En direct du marché

L’Eléphant rose à pois blancs : des bûches et une nouvelle adresse pour les fêtes

Eléphant rose

Personnalité aussi dicrète qu’attachante, Delphine Godard est titulaire d’un CAP cuisine et un CAP pâtisserie. Elle a suivi les cours de l’école Ferrandi à Paris et travaillé à l’hôtel d’Europe à Avignon. Elle a suivi des stages au Lutétia avant sa fermeture pour travaux en 2014 puis à Londres, au Connaught, aux côtés de Gordon Ramsay.
C’est l’effervescence des grands jours chez l’Eléphant rose à pois blancs ! Début novembre dernier, toute l’équipe a déménagé de son adresse mère de  la rue des Trois Rois pour s’installer 20 numéros de porte plus loin, « dans un espace de 100 mètres carrés, se félicite Julien Jeanne. L’ancienne adresse où on s’était posé en 2008 se révélait de plus en plus petite d’année en année. Nous ne disposions que de 40 mètres carrés cuisine incluse et on arrivait à saturation en été ». Avec ce nouveau local traversant, doté de deux vitrines, rue Poggioli et rue des Trois Rois, l’équipe a développé son offre crêpes, galettes et gaufres. « Nous proposions 25 parfums de glace et en présenterons une bonne quarantaine à l’avenir » poursuit Julien.

Eléphant roseDésormais, Delphine Godard, la compagne de Julien Jeanne, propose une gamme de pâtisseries glacées à la hauteur de son inspiration. Pour les fêtes de fin d’année, un assortiment de six recettes de bûches occupe les vitrines parmi lesquelles la crème de marrons-éclats de chocolat noir, le caramel beurre salé-mendiants, le chocolat blanc-framboise marbrée et sorbet chocolat de la Baleine à Cabosse et grué sont plébiscités. « Nous favorisons les produits bio et garantissons à nos clients des glaces sans colorant ni conservateur » souligne Delphine. « Nous utilisons du beurre, de la crème, du sucre et du chocolat de qualité que nous achetons à la Baleine à Cabosse«  ajoute Julien.
Fort d’une équipe de 7 personnes pendant les fêtes de fin d’année, l’Eléphant Rose à pois blancs se réjouit : la clientèle des premières heures, circonscrite aux périmètres proches de la Plaine et du cours Julien, s’est considérablement élargie. « Des clients nous arrivent de toute la ville et de plus en plus de touristes nous découvrent, preuve que le bouche-à-oreille fonctionne bien » s’enthousiasme le duo.  Le plus beau des cadeaux de Noël !

L’Eléphant Rose à pois blancs, 3, rue des Trois rois, Marseille 6e arr. Infos au 04 91 47 34 68. Bûches de 32 € (6 parts) à 47 € (12 parts).

Ajouter un commentaire…

Click here to post a comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Abonnez-vous à notre newsletter

Suis-nous sur les réseaux

Vite lu

Le Val labellisé. Avec l’aide du conservatoire méditerranéen, le maire de la commune du Val dans le Var, Jérémy Guiliano, vient de lancer un programme de préservation du Boussarlu, une variété endémique d’oliviers menacée de disparition. Pour un montant de 4 000 €, en plus de fonds européens, le maire veut reconnecter sa population avec ses oliviers et relancer toute une filière. Et pour commencer, le Val vient d’être labellisé « commune oléicole de France ».

(Encore) un nouveau directeur aux Roches Blanches. Comme chaque année, l’hôtel restaurant cassidain présente son nouveau directeur. Il s’agit d’Emmanuel Blanchemanche qui a quitté la direction du domaine de Verchant, près de Montpellier, pour Cassis. « Je suis très heureux de me lancer dans ce nouveau projet de vie, de  surcroît dans cet environnement exceptionnel. Pouvoir écrire un nouveau chapitre pour ce lieu mythique est un privilège et j’ai suivi les conseils de Winston Churchill, qui a résidé aux Roches Blanches : pour s’améliorer, il faut changer. Donc, pour être parfait, il faut avoir changé souvent ». Il n’est pas sûr que dans l’hôtellerie et la restauration ces changements perpétuels soient très rassurants pour les clients.

Sébastien Sanjou au château Mentone. Le chef varois rejoint pour l’été le domaine viticole de Mentone et y ouvre « la Table de Mentone ». Dès les beaux jours arrivés, la table est dressée en extérieur, face au vignoble et aux forêts qui le bordent. La ferme-auberge promet de conjuguer convivialité et partage avec des menus d’esprit provençal composés avec les légumes et herbes fraîches du potager, les fruits des vergers, olives de l’oliveraie du domaine et les œufs du poulailler. Viandes et volailles, fromages et charcuteries sont, eux, issus de producteurs locaux. Les vins de la propriété, classés Côtes de Provence bio, accompagnent les menus. En mai et juin, ouverture du mercredi au dimanche au déjeuner et du mercredi au samedi au dîner.
Château Mentone, 401, chemin de Mentone, 83510 Saint-Antonin du Var ; infos au 04 94 04 42 00.