Carnet de cave

La Doucillon parce qu’à Cassis, on fait aussi une bière

Une brasserie de 12 mètres carrés pour quelque 1000 bouteilles produites chaque mois… Si les débuts sont timides, l’enthousiasme des Cassidains est immense pour la microbrasserie la Doucillon, première du genre à se faire mousser sous le cap Canaille . A l’origine de cette bière cassidaine, il faut aller chercher un ingénieur dans le biomédical passionné par le houblon. « Mon fils brassait en amateur et produisait des bières qui avaient beaucoup de succès auprès de notre entourage, explique son père Jean-François Faberes. Et puis un jour, nous avons pris la décision de brasser en professionnels. Il n’a pas quitté son métier, alors c’est moi qui fabrique et qui met en oeuvre le cahier des charges des recettes et de la méthodologie qu’il a élaborées ».

Longtemps à Cassis, les viticulteurs ont utilisé le doucillon, cépage remplacé au fil des ans par le bourboulenc. En choisissant ce doucillon pour baptiser leur marque de bière, les Faberes ont voulu rendre hommage à la terre des grands-parents maternels qui vivaient dans une propriété éponyme à Cassis et mettre en valeur ce village qu’ils aiment tant.
Chaque recette prend de quelques jours à plusieurs mois avant d’être lancée et à ce jour, la société qui a été fondée en avril 2018, revendique trois références. « Nous avons une American pale ale, une blonde légèrement ambrée à l’amertume caractéristique ; une blonde dans le style belge qui plaît beaucoup aux femmes et qui a cartonné cet été 2020 et, depuis fin août 2020, nous commercialisons une blonde à la mangue, une bière qui tient son goût fruité d’une purée de mangue qui lui confère un délicieux goût fruité », énumère Jean-François Faberes.

La Doucillon sort une bière par an et l’équipe aimerait monter en cadence en proposant des bières événementielles comme la bière de Noël ou une bière de Printemps par exemple. Jean François Faberes ajoute : – Nous proposons également de la bière en fûts très appréciée lors des événements car, boire une bière à la tireuse, c’est ludique et ça plaît beaucoup à nos clients ». Ces derniers, essentiellement cassidains et un peu varois, se comptent désormais également dans quelques caves à bières, toutes dans les Bouches-du-Rhône. « A l’avenir, je pense que mes deux fils, Quentin et Gauthier rejoindront l’aventure, souffle Jean-François Faberes. Ils aimeraient ouvrir un restaurant, un lieu de dégustation pour nos bières et d’autres marques qu’on aime ».

Infos et renseignements au 06 28 73 52 97.

Photos Aline Gérard et DR

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.