Carnet de cave

Domaine de Nalys : une langouste ou un chèvre se disputent la compagnie du blanc 2014

domaine de NalysChâteauneuf-du-Pape est réputé pour ses vins rouges ; avec 10% de la production, les blancs, méconnus, rivalisent pourtant en élégance avec les plus grands de l’hexagone. Bus dans les 2 à 3 ans, ils s’accordent aux viandes blanches (veau), volailles et poulardes aux sauces crémées. Sur des millésimes un peu plus âgés, on optera pour des crustacés (homard, langouste, araignée de mer), un foie gras poêlé, des champignons comme les girolles en persillade, des cèpes et quelques plats truffés. Le domaine de Nalys, propriété de Groupama, cultive les 13 cépages autorisés sur l’appellation. Ce blanc 2014 est composé de grenache blanc (63%), roussanne (18%), clairette (15%), bourboulenc (2%) et des rares cépages piquepoul et picardan (2%).
Comme écrit le guide Hachette des vins 2016, “A assemblage complexe, vin complexe ? Pas toujours, mais c’est bien le cas ici”, ce vin dégage un nez minéral et iodé avec beaucoup de volume en bouche, une fraîcheur soulignée par quelques touches salines et d’agrumes (citron). Vous servirez ce blanc à la robe très pâle bien frais, à 12°C et, outre les suggestions mentionnées ci-avant, il fera merveille avec des fromages de chèvre voire un comté. Si vous souhaitez le garder, ce vin bien élaboré, hibernera en cave dans des conditions idéales jusqu’en 2019-2020.

Domaine de Nalys blanc 2014, cuvée classique, aux environs de 20 euros chez les cavistes.

Le GP sur les réseaux

Retrouvez-nous 24/24h en photos !

Notez-le

Christian Qui “meilleure table de l’année” selon le Fooding classement 2021 A l’heure où la restauration française vit les heures les plus noires de son histoire, le guide Fooding, lui, continue à vivre comme si tout allait bien. Le guide, qui vient d’être intégralement racheté par le guide Michelin, a révélé ce lundi 16 novembre son palmarès de l’année 2021. Une approche d’autant plus cynique que la quasi totalité des guides français a décidé de ne pas établir de classement tant la période est dramatique pour la profession.

Meilleur bar d’auteur : Bambino (Paris)
Meilleur bistrot : Café Les Deux Gares (Paris)
Meilleur sandwich : Penny Lane (Paris)
Meilleur chef résistant : Antonin Bonnet chez la Boucherie Grégoire (Paris)
Meilleur cuisinier : Daniel Morgan chez Robert (Paris)
Meilleure table : Christian Qui (Marseille)
Meilleure table : Bistrot Bao (Groix)
Fooding d’Amour : Comète (Saint-Lunaire)
Fooding d’Amour : Rita, la Vierge à la Mer (Saint-Jean-de-Luz)
Meilleure chambre de style : château de la Haute Borde (Rilly-sur-Loire).