Magazine

La digue du large accueille le premier des dîners insolites de MPG2019

Cent trente convives, une longue table d’un seul tenant de plus de cinquante mètres, une brigade de neuf personnes pour 12 serveurs… Le premier des grands dîners insolites servi ce lundi 1er juillet sur la digue du large à Marseille est celui de tous les superlatifs. Initié à l’occasion de MPG2019, ce rendez-vous a fédéré les chefs Lionel Lévy, au nom de l’Intercontinental Hôtel-Dieu, Marie-Josée Ordener, pour les Grandes Tables de la Friche et Emmanuel Perrodin, cuisinier itinérant en charge de la direction artistique de l’événement.

Plus de 18 dîners insolites seront organisés tout au long du mois de juillet dans les Bouches-du-Rhône avec des cuisiniers de talent, de la valeur montante Laëtitia Visse à David Mijoba, de Gérard Guilli à Nadia Sammut. Quelque 16 toques, des sites magiques (ascenseur à bateaux de La Ciotat, l’abbaye de Montmajour, le château de tarascon)… Il reste de rares places, il est encore temps de les réserver.
19h, rendez-vous sur le Vieux-Port. Le bateau et son équipage accueillent les participants, lunettes de soleil et téléphones en main, prêts à photographier cette sortie majestueuse du Lacydon, entre Pharo et tour Saint-Jean. On longe le MuCem, la digue est là, toute proche. A l’arrivée, un verre de vin rosé donne le la, Peter Fischer n’est pas là mais il est sur toutes les lèvres… les vins de château Revelette accompagneront tout le repas.

Cake parmesan-poutargue, gaspacho de tomates noires-gressin-concombre à la grecque, le menu méditerranéen revêt un caractère particulier. La simplicité des intitulés rejoint l’évidence des saveurs. Pur blanc 2018, grand blanc 2017, Revelette irrigue le banquet. Deux keftés embrochées accompagnent une merveilleuse aubergine confite au miso-coriandre et une tchoutchouka délicatement pimentée : le public a le sentiment d’embrasser le monde face à un soleil qui tarde à partir et embrase l’horizon. Symphonie orangée, du ciel à l’assiette, la force des épices donne le tournis à moins que ce soit le rouge 2018, pur carignan, dont la rusticité épouse les contours d’une recette au caractère bien trempé.

dîners insolites

La brigade passe les convives en revue, les uns sourient, les autres applaudissent. Une troublante figue sauce anchois amande pose question, chacun y va de son commentaire, les conversations s’emmêlent, c’est un vrai banquet. Marie-Josée Ordener s’inquiète : – Tout va bien ? » Elle s’en va rassurée. Perrodin confie ses projets de cuisinier itinérant pour 2020, on l’écoute sagement. Lévy encourage sa brigade à aller à la rencontre de la tablée…
La cassolette de fruits et légumes au vin rosé et hibiscus marque la fin des agapes dont on mesure, a posteriori, la filiation antique. Fabrice Lextrait a le sourire, soucieux de croiser les disciplines artistiques, les politiques culturelles et la gastronomie, notre homme sent bien que la mayonnaise a pris. Les dîners insolites de Marseille-Provence gastronomie 2019 resteront dans toutes les mémoires.

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.