Marseille

► Soirée raclette à Notre-Dame-de-la-Garde Pour contribuer au financement des gros travaux d’entretien de la basilique, le père Espinosa, recteur du sanctuaire, et l’équipe qui gère le Restaurant, ont eu l’idée d’organiser des dîners dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’entretien du site. Chaque soirée débute à 19h par une visite privée de la crypte et de la basilique suivie, à 20 heures, d’un apéritif, puis du dîner (50 € par personne). Pour répondre aux morsures du froid hivernal, une soirée raclette est organisée le jeudi 7 mars en partenariat avec la fromagerie La Meulerie. Le dîner fondant et délicieusement parfumé sera servi sur une seule et longue table unique. Bonne humeur garantie.
• Pour la soirée raclette du 7 mars, s’inscrire ici.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Carnet de cave

La nouvelle vie de Léon et Sophie au domaine des Roches Blanches à Pontevès

domaine des Roches Blanches

C’est avec humilité et pourtant une immense fierté que Léon et Sophie Blanchet présentent leurs bouteilles. Sur une table, le jeune couple – elle a 34 ans et lui 40 – aligne soigneusement une bouteille de vin rouge, de blanc et de rosé. Voilà l’intégralité de leur production et ils la présentent avec enthousiasme : – Nous travaillons 3 cépages, le pinot noir, le chardonnay et le cabernet-sauvignon », avance Sophie. « Un cépage par couleur, nous avons choisi de faire du 100% monocépage au sens strict, enchaîne Léon qui poursuit : – Nous travaillons sur le fruit pour en extraire au mieux les arômes et l’intensité ». Le couple a racheté en août dernier le domaine des Roches Blanches, 7 hectares, à Pontevès, dans le Var, à quelques kilomètres de Barjols. « Nous avons eu un coup de coeur pour cette terre, assure Sophie, on cherchait depuis un moment un peu partout dans la région mais nous avions une certaine inclination pour le Var ». Parce qu’ils ambitionnaient de faire « de la qualité et pas du volume », le duo a cherché une exploitation « à taille humaine pour conserver l’âme traditionnelle d’un domaine viticole avec ses vendanges à la main ».
Le couple « voulait rapprocher [ses] deux enfants de la terre, on voulait quelque chose de vrai pour eux. Avec cette instalaltion à Pontevès, nous voulons un futur pour eux avec l’espoir de leur donner le goût pour cette vie-là ».

Du monocépage et rien d’autre
Le domaine des Roches Blanches est cultivé selon les principes de l’agriculture raisonnée et est entré, depuis 10 ans, dans le monde des concours en grapillant de ci-de là médailles et distinctions. « Il n’y a pas de colorant chez nous, notre rosé est un véritable rosé au sens où il n’est pas décoloré. Issu du pinot noir qui lui confère sa jolie robe rose assumée, c’est un vin rare pour la Provence, un vin de garde jusqu’à 5 ans qui entre dans la famille des rosés de gastronomie », explique Léon. Ancienne commerciale en matériel médical pour Sophie, pharmacien encore en activité pour Léon, le couple se prend à rêver : – Dans l’idéal, on aimerait racheter quelques terres et puis aménager deux ou trois chambres d’hôtes pour faire partager ce cadre et le lien que nous avons noué avec ce site ».

domaine des Roches BlanchesL’heure est à la découverte du blanc, un chardonnay vigoureux à déguster frais pour révéler ses notes exotiques d’ananas et d’agrumes. Le rouge, à base de cabernet-sauvignon, demande un carafage d’une trentaine de minutes afin de révéler toute son ampleur : des arômes de cassis dès l’attaque portés par de délicates notes de vanille en font le compagnon idéal des viandes de boeuf au gril, des daubes, des plats chasseurs comme on les aime dans cette région. « Cette ligne de vins nous convient, on aimerait être connus par plus de monde bien sûr mais ce qui compte c’est de se faire plaisir pour ensuite faire plaisir, confesse Léon Blanchet. Rien ne nous fait plus plaisir que de servir nos vins au sein de belles adresses ». Avec l’ambition de faire « mieux chaque année », les efforts des Blanchet se heurtent cette année à une production, comme partout ailleurs, en baisse mais « heureusement de bonne qualité puisque la sécheresse a permis une juste concentration des arômes »… « C’est simple, résume Sophie, finalement, c’est le cépage qui fait tout le travail ». C’est simple… en apparence.

Domaine des Roches Blanches, quartier Font Freye, 83670 Pontevès. Infos au 04 94 80 86 07

3 commentaires

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Mes grands parents aussi étaient viticulteurs à Pontevès et cette commune n’est pas Bien grande…. peut être est ce leurs terres ?
    En tout cas, je te remercie d’avoir réveiller ces merveilleux souvenirs.
    Je t’embrasse Pierre.

    • Avec plaisir ma chère Magali… Et pour ceux qui ne te connaissement pas, je recommande tes superbes photos et ton approche artistique sensible et si belle..

    • Quel était le nom de vos grands-parents? Le Domaine des roches blanches a été crée sur des terres appartenant à Mr.Eugène CHEVALIER qui les a laissées en fermage à mon père, Marcel GIORDANENGO. Décédé en 64, j’ai repris la suite jusqu’en Août 2017 et j’ai pris ma retraite depuis…..