Carnet de cave

Avec le Marc Cordelier, on distille une nouvelle pépite aux Distilleries et Domaines de Provence

Marc CordelierAlain Robert est un homme heureux et fier. Son marc de Provence a reçu le label Indication géographique protégée, gage de qualité et d’authenticité pour le consommateur. Son Marc Cordelier est une rareté, seules 5000 bouteilles viennent d’être mises en vente « mais nous espérons bien monter en quantité dans les prochaines semaines » affirme le propriétaire des Distilleries et Domaines de Provence. Longtemps relégué aux fins de repas, trop confidentiel voire secret, le marc, autrement appelé « nectar de raisin » profite à plein de la mode des cocktails. Dans le sillon de l’Expérimental cocktail club à Paris, de l’engouement qui nimbe les bartenders, des bars à cocktails qui shakent la France, les liqueurs, alcools, marcs et autres spiritueux surfent depuis 3 ans sur une vague heureuse.

A l’oeil, le Marc Cordelier affiche la belle transparence d’un marc jeune. Son parfum délicat de Viognier, évoque les vins blancs du domaine de la Blaque (à Pierrevert dans les Alpes de Haute-Provence) et leurs arômes persistants et fins de fruits et de fleurs de vigne comme l’aubépine. A humer longuement et doucement… En bouche, l’attaque est ronde et fraîche, avec de subtiles saveurs fruitées très équilibrées de pêche et d’abricot. Alors comment le boire ? Primo, glissez la bouteille au réfrigérateur au moins 24h avant dégustation ; utilisez ensuite des verres ronds ou en forme de tulipe que vous aurez préalablement rafraîchis à l’aide de glaçons ou au congélateur. On sert ce marc pour accompagner un poisson fumé en entrée, escorter une viande giboyeuse et quelques beaux champignons sautés ou, tout simplement, à l’issue d’un bon dîner pour profiter de toute sa fraîcheur. Les desserts au cacao puissant ou amer lui conviendront à merveille.

En vente chez tous les bons cavistes, prix indicatif : 27,50 € la bouteille de 50 cl.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonne-toi à la newsletter

Marseille

Loury en vente. Il a 74 ans et a consacré 54 années de sa vie à la cuisine et à son restaurant. Loin de l’écume ambiante, Loury a incarné la lame de fond de la cuisine traditionnelle provençalo-marseillaise avec la soupe de poissons, la bouillabaisse et autres pieds-paquets. A regrets, le restaurant du 3, rue Fortia (1er arr.) a été mis en vente. Il est urgentissime d’aller y déjeuner ou dîner, pour ne rien regretter.
• Infos au 04 91 33 09 73

Farinette c’est fini. Quatorze mois plus tard, la boulangerie de Manon et Etienne Geney tire le rideau. « Nous avons vécu une année compliquée et la hausse globale des coûts, énergie et matières confondues, a fragilisé notre modèle économique, explique Etienne Geney. Nous n’avons pas voulu fragiliser la Maison Geney voisine et on a pensé qu’il valait mieux tout arrêter ». En dépit de cette annonce, l’équipe vient de terminer une série de tournages pour la « Meilleure boulangerie de France » (M6) et le couple Geney enfonce le clou : – On y a mis tout notre cœur, on n’a proposé que du bon pain, on a fait de gros progrès et on ne retire que du bien de cette expérience ». Toujours propriétaires du nom Farinette qu’ils ont déposé, les Geney attendent que « le temps passe » et promet : « On reviendra mais on ne sait pas quand ». Fermeture le 4 février 2023.

Marrou à Saint-Barnabé. Porté par le succès de ses implantations au Prado, à Castellane et à l’opéra, Marrou ouvre un espace traiteur-pâtisserie à l’entrée de la galerie Saint-Barnabé Village (95, rue Montaigne, 12e). Il sera possible de déjeuner sur place et de profiter du salon de thé à toute heure de la journée. Une terrasse et des places en salle sont annoncées. Les Marseillais de boboboom signeront la déco et le style de l’enseigne.

 

Suis-nous sur les réseaux