En direct du marché

Les exquis esquimaux d’Esky sorbets aux fruits, rien qu’aux fruits

Esky sorbetsComment rester de glace face à la collection de glaces Esky sorbets mise au point par les deux amis, et associés, Stanislas Wlodarczak et Glenn Rey ? Feuilleter le catalogue de Eskysorbet, la société qu’ils ont fondée il y a tout juste un an, c’est un peu se promener dans un jardin où les fruits abondent. « Glenn a remarqué, lors d’un voyage aux USA, que les glaces bâtonnets étaient très populaires là-bas, raconte son associé Stanislas Wlodarczak. A son retour en France, il m’a confié son envie de proposer un produit sain et naturel sur le modèle des ice pop »… Stanislas Wlodarczak, 28 ans, et Glenn Rey, 30 ans, ont donc imaginé, testé, goûté des recettes « avec un taux très élevé de fruits, de 60% à 70% selon les recettes, et le moins de sucre possible », dixit Stanislas qui assure travailler le sucre de canne bio et les origines locales. « Nous sommes basés à Lançon-de-Provence, donc on travaille avec les fruits qui poussent à Lançon-de-Provence. Pas d’ananas ou de noix de coco chez nous », assurent-il tout en détaillant son catalogue riche de fraises, kiwis, poires, abricots, citrons, melon, figue et pêche… Avec toutefois, une concession faite pour le chocolat.

Esky sorbets« Nous travaillons pour des hôtels et restaurants qui relaient les demandes de leurs clients voici pourquoi notre gamme est appelée à évoluer » dit Stanislas Wlodarczak. Outre les métiers des CHR, les deux jeunes entrepreneurs commercialisent leurs glaces auprès des piscines et courent les événements aussi bien privés (mariages, anniversaires, baptêmes, communions) que publics (fêtes votives) avec une remorque aménagée à leurs couleurs. Dans le droit fil de leurs préoccupations environnementales, outre les bâtonnets en bois, les deux associés ont eu recours au papier pour emballer leurs glaces. « On fait tout goûter et tout tester à nos proches et s’ils valident, on commercialise », dit Stanislas.
Les deux compères se sont rencontrés dans les cuisines de l’école Vatel de Bordeaux. Tous deux rompus à l’exercice des métiers de l’hôtellerie-restauration, avec une préférence pour l’hébergement chez Stanislas et la restauration pour Glenn, ils ont fondé Esky sorbets sur la base d’un exquis jeu de mots sur l’esquimau. « Notre avenir ? On va travailler sur la diffusion de nos produits, mettre en place un service de livraison dans tout le département des Bouches-du-Rhône et promouvoir nos recettes à base de produits locaux » disent-ils en chœur. L’été arrive, la saison chaude à tous les sens du terme.

Esky sorbets, 847, allée des Sardenas, 13680 Lançon-Provence ; infos au  07 51 60 61 13. Prix de vente à l’unité : 3,50 €.

1 Comment

Ecris ici pour poster ton commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • J’ai eu la chance de déguste les délicieux bâtonnets glacés Esky lors d’un événement à Bouc Bel Air l’an dernier.
    J’ai été ravie d’apprendre que cette année ils ont mis en place la livraison à domicile ! De quoi se régaler tout l’été ?

L’Isle-sur-la-Sorgue

Œuf mayonnaise. Le concours du meilleur œuf mayo  du monde s’est tenu à Paris le 14 novembre dernier. Le vauclusien Jérémi Fontin est monté sur la deuxième marche du podium, porté par un œuf fermier bio de gros calibre, cuisson en 8 minutes, « dans de l’eau très salée pour garder un jaune orangé et onctueux » révèle le chef de l’Atelier du Jardin dans le quotidien La Provence. Le grand gagnant 2023 du concours créé par l’Association de sauvegarde de l’œuf mayonnaise (Asom) est la Grande Brasserie de Bastille, à Paris. Pour ceux qui le souhaitent, la recette œuf-mayo de Jérémi Fontin est proposée au restaurant à 8 € les quatre demi-œufs. L’Asom a été créée par feu le chroniqueur gastronomique et fondateur des Guides Lebey, Claude Lebey. Elle a été relancée en 2018 par quatre gastronomes avertis, soucieux de préserver et promouvoir ce monument de la cuisine bistrotière française.
• L’Atelier du Jardin, 34, avenue de l’Égalité,  84800, l’Isle-sur-la-Sorgue.

Guide Fooding

Le nouveau Guide Fooding, édition 2023, qui sera disponible, partout en France, dès ce jeudi 17 novembre, dévoile son palmarès. A Marseille, le titre de meilleur Sophistroquet est attribué à Regain (Sarah Chougnet-Strudel et Lucien Salomon) et le titre de Meilleur esprit d’équipe échoit au restaurant l’Idéal (Julia Sammut, Aurélien Baron et Jérémy Nguyen).

Abonne-toi à la newsletter

Suis-nous sur les réseaux