Mes recettes

Filet de limande sole, patates douces et crème cardamome

Filet de limandePréparation : 30 min / Cuisson : 40 min

Votre marché pour 6 personnes : 35 g de Beurre de la laiterie de Condé-sur-Vire doux (Elle & Vire) ; 20 cl de crème légère semi-épaisse de Normandie (Elle & Vire) ; 6 limandes soles vidées ; 2 oignons nouveaux ; 1 gousse d’ail ; 10 cuillères à soupe d’huile d’olive ; le zeste d’une moitié d’orange ; 30 cl de vin blanc ; 3 grains de cardamome ; 6 baies de coriandre ; 3 patates douces ; un petit bouquet de persil plat, du sel et du poivre.

On y va : préchauffer le four à 95°C (thermostat 3). Laver les limandes soles puis bien les sécher. Lever les filets et réserver les carcasses. Faire fondre le beurre de la laiterie de Condé-sur-Vire doux et en badigeonner les filets de limande, saler, poivrer. Superposer deux filets de limande sole et les rouler, poursuivre ainsi jusqu’à obtenir 6 rouleaux. Placer les rouleaux de poisson dans un plat allant au four puis verser le beurre restant. Couvrir le plat d’une feuille de papier sulfurisé. Enfourner le plat de poisson pendant 30 à 35 min.
Laver les oignons nouveaux, ciseler les bulbes, émincer le vert. Dans une cocotte, faire dorer les oignons émincés et l’ail avec 2 cuillères à soupe d’huile d’olive, ajouter les carcasses de poisson et le zeste d’orange. Arroser de vin blanc puis ajouter sel, poivre, graines de cardamome et baies de coriandre. Faire cuire 15 min à petits bouillons. Ajouter la crème légère semi-épaisse de Normandie et cuire 5 min. Passer ensuite le tout au chinois, bien presser pour en extraire tous les sucs. Récupérer la crème et laisser réduire d’un quart dans une casserole.
Peler les patates douces et détailler la chair en gros cubes. Chauffer 4 cuillères à soupe d’huile d’olive et y faire dorer les dés de patate douce, saler, poivrer et réserver. Faire chauffer le restant d’huile d’olive et frire la partie verte de l’oignon taillée. Répartir 2 rouleaux de filet de limande sole par assiette, disposer l’oignon frit sur le poisson puis la crème autour et finir par les patates douces sautées parsemées de persil ciselé.

Bonus : la blanquette de la mer, une autre façon d’aimer le poisson.

Photo Patricia Kettenhofen

 

Numa Muller chez Madame Jeanne Longtemps annoncée et attendue, l'arrivée de Numa Muller chez Madame Jeanne, le restaurant de la Maison Buon, rue Grignan (6e arr) est officielle. Le chef a pris possession de la cuisine et propose pêle-mêle une tête de thon de ligne, un loup-concombre compressé et abricot fermenté-lait ribot et chips de riz-seiche, un thon et abricot au sel-herbes et fleurs du littoral et huile de feuilles de figuier eau de concombre. A suivre, 86, rue Grignan, Marseille 1er ; infos au 04 86 26 54 16.

Elie Kalamouka n'est plus Son nom restera indéfectiblement attaché au Mas, restaurant de la rue Lulli (1er) qu'il avait cofondé avec Robert Lenoir. Elie Kalamouka s'est éteint vendredi à 87 ans non sans susciter une vive émotion chez tous ceux qui avaient pris l'habitude de dîner chez lui. Le Mas était l'une des rares tables ouvertes toute la nuit, attirant noctambules et artistes qui, en fin de spectacle, venaient s'y détendre. Il était paar ailleurs administrateur du festival Jazz des Cinq Continents. La crise sanitaire a été fatale au Mas qui a été placé en liquidation judiciaire. Ce décès tourne définitivement la page des années 1980 à Marseille...

Abonnez-vous à notre newsletter