Felicie 1Le périmètre Sylvabelle, Saint-Jacques, Edmond-Rostand est en pleine ébullition. Le quartier poursuit sa mutation, accueillant des boutiques toujours plus pointues et bobos. Outre la récente ouverture du très joli magasin de déco Ligne 12, on signale aussi la reprise du restaurant “la Préfecture” par une équipe issue du Café populaire (de la rue Paradis voisine) et de la boulangerie-pâtisserie de Saint-Victor (famille Mandonato). Après quelques semaines de fermeture, le resto a rouvert avec une déco à mi-chemin entre la déniche chic et le raffinement bourgeois. A l’apéro, ne soyez pas vulgaires et succombez aux charmes du spritz, un cocktail très apprécié en Italie et qui remet à la mode tous les alcools amers type Campari ou Suze*.
Dans un ancien appartement réaménagé, nappes blanches et ardoises cohabitent et proposent pêle-mêle une burrata et jambon truffé, de la charcuterie corse, des linguine alla Felicie 2putanesca ou aux palourdes, une bavette à l’échalote, une daurade royale en filet et des seiches à la plancha. Le service est très sympathique, le jeune serveur oscillant entre humour complice et maîtrise sérieuse de la salle. Côté assiettes, on recommandera le risotto aux très belles et charnues gambas et la tagliatta de black angus. Les pieds-paquets sont de bonne facture mais la sauce n’est pas assez épaisse, une telle recette exigeant un jus épais, sirupeux et profond. Attention également aux pommes de terre trop “al dente” qui auraient mérité 5 minutes de cuisson supplémentaire. Un baba au rhum ? Une tarte au citron meringué ? La soirée se prolonge dans une atmosphère détendue, la salle s’anime de quadras et quincas venus ici se détendre. Alors faut-il y aller ? Oui, pourquoi pas. Le moteur est en plein rodage mais on sent qu’il y a là les fondamentaux d’une table qui pourrait, au fil des mois, entrer dans le paysage marseillais.

Félicie, 27, rue Sylvabelle, Marseille 6e ; résas au 04 84 263 603.
Pain : 12/20. Le soir, formule ardoise de 30 à 40 €. Vins blancs : Marrenon (luberon), Bunan (bandol) ;
rosés : Saint-Hilaire Prestige (coteaux d’Aix) ; rouges : Henry Bonnaud (palette) et la Citadelle (luberon). 

* Le spritz se compose de proseco, un vin blanc italien pétillant, d’eau de Seltz et d’Apérol (couleur orangé)
dans sa version sucrée ou de Campari (couleur rouge-orangé) dans sa version amère.

Vite lu

Une bouillabaisse marseillaise chez un fromager aixois Si vous habitez Aix, plus besoin de venir à Marseille pour y déguster le plat emblématique. Vous avez désormais la possibilité de commander une bouillabaisse chez le fromager Benoît Lemarié (55, rue d’Italie à Aix) et il suffit de venir la récupérer le lendemain… Mitonnée avec beaucoup de talent par Gilles Carmignani, restaurateur marseillais (la Table de l’Olivier, 56, rue Mazenod, Marseille 2e arr.), la bouillabaisse est cuisinée le jour même, signe ultime de fraîcheur et de qualité. Prix : 46 € par personne. Infos au 04 42 66 50 06.

La cuisine d’été de Sophie, de Sophie Dudemaine sortira en librairies le 2 mai. Voici l’été, ses barbecues, ses salades colorées… Que l’on se retrouve autour du gril ou d’une simple tablée quotidienne, les mois estivaux sont toujours la promesse de douces saveurs grillées, fraîches et vitaminées. “Apéro, grillades, tartes, salades, desserts… les légumes et fruits d’été côtoient les viandes et crustacés, pour offrir à chacun la joie de bien manger, tout simplement. Je vous ai préparé 90 recettes salées et sucrées, délicieusement ensoleillées” promet Sophie qui cite le rôti de bœuf en croûte de moutarde, les saint-jacques à la plancha et la salade de pastèque. Photos de Rina Nurra, 224 pages, La Martinière Ed., tarif : 24,90 €.

Le GP sur les réseaux

Abonnez-vous à notre newsletter