Magazine

C’est signé, Marseille est liée aux Chartreux… et trinque à la chartreuse

chartreux

La ville de Marseille a signé, ce mardi 5 octobre 2021, le pacte d’amitié qui la lie désormais aux moines chartreux et à leur liqueur symbole : la chartreuse. C’est dans le salon d’honneur de la Chambre de Commerce et d’Industrie, sur la Canebière, que les maires des cinq villes et villages, déjà signataires de ce pacte (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Saint-Laurent-du-Pont, Tarragone en Espagne, Voiron et Entre-Deux-Guiers) ont pris la parole avant de procéder à la fameuse signature. Benoît Payan absent, c’est Jean-Marc Coppola, adjoint en charge de la Culture qui a signé le précieux document sous l’oeil de Michèle Rubirola, première adjointe au maire et de Didier Jau, maire du 3e secteur dont dépend le quartier des Chartreux. C’est Nicole Verspiren, élue consulaire, qui représentait le président Chauvin pour la CCI-Aix-Marseille Provence.

« C’est une bonne chose de faire entrer Marseille dans ce pacte, en attendant Paris et Anne Hidalgo, dans quelques années peut-être, s’est risqué Emmanuel Delafon, le PDG des Liqueurs Chartreuse. Célébrer quelque chose dans le contexte actuel n’est pas facile mais demain, nous fêterons la saint Bruno, saint patron des Chartreux. A l’aube du deuxième millénaire, Bruno ignorait que son projet le dépasserait, et de loin, 1000 ans plus tard. Eh bien il en va de même pour nous aujourd’hui ».

La recette et le savoir-faire de la liqueur sont un absolu secret, connu de deux seuls moines

chartreux
Jean-Marc Coppola à la signature (à droite)

Après que chaque maire eut tôt fait de rappeler l’influence des Chartreux et de leur liqueur dans le développement de leur cité, Jean-Marc Coppola a pris la parole pour évoquer Marseille, « ville singulière, toujours secrète, parfois mystérieuse, recelant de nombreuses pépites. Ici, on pense plus Ricard, Picon ou Noilly-Prat et je pense qu’il nous faut reconnaître que nous faisions partie de ces nombreux Marseillais qui ignoraient que dans le quartier de Castellane, les moines avaient une distillerie au début du XXe siècle ».

D’un côté, les maires membres du pacte se sont dits honorés d’accueillir Marseille et, de l’autre, la ville mastodonte a insisté sur l’honneur qui lui était fait d’apposer son nom à côté de celui de Entre-Deux-Guiers et ses 1800 âmes. Clins d’oeil à la dégustation plus ou moins appuyée des uns, au talent de travailler la Chartreuse des autres (en truffe au chocolat, en granité citron-chartreuse), la signature a été souriante, heureuse et tous l’ont promis : on se retrouvera bientôt pour faire vivre le pacte qui lie les moines à ces villes qui, au fil des siècles, les ont accueillis pour les protéger des vicissitudes de l’Histoire.

Ajoute un commentaire

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aix-en-Provence

Jean-Luc Le Formal n’est plus. 2002-2022, le  plus breton des chefs provençaux a mis 20 ans dans la cité du Roy René pour gravir tous les échelons de la notoriété. Las, ce samedi 3 décembre, le cœur de Jean-Luc Le Formal a décidé de siffler la fin de la partie. Au Grand Pastis qui lui avait demandé s’il avait des regrets, Le Formal avait répondu : – Je n’en ai pas. Il faut assumer ce qui a été fait car on ne peut plus revenir dessus ». Fort de sa devise, « Profiter du moment présent à 100%, vivre et partager sa passion », Jean-Luc Le Formal a vecu pleinement pour la cuisine avec une douleur et une incompréhension : le mutisme du guide rouge à son encontre. Généreux dans le verbe et en actes, solidaire et confraternel, Le Formal tire définitivment le rideau sur son restaurant de la rue Espariat. En ces journées pénibles, chacun pensera à Yvonne sa compagne ; une cérémonie sera célébrée à Aix, jeudi 8 décembre.
Son interview au Grand Pastis.

Marseille-Cassis

EXCLUSIF. – C’est bien le chef des Roches Blanches, Alexandre Auger, qui succédera à Dominique Frérard au piano du restaurant les Trois Forts du Sofitel Marseille-Vieux-Port. Auger est arrivé à Cassis le 7 juin 2021 et devrait en partir tout début janvier 2023. Avant d’acter son départ, deux soirées seront organisées dans le 5 étoiles cassidain les 15 et 16 décembre. Le 15 décembre, Alexandre Auger et Randy Siles, chef costaricien, créateur du concept « Agro-Marino », serviront un dîner à 4 mains sur la thématique « Agro-Marino ». Le 16 décembre, le cuisinier Randy Siles s’associera cette fois au chef italien Gabriele Boffa, 2 étoiles au guide rouge, originaire du Piémont en Italie, pour un dîner à 4 mains. Valentin Fabry, chef pâtissier des Roches Blanches, quant à lui, proposera deux desserts uniques pour clore subtilement ces deux rendez-vous sur une belle note sucrée… Et dire au-revoir au chef Auger. Emule de Yannick Alléno avec qui il a travaillé au Meurice, Auger a aussi dirigé la brigade du Sofitel Faubourg, rue Boissy d’Anglas (Paris VIIIe), voisin de l’Elysée.

Suis-nous sur les réseaux

Marseille

Le lycée hôtelier de Marseille Bonneveine a soufflé ses 40 bougies le 29 novembre 2022. L’établissement de formation a annoncé qu’il sera renommé du nom de Jean-Paul Passédat, décédé le mercredi 10 août dernier, à l’âge de 88 ans. Ce 29 novembre, Gérald Passédat, est venu rappeler que son père avait compté à l’époque parmi les plus fervents soutiens de la création d’un lycée hôtelier à Marseille. Le président de la région Sud, Renaud Muselier, figurait parmi les invités.

Abonne-toi à la newsletter