Magazine

C’est signé, Marseille est liée aux Chartreux… et trinque à la chartreuse

chartreux

La ville de Marseille a signé, ce mardi 5 octobre 2021, le pacte d’amitié qui la lie désormais aux moines chartreux et à leur liqueur symbole : la chartreuse. C’est dans le salon d’honneur de la Chambre de Commerce et d’Industrie, sur la Canebière, que les maires des cinq villes et villages, déjà signataires de ce pacte (Saint-Pierre-de-Chartreuse, Saint-Laurent-du-Pont, Tarragone en Espagne, Voiron et Entre-Deux-Guiers) ont pris la parole avant de procéder à la fameuse signature. Benoît Payan absent, c’est Jean-Marc Coppola, adjoint en charge de la Culture qui a signé le précieux document sous l’oeil de Michèle Rubirola, première adjointe au maire et de Didier Jau, maire du 3e secteur dont dépend le quartier des Chartreux. C’est Nicole Verspiren, élue consulaire, qui représentait le président Chauvin pour la CCI-Aix-Marseille Provence.

« C’est une bonne chose de faire entrer Marseille dans ce pacte, en attendant Paris et Anne Hidalgo, dans quelques années peut-être, s’est risqué Emmanuel Delafon, le PDG des Liqueurs Chartreuse. Célébrer quelque chose dans le contexte actuel n’est pas facile mais demain, nous fêterons la saint Bruno, saint patron des Chartreux. A l’aube du deuxième millénaire, Bruno ignorait que son projet le dépasserait, et de loin, 1000 ans plus tard. Eh bien il en va de même pour nous aujourd’hui ».

La recette et le savoir-faire de la liqueur sont un absolu secret, connu de deux seuls moines

chartreux
Jean-Marc Coppola à la signature (à droite)

Après que chaque maire eut tôt fait de rappeler l’influence des Chartreux et de leur liqueur dans le développement de leur cité, Jean-Marc Coppola a pris la parole pour évoquer Marseille, « ville singulière, toujours secrète, parfois mystérieuse, recelant de nombreuses pépites. Ici, on pense plus Ricard, Picon ou Noilly-Prat et je pense qu’il nous faut reconnaître que nous faisions partie de ces nombreux Marseillais qui ignoraient que dans le quartier de Castellane, les moines avaient une distillerie au début du XXe siècle ».

D’un côté, les maires membres du pacte se sont dits honorés d’accueillir Marseille et, de l’autre, la ville mastodonte a insisté sur l’honneur qui lui était fait d’apposer son nom à côté de celui de Entre-Deux-Guiers et ses 1800 âmes. Clins d’oeil à la dégustation plus ou moins appuyée des uns, au talent de travailler la Chartreuse des autres (en truffe au chocolat, en granité citron-chartreuse), la signature a été souriante, heureuse et tous l’ont promis : on se retrouvera bientôt pour faire vivre le pacte qui lie les moines à ces villes qui, au fil des siècles, les ont accueillis pour les protéger des vicissitudes de l’Histoire.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Suis-nous sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter

En bref

Juris food. Le prochain déjeuner Juris food aura lieu le lundi 31 janvier et aura pour thème : « La démarche de transition juridique globale initiée par Marseille dans la dynamique des négociations internationales sur le climat » par Jean-Charles Lardic. Un cocktail déjeunatoire suivra afin de prolonger les échanges librement entre les participants. Vous pouvez dès maintenant vous inscrire et régler votre participation en cliquant sur ce lien (un compte paypal n’est pas obligatoire pour cela, le paiement peut se faire directement par CB). Paf : 29 €. Pour des questions d’organisation, l’inscription par retour de mail est obligatoire : smlorganisation@gmail.com
Le déjeuner aura lieu au New Hôtel of Marseille, bd Charles-Livon, 7e (parking Pharo).