Magazine

C'est nouveau : le Kabanon à boulettes et à roulettes de Karine et Marie

boulettes 3Elle en rêvait et l’a fait : Karine April-Morisse vient de lancer un petit food-truck on ne peut plus original, imaginé autour du concept de la boulette. « L’idée a réellement pris corps il y a un an, raconte la souriante jeune femme. Je discutais avec une amie de ma passion pour la cuisine et au fil de mes rencontres, j’ai eu le courage de me lancer ». A la carte de ce Kabanon à boulettes, une série d’appétissantes recettes toutes présentées sous forme de boulettes. « J’avais peur d’ouvrir mon propre restaurant tant les contraintes sont importantes mais cuisiner pour le plus grand nombre lors d’opérations événementielles, je sentais que je pouvais être à la hauteur » poursuit Karine.

collage boulettesAutour de l’idée même du partage, le Kabanon propose des recettes d’ici (boulette agneau-ail-romarin, boulette de sardine sauce aïoli, boulette de pain tomate séchée) et d’ailleurs (boulette risotto safran, boulette crevettes-gingembre-citronnelle). Toutes les préparations sont conditionnées dans du bois, bambou et papier et les fournisseurs sont rigoureusement sélectionnés pour leur sérieux : « Je me fournis en viandes à la boucherie de Charly et Marcel et je prends mes poissons chez Christian Martini, à La calanque sur le marché de Castellane », détaille Karine. Côté desserts, les bonnes idées abondent : boulette citron-basilic navette, boulette calisson-miel de lavande figurent parmi les best-of. « J’ai demandé au glacier Jérôme Cellier d’imaginer une recette de boule glacée au Cristal Liminana pour une saveur anisée qui mette en appétit », dit celle qui a été touchée par la main que lui ont tendue bon nombre de chefs marseillais : « ça m’a fait chaud au coeur ».
Et il y a fort à parier que dans les prochaines soirées qui animeront la ville, le Kabanon de Marie et Karine devrait lui aussi créer l’événement.

Infos aux 06 31 21 91 90 et 06 62 25 69 36 et http://www.lekabanonaboulettes.fr/

 

6 Comments

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    • Les food trucks sont interdits à Marseille. En revanche, les camions à pizza sont autorisés. Pourquoi cette différence de traitement entre deux métiers pourtant si proches ? Allez savoir (ironie). Les food trucks ne cuisinent que pour des particuliers lors d’événements privés (mariages, fiançailles, baptêmes) ou pour des entreprises (lancements de produits, séminaires) etc. Consultez leur site et contactez-les !

      • Les food trucks ne sont pas interdits sur Marseille. Dans le quartier de la Joliette, nous avons le Panier à Salade et le Bagel Box 2 équipes très sympa avec des produits frais et un très bon rapport qualité/prix!

        • tu as raison Fifi. Et les espaces où ils sont implantés ne sont-ils pas privés ? Et pourquoi n’y en a-t-il nulle part dans la ville alors que beaucoup ne demandent qu’à s’installer ? tu devrais poser la question aux services municipaux chargés des emplacements publics.

      • C »est la seule ville où les food truck sont interdit , j’en ai fait les frais en 2010 , quand je m’étais mise a monter un projet imaginer l’idée , grâce a un voyage à Bruxelles , cela était dans mon budget et dans mes idées , mais le clan des camions pizza a frappé et là c’est carrément hallucinant mais toutes sortes de food trucks n’a pas sa place à Marseille ,

        Bravo pour le kabanon une façon intelligente de contourner le problème et je leur souhaite de réussir 🙂

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.