Marseille

► Rencontres des Cuisines africaines En 2020, à l’occasion de la Saison Africa2020, la Mission française du patrimoine et des cultures alimentaires (MFPCA), les Grandes Tables-I.C.I et Chefs In Africa se sont réunis pour organiser des rendez-vous culinaires et artistiques à Calais, Tours, Dijon, Clermont-Ferrand et Marseille. Les événements des Cuisines africaines ont permis de questionner et explorer les identités culinaires de tout un continent. Au cours des quatre dernières années, de nombreux projets ont été entrepris pour poursuivre cette démarche : la publication d’un numéro de la revue Papilles, intitulé Stirring the Pot, Les Cuisines Africaines, l’organisation de tables rondes, des participations à des festivals (Village International de la Gastronomie, Omnivore, …) et des actions développées dans plusieurs territoires d’Afrique. En 2024, les Rencontres des Cuisines africaines rassembleront, pour une première édition, plus de 70 acteurs et actrices culinaires d’Afrique et de ses diasporas afin d’explorer les identités des cuisines africaines, célébrer leur richesse et développer des synergies communes. Au programme : des tables rondes explorant les grands enjeux des cuisines africaines, des ateliers pour découvrir et échanger, des entretiens avec des personnalités et des démonstrations culinaires autour de produits phares.
• Les Rencontres des Cuisines Africaines, les 1 et 2 mars 2024 à la Friche de la Belle de Mai à Marseille.

Suis-nous sur les réseaux

Solidarité

► Dîners Sans Fourchette Le concept des dîners Sans Fourchette a été développé au profit des personnes victimes de troubles de la mémoire, des victimes d’Alzheimer, de sclérose en plaques ou de Parkinson. Dans l’évolution de leur pathologie, beaucoup de malades ne parviennent plus à se servir de leurs couverts et en viennent au geste premier, celui qui consiste à pincer l’aliment entre le pouce et l’index pour le porter à la bouche. Les malades ont aussi le droit de se régaler, d’aller au restaurant, de sortir, de rencontrer l’autre et de partager leur joie ; avec ces dîners, c’est le restaurant qui doit s’adapter à eux. Participer aux Dîners Sans Fourchette c’est contribuer à faire vivre l’association Mémoire et Santé qui les organise… pour sortir de l’isolement.
• À Paris le mercredi 28 février école de Paris des métiers de la table et le 6 mars ; à Toulon au lycée Anne-Sophie Pic le mercredi 13 mars : à Marseille le mardi 19 mars au lycée hôtelier J.-P.-Passédat ; à Sisteron le jeudi 21 mars à l’école hôtelière et le mercredi 3 avril à Marseille au restaurant Le République.

Data from MeteoArt.com
Mes recettes

Velouté de potiron, patates douces et féta grecque nature

fétaPréparation : 35 min / Cuisson : 45-50 min

Votre marché pour 4 personnes : 30g de féta ; 600g de potiron ; 250g de patates douces ; 2 échalotes ; 30cl de lait ; 10cl de crème fraîche à 35 % ; 2 tranches de pain grillées ; sel et poivre ; 1 pincée de muscade râpée ; 1 pincée de curcuma ; de l’huile d’olive. Pour la quenelle de fromage : 100g de féta nature ; 50g de crème liquide à 35 % de matières grasses ; 50g de mascarpone ; 2 cuillères à soupe de graines de courge, pavot, lin…

On y va : retirez la peau et le plasma du potiron. Gardez les graines, rincez-les et faites-les sécher sur du papier absorbant. Epluchez la patate douce. Coupez la chair du potiron et de la patate douce en petits cubes. Pelez et émincez les échalotes. Faites-les suer dans une sauteuse avec un filet d’huile d’olive, ajoutez les cubes de légumes puis le lait, la crème, enfin le curcuma et la muscade râpée. Portez à ébullition, puis poursuivez la cuisson encore 30 minutes sur feu doux. Ajoutez la féta. Poivrez et salez si besoin. Mixez. Montez au fouet la crème liquide avec le mascarpone et la féta. Formez 4 belles quenelles. Taillez en petits dés les tranches de pain grillé. Versez le velouté chaud dans des bols individuels, déposez une quenelle de fromage de brebis nature. Parsemez de pain grillé, d’un peu de ciboule, de graines de courge, de pavot et de lin.

Bonus : la féta on adore ça ici et ici.

Photo J.-M. Coulier