qui aura la mer et les îles du Frioul pour décor. La villa Corinthe est débaptisée et devient Le Petit Nice pour attirer une clientèle huppée, la ville des Alpes-Maritimes étant alors très à la mode. Germain s’installe avec sa femme, Lucie, cantatrice et muse des frères Lumière, les inventeurs du cinématographe, dont des photos ornent les murs du restaurant. Des célébrités comme Pagnol ou Fernandel hantent les lieux qui, à la mort de Germain, sont repris par son fils Jean-Paul. Chanteur d’opéra, il tourne le dos à sa carrière pour se consacrer à la gastronomie avec sa femme Albertine. Il transforme le Petit Nice en hôtel de standing, creuse une piscine d’eau de mer, et gagne une étoile au Michelin en 1977 puis une seconde en 1981. À l’aube du nouveau millénaire, son fils unique Gérald Passédat revient dans le giron familial et décroche sa 3e étoile en 2008 avec une cuisine radicalement différente de celle de son père. Jean-Paul, lui, continuera à vivre au Petit Nice dans lequel il avait un appartement.